•  

    La nature au jardin

    Chez moi, les marguerites sont chez elles!

     

    J'aime les jardins !

    Toutes les photos de cet article sont prises ces jours-ci dans mon jardin. Mai est en fleurs, la nature est belle et respire. Je ne suis jamais autant remerciée de la place que je laisse au sauvage qu'au printemps, alors que les fleurs se bousculent, se télescopent, dansent joyeusement sous le vent ou le soleil. !

    L'endroit où j'habite s’appelait autrefois "les champs blancs"...C'étaient des champs de marguerites qui ont été hélas détruits par les constructions. Je suis heureuse de ne pas avoir fait construire de maison, mais d'en occuper une existante ! J'ai moins de remord de la disparition des marguerites et je me dis qu'au moins, je n'y ai pas contribué...

    Pourtant, les belles lucioles blanches reviennent sur les lieux, chez moi du moins, car je les accueille à bras ouverts : c'est bien le moins que je leur doive !

    Elles ont dû faire le mot aux pâquerettes, véroniques, lamiers, coquelicots, aux abeilles et aux bourdons, aux lézards et aux oiseaux...!

    La nature au jardinEn

     Le baiser de feu des coquelicots

     

    La nature au jardin

     L’œil bleu si craquant des véroniques !

     

    En ce moment, la tendance est grande de la contemplation...Pourtant, à l'action ! (il faut, de temps en temps !!!). Je viens de découvrir un  livre , très bien fait et fort instructif pour qui veut accueillir la nature dans son jardin.

     

    "A l’heure où la biodiversité s’érode de toute part, les jardins privés et les espaces verts peuvent devenir de véritables sanctuaires naturels. Le moment est venu d’abandonner le gazon à l’anglaise et de fleurir la pelouse, de planter une haie champêtre pour remplacer les thuyas inhospitaliers et ouvrir les portes aux hérissons."

    La nature au jardinhttps://boutique.salamandre.org/agir-pour-la-nature-au-jardin.pdt-1178/

    C'est un assez gros livre (204 pages) qui propose des chapîtres très détaillés pour multiplier les habitats, construire des nichoirs ou des abris  en fonction de tel ou tel type d'oiseau, d'insectes, de reptiles ou d'amphibiens...avec des fiches pratiques, qui propose une liste de 10 plantes incontournables (chic ! j'en ai neuf chez moi !), qui indique comment prélever dans nature sans nuire...

     

    Il propose des actions pratiques pour aider des animaux spécifiques en fonction de leurs besoins, comment créer une mare, un mur de pierres sèches, une haie naturelle...

    La nature au jardin

    Dans le nichoir aux mésanges bleues, on vient de changer la  couche !!!

     

    La nature au jardin

    Dans la mini-mare, s'agitent les tritons...

     

    La nature au jardin

    Un arbuste pour une haie naturelle, l'aubépine, si parfumée !

     

    La nature au jardin

    La nature au jardin

    La nature au jardin

    La nature au jardin

     

    Des fleurs nourricières pour les chenilles, quelles plantes pour les papillons de nuit ? Ce livre nous donne une liste des plantes -hôtes  par espèce de papillons...

    Au jardin, c'est la deuxième fois que je vois des machaons cette année. Ici, sur les fleurs du lilas, mais j'ai du fenouil et des carottes sauvages (vous savez, ces ombellifères que l'on arrache sans y penser...!) , ombellifères qui sont ses plantes -hôtes...

    La nature au jardin

     

    C'est fou le nombre d'espèces d'insectes qui adorent les euphorbes, dont toute une petite colonie s'est semée toute seule...

    A côté, les marguerites flirtent avec la majestueuse asphodèle !

    La nature au jardin

    La nature au jardin

     

    La nature au jardin

    Depuis que les petits iris sibirica sont fleuris, c'est la ruée des bourdons !

     

    La nature au jardin

    Une plante des jardins de grand-mère, la giroflée, un peu boudée me semble-t-il dans les jardins "modernes"...mais pas par les abeilles !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    16 commentaires
  • Ne vous est-il jamais arrivé , au gré d'une promenade, ou de façon délibérée, de prélever une petite pousse de ceci ou de cela dans la nature?

    Quelques graines ?

     Cela m'arrive, assez rarement, tant les plantes de mon jardin viennent souvent seules ou sont le fruit d’échanges ou de dons d’amis, de connaissances, de voisins...ou évidemment d 'achats engendrés par une "folie des plantes !

    Mais cette petite fougère (le bois en était rempli), ce petit fusain sauvage, bébé au pied de plusieurs "grands",  (et puis, allez donc trouver un fusain sauvage, un vrai,avec ses bonnets d'évêque, en jardinerie...:), ce pied mignon d'euphorbe qui s'est tant plu au jardin qu'elle m'offre en ce moment des massifs lumineux et généreux !...et ce petit géranium d'un rose attendrissant près de  toilettes publiques..(oh, un tout petit petit bout prélevé sur un tapis entier !...et puis, l'année suivante,il avait disparu me confortant dans ma bonne conscience !) ! ) ne sont-ils pas le résultat d'une maraude, raisonnée, sage, (juste un petit bout quand il y en a tant !)

    Une maraude conservatoire

    Une maraude conservatoire

     

    En faisant cet article sur la maraude, j'ai songé à cet article de Pierre sur le blog "Agapanthes et camphrier", racontant de façon si vraie et si ...drôle, son escapade pour des graines de lunaire blanche (https://agapanthes-et-camphrier.blogspot.com)

     

    Mais cette fois, il s'agit d'une autre affaire, un acte de bravoure pour ainsi dire, une maraude conservatoire ! D'habitude, si l'on prélève quelque chose dans la nature, c'est qu'il y en a beaucoup, que l'on peut le faire avec bonne conscience... mais cette fois, cette fois, c'est un acte de ...chevalerie, au moins !

    Voilà l'affaire...

    Au printemps dernier, comme tous les printemps, je pris quelques feuilles de ceci ou cela, alliaire, ail des ours...pour en faire de petites tartines appétitives (alliaire) ou une soupe ou un cake (ail des ours)... me promettant, devant les seuls trois ou quatre pieds d’alliaire au bord de ce seul chemin, de revenir lorsqu’elle serait en graines, en prélever quelques unes...  Prémonition ? Huit jours plus tard (pourtant fin avril), les bas côtés étaient fauchés, ou plutôt arrachés. Par qui ? Les services cantonaux, l'agriculteur qui emprunte ce chemin pourtant suffisamment large, avec son tracteur ?

    Cette année, bien sûr, plus d’alliaire à cet endroit...Pas de graines, pas de plante...

    Je parcours beaucoup les chemins...j'ai déniché deux pieds d'alliaire  plus bas, sur un chemin plus étroit...Allaient-ils disparaître aussi, écrasés sous les roues d'un VTT ou arrachés par une main désinvolte  ? A l'abordage ! Avec la complicité du baryton et de mon outil miracle (un bricolage de tuyau transformé en déplantoir), nous avons déterré avec des précautions de sage-femme, un des deux pieds et l'avons rapporté comme le saint Graal dans ...mon jardin que j'ai déclaré conservatoire de la biodiversité menacée ! !

     

    Une maraude conservatoire

    Emportée par mon élan vengeur et chevaleresque, je suis allée voir les Doronic plantain dont j’avais découvert l'existence au printemps dernier (une touffe de quelques trois mètres carrés à peine, rares par ici... Doronic menacées par les VTT, l'insouciance ou la bêtise humaines ?

    Qui sait ? J'en ai rapatrié un pied au jardin !...

    En mode confinement - 7 : évasion...

    Les Doronic au printemps dernier

     

    Pour faire bonne mesure, le lamier jaune à feuilles unies, même s'il était (à peine) plus nombreux et dans un endroit peut-être moins exposé (mais sait-on jamais ?) est venu compléter cette maraude conservatoire (même si, sur d'autres blogs, certains trouvent le lamier jaune envahissant  ! Chez moi, il vient compléter la diversité des lamiers sauvages !)

    Une maraude conservatoire

    Partager via Gmail Yahoo!

    28 commentaires
  • Il y eut d'abord une timide petite touffe de lamier  , une année, derrière le juniperus, un Lamier maculatum, d'un beau rose framboise. Je l'ai laissé, j'aime bien que les plantes s'invitent, j’aime bien leur offrir le gîte...le couvert ? Elles ne sont pas gourmandes et ne demandent pas d'arrosage !

    Lamiers du jardin

    Je l'ai laissé, ce coin est un peu caché, un peu...rien du tout...

    Le lamier en a fait son coin favori, il fait maintenant ami-ami avec les pervenches, les violettes et le lierre terrestre ! De rien le coin est devenu.rose et bleu...!

    Lamiers du jardin

     

    Voyant l’accueil fait à son frère, le plus commun de tous, le Lamier pourpre, aux petites fleurs plus insignifiantes, couleur fraise écrasée,  s'est invité lui aussi, à pas de loup d'abord, puis plus hardiment.

    Pour pallier à la petitesse de ses fleurs, il colore vaillamment de rose l'extrémité de ses tiges feuillues...

    Lamiers du jardin

     

    Lamiers du jardin

     

    Peu à peu, toute la famille lamier a mis le pied au jardin, dans des atours de plus en plus beaux...

    Le lamier maculatum, non content de ses fleurs bicolores, s'est inventé aussi des feuilles panachées de blanc...

    Lamiers du jardin

    ...

    ...et s'est installé le long du grillage, habillant de rose toute la plate-bande !

    Lamiers du jardin

    Lamiers du jardin

     

    Lamiers du jardin

    Lui n'est pas venu là tout seul, mais sous forme d'une petite bouture toute minuscule offerte par une collègue. Il fleurit rose aussi, mais cette année, ou bien il boude, ou bien il prend son temps ! C'est le Lamier argenté...

     

     

     

     Lui aussi prend son temps, et la première année, il est venu, sans trop savoir sur quel pied danse,r entre mon jardin et celui de mon voisin...Nous l'avons laissé, il s'est installé ! C 'est une merveille : le Lamier jaune à feuilles panachées !

    Lamiers du jardin

    Avec le lamier rose, il joue à aciduler la bordure,  !

    Lamiers du jardin

     

    Celui-ci n'est pas photographié au jardin ; découvert dans la nature, il m'a semblé avoir des feuilles uniformément vertes... je me trompe peut-être, en tout cas, maintenant, il est au jardin, mais c'est une autre histoire...

    Lamiers du jardin

    Lamiers du jardin

     

    Je sais qu'il y a du Lamier blanc "fausse ortie"...Je ne l'ai pas encore vu, mais s'il veut venir, je l'invite bien volontiers...

    Plante sauvage très florifère et longtemps, le lamier fait aussi le bonheur d'autres hôtes du jardin...

    Lamiers du jardin

    Lamiers du jardin

    Partager via Gmail Yahoo!

    27 commentaires
  • Printemps sauvage 2

    On demande aux fleurs que l'on plante de faire des  bouquets, des mariages qui resteront souvent à l'état de rêves tant le soleil, le froid, la pluie sont imprévisibles et se mêlent d'emmêler les rêves et les floraisons.

    Les sauvageonnes, elles, outre leur générosité, leur profusion, leur longévité (voilà plus d'un mois que le jardin n 'est qu'un tapis fleuri !), offrent des compositions harmonieuses ou fantaisistes, renouvelés chaque année, jamais ratés !

    Au jardin elles se pressent, se marchent sur les pieds en cette saison d’exubérance. "Et nous, et nous ? Tu ne nous as pas vues ? Tu n'as pas parlé de nous !!! Certes, hier, nous n'étions pas prêtes, encore endormies, mais c'était hier ! Aujourd'hui, regarde !"

     Trois jours de soleil et la délicate fleur violette du Lierre terrestre flirte avec le rose du Lamier, les Pentaglotis ouvrent fièrement leurs yeux bleus, les étoiles de la Bourrache font un clin d’œil aux bourdons, le faux fraisier, blanc (Potentille) ou jaune (doré) essaie de nous faire croire qu'il ressemble à un vrai...ou à un bouton d'or !

    Printemps sauvage 2

    Printemps sauvage 2

     

     

    Printemps sauvage 2

    Printemps sauvage 2

     

    Printemps sauvage 2

     

    Déjà la Véronique petit-chêne se prépare, les marguerites, et puis voici les premières merveilleuses stellaires !

    Printemps sauvage 2

     

    Mais pourquoi distinguer les fleurs sauvages des autres ? C'est que beaucoup  de gens les considèrent encore comme des mauvaises, des indésirables qui déparent l'ordonnance de leur jardin, des négligeables, des moches en somme.. S'ils les tolèrent, c'est que ce sont au mieux des plantes mellifères dont on leur a vanté les vertus pour les abeilles et les papillons ...adultes. Mais il faut de hautes plantes pour favoriser la reproduction et nourrir les chenilles. Peu de gens laissent s'installer la carotte sauvage qui est pourtant la plante-hôte du grand machaon,  le plantain qui nourrit la chenille de la Mélitée du plantain, la Mélitée du Mélampyre et celle de l"Ecaille du plantain...

    Sauvages ? Pas sauvages ? Je ne sais plus si certaines fleurs du jardin, libres comme l’air qui les disperse ça et là, myosotis, monnaie du pape  digitales...sont des leurs sauvages ou non ! Et les ^petites tulipes botaniques ? sont-elles devenues sauvages ?

    Printemps sauvage 2

    Printemps sauvage 2

     

    En ce moment, la monnaie du pape, attire de façon irrésistible  les premiers "Aurore" qui se sont, semble-t-il réveillés en même temps qu'elle !

    Sa couleur est bien mal assortie à celle  de Monsieur Aurore qui doit peut-être son nom à ces tons de soleil levant qui parent le bout de ses ailes... Dame Aurore, si sobre qu'on pourrait la confondre avec les plus banales piérides, garde sur sa robe quelques nuages ...et sa teinte de "lune" sied bien à la monnaie du pape, sa plante-hôte, cette Lunaire (Lunaria annua) qui la nourrit !

     

    Printemps sauvage 2

     

    Printemps sauvage 2

     

    J'ai des nouveaux voisins.Mon nouveau voisin, qui a hérité du jardin de "l’Homme au mur", de l'Homme qui ne se voulait pas être "esclave du jardin",(voir : "le mur") m'a confié qu'il ne trouve pas son nouveau jardin très vivant... et qu'au lieu de son allée dallée, il aurait voulu" une allée comme la vôtre", terre battue, herbe......Il a laissé les pâquerettes de sa pelouse. c'est un bon début !

     

    Mon jardin bruit, du vol des bourdons (les femelles "cul-blanc cherchent à faire un nid), des papillons, bientôt des abeilles, j'espère ,...de la vie, quoi !

    Printemps sauvage 2

     

     

     


    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Fantaisies potagères

    Oh, je vous l'accorde, pas une bien grosse fantaisie, mais tous les coloris ne sont pas là ! J'adore la palette colorée des diverses variétés de tomates, leur joyeux mélange dans l'assiette, des salades multicolores et multi saveurs !

     

     

    Fantaisies potagères

    Autre petite fantaisie du potager...les fraisiers refleurissent, encouragés par le temps chaud et j'ai de belles promesses de fraises en septembre !

     

    Fantaisies potagères

    J'ai un peu oublié, oh, pas bien longtemps pourtant, mes pieds de courgettes... Celle-ci en a profité (c'est le mot !) pour prendre des proportions de mastodonte (garantie sans OGM, je le jure !)...mais un doux mastodonte, tendre à souhait, sans gros pépins...Un géant au cœur tendre !

    (Non, je ne l'ai pas cuisinée à la banane ! Cette dernière n'est là que pour faire ressortir les 42 cms de Dame Courgette !

     

    Fantaisies potagères

    Une fantaisie ? Oui, car j'ignore tout de ce physalis, dont on m'a donné au printemps trois petits pieds... Il est comestible (quand il sera mûr).

    Je ne connais dans mon jardin que le fantaisiste "amour en cage", déjà rouge, ornemental,  et le tomatillo qui a comme celui-ci la fleur violette et jaune, mais dont les feuilles sont plus petites...Un autre cœur tendre  celui-ci, dont je guette le murissement !

    Fantaisies potagères

     

     

     

    Fantaisies potagères

    Ils se sont ressemés tout seuls, les chénopodes ou épinards sauvages ! j'ai eu la surprise d'en (re) voir au jardin ; cet été en montagne, plusieurs cueillettes sauvages nous ont fourni leur goût délicieux d'épinards...

    Fantaisies potagères

     

     

    Autre fantaisie au potager cette année, et je suis très fière d'elle : l'Artemisia annua :

    Fantaisies potagères

    Fantaisies potagères

     Elle atteint en ce moment 1,20 m, elle m'a été donnée en  petits plants au printemps...je l'ai couvée, veillant à ce qu'elle ne manque pas d'eau en mon absence...C'est que j'ai beaucoup entendu parler d'elle et voilà que je l'ai reçue en cadeau ! Merci Léa !!!

    Jolies feuilles découpées, port élancé, parfum incomparable...c'est une armoise, mais il y en a tant !

    Celle-ci, c'est l'Artemisia annua, annuelle donc...J'ai attendu longtemps, espérant sa floraison...Mais ses fleurs sont liliputiennes, grosses comme des têtes d'épingles...je les ai observées à la loupe : elles sont bien là !

    Fantaisies potagères

    Fantaisies potagères

     

    Cette plante médicinale possède de très nombreuses applications tant dans le traitement de maladies infectieuses graves que pour une utilisation quotidienne : elle est en effet répulsive, digestive, cicatrisante, antipyrétique, anticancéreuse, antifongique, antioxydante, anti-inflammatoire, antiparasitaire et même abortive.

    De nombreuses recherches se concentrent même sur ses effets anticancéreux et antiviraux : notamment pour la lutte contre le VIH.

    Elle est utilisée, en orient, en Afrique, pour lutter contre le paludisme : j'ai vu un reportage où , dans une école africaine, les petits élèves recevaient chaque semaine de la tisane d'Artemisia, en prévention.
     
    Et puis...pendant l'épidémie de SRAS, elle était prescrite par les médecins chinois...L'Afrique, continent touché par le paludisme et consommateur d'Artemisia, est par contre peu touché par le Covid 19...Un laboratoire danois commence ses recherches sur l'Artemisia comme médicament possible contre le Covid 19. Le 30 avril, alors que le professeur Seeberger attend à Potsdam des nouvelles de ses tests cellulaires, des présidents africains réunis en visioconférence débattent déjà de la généralisation du « Covid-Organics », le terme inventé par le président malgache pour désigner la tisane d’Artemisia.
    Sera-t-elle assez coriace pour anéantir le Covid-19 ? Mercredi 24 juin, le professeur Seeberger annoncera la bonne nouvelle: la réponse est "oui".
     

    Fantaisies potagères

     
     
     Je vous invite à lire cet article..
    Depuis, on n'en parle plus ? La France et la Belgique interdisent la vente de produits à base d'Artemisia depuis 2019, ...mais l'OMS et les laboratoires pharmaceutiques utilisent sa molécule pour fabriquer des tonnes de médicaments contre le paludisme...

    Fantaisies potagères

    Depuis des millénaires, les villageois chinois l’utilisent même, contre les moustiques, l’Artemisia annua en fumigation !
    C’en est fini des spirales toxiques à l’odeur douteuse !

    C'est le moment de la récolter...

     

     
     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique