• J'entends souvent dire: "les oiseaux, je les vois l'hiver autour des mangeoires , dans mon jardin. Ensuite, je ne les vois plus!"
    Les oiseaux ont besoin de trouver au jardin la nourriture qui leur convient, toute l'année: plus les espèces de plantes sont variées et sauvages, plus les insectes, papillons, grenouilles..., oiseaux visiteront le jardin, les uns attirant les autres.
    La petit brochure "jardin sauvage", éditée par "Connaître et protéger la nature", parle avec humour du jardin d' "Elvire Touskipouce."..à la pelouse rase et impeccable, aux magnifiques fleurs de jardinerie, aux allées propres et nettes, sans un brin d'herbe...
    Si on laisse un tant soit peu la diversité s'installer au jardin, les hôtes sont nombreux et le jardin animé!

    ....................
    Ce matin, une petite visite dans la douceur qui s'installe , m'offre le plantain! Tous les ans, il s'installe au même endroit, près de la maison..Celui -ci est "lancéolé", mais au bord des chemins, je guette aussi le plantain "commun"aux feuilles moins longues et plus rondes: c'est que les deux me sont bien utiles lors de piqûres d'insectes : une feuille écrasée sur la piqûre calme  bien la démangeaison! Et puis, si l'on a besoin de raisons "intéressées" pour laisser quelques plantes sauvages s'épanouir au jardin...les feuilles de plantain lancéolé en infusion calment les toux sèches (je l'ai expérimenté!); son cousin, le plantain "corne-de-cerf", cultivé sur des sols salins, se mange en salade...et mon grand-père donnait les graines du  plantain à ses oiseaux...

    Il leur donnait aussi les graines du séneçon commun (senecio vulgaris) toujours aussi plus ou moins discrètement présent au jardin; je vois déjà ses petites fleurs jaunes ... Par contre, pas de tisane: la plante est signalée toxique!!!
    .....................
    Malin, le séneçon: grâce à leur aigrette de poils, les fruits peuvent s'élever très haut dans le ciel et parcourir de longues distances! C'est en volant ainsi pendant 40 km qu'il a colonisé l' île de Surtsey, au sud de l'Islande!
    Mais, pas de crainte: s'il devient indésirable, il s'arrache très facilement!
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Malgré la petite bise, malgré les températures négatives le matin, le soleil pointe le bout du nez et éclaire celui des tulipes, les boutons des jonquilles, illumine les crocus et primevères, donne au daphné des bouffées de parfum..
    Alors, l'envie me chatouille de gratouiller la terre, de semer, de planter...
    Pour l'instant, je patiente en élaborant les projets: "là, des salades sous un châssis improvisé, ici des radis peut-être"...
    Mon envie de "gratouille" m'accompagne au jardin; mais la nature a horreur du vide et ne m'a pas attendue pour faire ses propres semis, mine de rien, pendant que la pluie et le froid me tenaient le dos tourné...!
    Réflexe du "gratouilleur": j'arrache ces "mauvaises herbes", je fais "propre" (donc vide et nu) pour aligner amoureusement mes salades ...?
    Mais, mais...cette petite corolle touffue qui ne paie pas de mine avec ses quelques centimètres de diamètre, surmontée de deux crânes petites fleurs blanches minuscules...c'est la cardamine !"Tu veux de la salade? me voici, toute prête !"11 mars 2010 (4)
    Je croque une petite feuille au goût de roquette et...je laisse tranquille les petites corolles..Elle ne fera pas une salade à elle toute seule, oh non, mais parfumera une salade au goût moins prononcé !



    ........................................................cardamine

    La bourrache s'est semée toute seule et devra être éclaircie car elle en prend à son aise, mais je ne présente plus les vertus de la bourrache! (voir La bourrache et Encore la bourrache!(les astuces d'un jardin naturel...) )

    11 mars 2010Et ...tiens tiens...Le fumeterre est déjà sorti  et l'on voit déjà ses fragiles fleurs roses. Je lis que "son jus qui fait pleurer les yeux (?) comme la fumée, serait à l'origine de son nom, à moins que ce ne soit son allure légère de fumée au-dessus de la terre"! Il peut être envahissant, le fumeterre, mais il s'arrache facilement, et ses infusions régénèrent le foie!
    Alors...si on en laissait un peu ? Pour l'année de la biodiversité, on peut commencer à faire petit, ...au jardin !!!



    Fleur de cardamine: mais ne vous y trompez pas, elle ne fait même pas un cm de diamètre!

    (A suivre!)
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • C'est une grande famille qui a donné son nom à notre chardonneret élégant , que ses piquants ne rebutent pas et qui est friand de ses graines!
    Sur ce chardon du Lot, en juillet, c'est l'invasion des papillons, des bourdons, des abeilles...





    ................................................................................................................................
    Les capitules épineux de la cardère, très présente par chez moi, servaient autrefois à carder la laine et peigner le drap, d'où son nom!
    Et puis certaines de ses feuilles se soudent en cuvette à la base et y retiennent l'eau de pluie, ce qui lui a valu le joli surnom de "cabaret des oiseaux". Certains insectes s'y noient (si d'autres butinent la fleur avec bonheur!) et l'on pense que le produit de leur décomposition serait absorbé par la cardère.
    Voilà une plante  sauvage à laquelle on pourrait laisser une petite place si l'on a un grand terrain. Les chardonnerets vont s'en régaler!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


  • Le cirse sème à tous vents ses plumets ailés...les cirses plutôt: celui de mon jardin , le cirse laineux est mauve ; au bord de l'Erdre, une touffe de cirse des champs aux pompons plus petits et violets attire les chardonnerets qui en font leurs délices !
    Dans les jardins, au lieu d'arracher cet "affreux chardon", il est possible d'attendre et de le voir fleurir : c'est une jolie fleur qui attire les butineurs et ses graines nourrissent les chardonnerets...
    Par contre, si l'on tient à de bonnes relations avec les voisins, il est préférable de récolter les graines -aussi aériennes et malicieuses  que celles du pissenlit -pour les donner aux oiseaux cet hiver, mélangées à d'autres graines moins...volatiles !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


  • Au mois de février dernier, un chardonneret très affairé a attiré mon regard :  il tirait avec détermination sur une plante sèche,  au bord de la terrasse. J'ai reconnu une brunelle, oubliée là ; il en cherchait les graines !
    Cette année, je laisse donc au jardin toutes les fleurs de brunelle qui ne gênent pas et je suis assurée d'avoir la visite des chardonnerets l'hiver prochain...
    Pourquoi arracher les "mauvaises herbes"dont les oiseaux sont friands et acheter des graines pour les nourrir (l'un n'empêche pas l'autre!)?
    La brunelle est une jolie petite fleur violette au rhizome rampant; la plante entière est traditionnellement utilisée en décoction (ou broyée et filtrée) pour nettoyer les plaies. Additionnée de miel, la décoction est utilisée en gagarismes contre l'angine...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique