• Novembre ! On pourrait croire que les insectes se sont endormis quelque part à l'abri et s'apprêtent à subir leur jeûne d'hiver...

    Et bien non ! La température oscille entre  16 et 21 °, ce qui leur  donne l'idée de profiter du pollen présent !

    Sur les dahlias...

    Butineurs de novembre

    Butineurs de novembre

    Sur les cosmos... ...elle se fait une pelote pour l'hiver et une orgie jusqu'aux antennes !

    Butineurs de novembre

     

    Sur la sauge...

    Butineurs de novembre

    Sur les ipomées...

    Butineurs de novembre

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Amoureux des chrysanthèmes !

    Eh oui, amoureux, transi et admiratif...(ou amoureuse, car...criquet ou sauterelle ? Il paraît que c'est facile : si les antennes sont plus longues que le corps, c'est une sauterelle, si elles sont plus courtes, c'est un criquet !...je vous laisse juge...)

    Comme il me plaît de penser "sauterelle", je dirais donc amoureuse, amoureuse de ce chrysanthème, en ce jour de Toussaint...

    En choisissant ma potée, je l'ai vue, immobile et complémentaire, contemplative et littéralement éblouie par la magnificence de la fleur !

    J'ai pris le pot à la jardinerie...le pot, et ce cadeau d'un vert à faire pâlir de jalousie les menthes !

    J'ai installé la plante sur le siège avant de la voiture, histoire de surveiller la passagère...

    Stoïque sous les soubresauts, les trépidations, les freinages et les virages,  elle semblait s'agripper de toutes ses pattes à sa fleur tout en me lorgnant du coin de l’œil.

    Elle n'a pas bronché et arrivée chez moi, je lui ai fait une séance photos à laquelle elle s'est prêtée avec une extrême bonne grâce, se contentant de me surveiller...quand même !

    Amoureux des chrysanthèmes !

    Amoureux des chrysanthèmes !

    Il a fallu que je l'arrache à son chrysanthème, car je tenais à garder mon cadeau au jardin , mais pas au cimetière !

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • L'automne est revenu et avec lui mon chanteur de l'été !

     

    Il rentre dans la maison, prend ses aises, s'endort sur le carrelage, batifole dans la cuisine, investit le tas de bois près de la cheminée,

    et stridule doucement derrière les fils emmêlés de l'ordinateur...

    Je suis presque émue de le revoir...je devrais écrire tout cela au pluriel, car il amène avec lui ses frères et soeurs, ses cousins

    et cousines...

    Vous vous demandez de qui je parle? Mais du grillon domestique bien sûr, le grillon du foyer des contes ! Il aime la chaleur et n'a pas

    envie de rester dans le jardin quand la température descend.

    Résultat, je marche sur des œufs pour éviter de marcher sur les grillons qui ont la fâcheuse manie de stationner au milieu du passage...

    au risque de se faire écraser par un pied pressé!

    "Attention" !!!! Je fais sursauter ceux qui mettent les pieds chez moi...On me regarde , les yeux arrondis par la plus totale incompréhension..."Attention au grillon, là, devant tes pieds..." (Tiens, une idée, je devrais, à l'automne afficher

    une petite plaque : "Attention au grillon", comme certains affichent "Attention au chien !)

    Evidemment, je passe pour une hurluberlue (dans le meilleur des cas...)

    Mais j'ai trouvé aussi "barjot" que moi : j'ai découvert qu'il existe (non, je ne rêve pas) 

                        "  La Ligue de Protection des Grillons du Métro Parisien (L.P.G.M.P.) !"

    Aujourd'hui, en effet,  on  trouve des grillons dans certaines stations du métro parisien, particulièrement sur les lignes 3 et 9.

    Et la très sérieuse L.P.G.M.P est une association constituée en 1992, comprenant une centaine de membres,et qui se propose

    "de promouvoir l'existence des grillons dans le métro et veille au maintien de leurs conditions de vie."

     
    "Elle revendique notamment la limitation en durée et en fréquence des grèves qui ont pour effet de faire chuter la température

    dans les galeries ainsi que l'assouplissement de la loi Evin qui, par l'interdiction de fumer, prive les grillons de mégots de cigarette"...

    dont ils font leurs choux gras !

    Considérés comme portant bonheur, ils se nourrissent des miettes qui tombent à terre et passent l'hiver près de la cheminée...

     

    .anecdote-du-jour.com/entendez-vous-les-grillons-du-metro-parisien/

    Partager via Gmail

    35 commentaires
  • Ça y est ! Je vois déjà des dames grimper le long des rideaux( d'ailleurs, pourquoi sont-ce toujours les dames qui grimpent aux rideaux...) pour s'accrocher à leur tringle, devant la photo de cette charmante épeire !... (Mauvais calcul, car, comme chacun le sait, les araignées aiment les plafonds...)

    Pourtant, l'araignée qui tisse sa toile ne fait-elle pas référence aux Parques qui tissent les fils de la destinée humaine, dans toute leur opiniâtreté et toute leur fragilité ?

    Mon épeire, tisserande du jardin, a mis ses bracelets de danseuse orientale pour s'entourer d'un lacis de graffitis allant de  l’ordonnance géométrique à la fantaisie brouillonne, comme si, en fin de tissage, elle était pressée d'en finir...

    Pour les inconditionnelles de la gymnastique le long des rideaux, je précise quand même, que l'araignée aide le jardinier en se nourrissant  de petits insectes...Et regardez comme elle est belle : outre ses bracelets, elle a , dessinée sur le dos, un dessin en forme de croix, c'est l'épeire porte-croix, ou épeire diadème ! La mienne vous présente malheureusement sa forme ventrale...

    Mais est-ce bien sa croix qu'elle porte ? Ecoutez la légende...

    "Postée au sein de sa toile construite  entre deux buissons, l’araignée ne pouvait en croire ses yeux. Elle voyait,  il y a près de deux mille ans, des soldats jouer aux dés, sans compassion, la robe du condamné. Celui-ci pendait agonisant à une croix.  Le sang coulait de la couronne d'épines sur son visage.  Il était tourmenté  par des dizaines de mouches qui se régalaient de son sang.  Jésus était fort  incommodé par le fourmillement des insectes.

    L'araignée eut pitié et  grimpa hors de sa toile, courut vers la croix et grimpa vers le visage. Soigneusement, elle tissa une toile tout autour de la tête. Elle tissa ses fils si soigneusement que le visage disparut sous un voile grisâtre.

    Lorsque l'araignée eut terminé,  elle redescendit. Le soleil brillait lorsqu’ elle rampa sur ​​le sol vers sa propre toile. Elle se retourna et leva les yeux. Elle vit alors que les mouches étaient en colère parce que la toile les empêchait d'atteindre le sang auprès du visage . Il lui sembla alors  voir un sourire  reconnaissant sur les lèvres de Jésus.  A ce moment, l'ombre de la croix tomba  sur le dos de l’araignée. C’était comme si on lui chuchotait à l'oreille: « Merci araignée, pour tes bons soins ».

    Calme et satisfaite l'araignée retourna vers sa toile. Et là,  elle vit que la croix sur sa carapace n'avait pas disparu. Elle comprit alors qu'elle avait tissé une toile pour quelqu'un de très particulier.

    La reconnaissance de Dieu pour la compassion de l'araignée a été transmise à tous ses descendants. Elles ont encore toujours une croix sur le dos  et c'est pourquoi elles sont appelées" araignées porte-croix".

     

    epeire 3438

     Vue de dos !

    Partager via Gmail

    33 commentaires
  •  

    Un petit point de couleur complémentaire sur l'érable rougissant

    Sauterelle

     

    Bonne nouvelle : Eklablog permet maintenant les réponses personnalisées directement sous les commentaires ! On peut donc cocher la case "me prévenir par mail en cas de réponse" sans risquer d'être submergé par l'ensemble des commentaires de l'article...

     

    Partager via Gmail

    38 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique