• La petite rue enneigée se faufile à travers les chalets. La neige crisse, il fait froid.

    Des aboiements venus du bout de la ruelle attirent ma curiosité.

    Là, au bord d'un grand plateau, des chiens de traîneaux sont attachés dans la neige.

     

    .................................

     

    Les traîneaux sont alignés, près au départ, provoquant un concert d'aboiements joyeux et excités. Les chiens, huskys véloces et chiens du Groenland plus puissants, sautent, se roulent dans la neige, donnent de la voix, tirent sur leurs chaînes...Visiblement, ils font tout pour être choisis pour tirer les traîneaux, prendre de l'exercice, comme des enfants qui veulent qu'on les remarque: "moi, moi, moi !"

    Le bruit est assourdissant. seule la petite chienne de tête, consciente de son importance , est calme et attentive.

     

     

    Trois jeunes de cinq mois sont encore plus exhubérents que les autres: amenés là pour qu'ils s'habituent aux gens, et qu'ils apprennent en regardant, ils ne sont pour l'instant que spectateurs , impatients du départ de leurs ainés!

    Ils aboient, hurlent, se roulent le museau dans la neige, sautent l'un par-dessus l'autre! Leur excitation va croissant!

    Enfin, c'est le départ. Les chiens ne demandaient que cela! En un instant, tout devient calme...

    Ceux qui restent se couchent sagement dans la neige, ils attendent le retour des autres et le prochain départ

     Sur le talus, un mâle magnifique observe. Il n'aboie pas.  C'est le chef de la meute. Hélas, l'autorité d'un chef se mesure à sa force et il doit faire face à des rivalités; sa place est contestée. Alors, il a dû se battre...

    Et maintenant, après de gros points de suture à la gorge et une patte bandée, il reste là, en "arrêt de travail" !

    Il a gardé sa place et son prestige, mais devra attendre plusieurs mois avant de reprendre le harnais !

     

     

    Une promenade en traîneau, la veille de Noël, ...Il neige à gros flocons silencieux. Les chiens se sont tus, on n'entend à présent que le frou -frou de leur course dans la poudreuse et leur respiration...Ils se fraient un chemin dans la neige qui gicle sous leurs pattes...

    C'est un rêve: le traîneau sous la neige, parmi les sapins devenus blancs, l'étendue blanche , les flocons qui tombent, qui tombent sans bruit...

     

     

     

    Pour en savoir plus: www.huskydalen.com

     

    Avec cette promenade en traîneau, s'achève cette série d'articles sur ce joli  petit village du Tour...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Harmonie...(Le Tour, Haute-Savoie)


     

    L'abat-jour orangé diffuse une clarté chaude et intime dans la petite chambre.

    Je regarde au dehors la neige qui bleuit sous le couchant. A travers la vitre en hublot, la lumière de la lampe se mêle aux chalets et aux sapins, la neige s'éclaire et pénètre à son tour dans la chambre par le jeu des reflets.

    Dedans...Dehors...? C'est cette photo de  montagne que j'ai choisie pour vous souffler toute l'harmonie du monde et vous souhaiter une belle et bonne année...

    ...............................................................................Capucyne

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  24 décembre...

     

     

    Il neige.....

    Un grand vol noir traverse tout ce blanc et vient se poser sur la neige...

    La vigilance des choucas, ces cousins des corneilles et corbeaux, ces montagnards au bec jaune, vient d'être alertée.

    Des miettes de croissants, des croûtes de fromage, des frites viennent sans doute de leur être lancées par un des restaurateurs bienveillants de ce petit village du Tour en Haute-Savoie.

    "Ils se damneraient pour une frite " m'explique l'un d'eux.

    "L"été, on ne les voit pas, ils vivent beaucoup plus haut, à partir de 2400 mètres. On en voit sur le Mont-Blanc.  Mais l'hiver, ils ne trouvent plus rien là-haut, alors, ils descendent chez nous...ce n'est pas tellement la viande qui les intéresse le plus, mais ...les frites!"

    Il ajoute: "je les ai vus de près, ils ont l'oeil cruel !!!"

    Tout cela est dit cependant avec un air affectueux et compatissant. Que trouver en effet, lorsque la neige recouvre tout?

    Leur repas fini, les choucas  se perchent, sur un arbre, sur une antenne, sur tout perchoir qui leur permet de surveiller...Et au mondre signal de l'un d'eux, le vol noir se déplace vers l'endroit repéré...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Evocation de Noël...au Tour (Haute-savoie)

     

    C'est ainsi que j'ai toujours imaginé Noël... Les arbres qui s'encapuchonnent peu à peu de blanc, la neige qui tombe sur un vieux village de montagne, ouatant le silence habité seulement de loin en loin par le cri des choucas...

    Peut-être est-ce la réminiscence de vieilles cartes postales qui me pousse entre les chalets ce soir du 24 décembre, pour y saisir le scintillement des minuscules étoiles formées par les flocons devant l'unique réverbère du village..

    Il pleut des poussières d'étoiles qui voltigent et se posent. Le sol me fait des clins d'yeux à chaque pas. Je marche sur la voie lactée! C'est Noël!

     

    ................

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique