• Il y a deux ans, c'était avril...Il y a un an, c'était avril...et ces deux fois, je vous avais raconté la merveille des jonquilles du Pic d'Alian, dans les Hautes-Pyrénées.

    La semaine dernière, c'était encore avril, mais dix jours plus tard et...je m'y attentais: j'avais sûrement raté le rendez-vous des jonquilles...j'espérais quand même, sans trop y croire car les jonquilles rencontrées avaient déjà un petit air passé.

    Tant pis ! On tente l’ascension quand même ? Oui !

    Déjà, à la montée, j'ai la surprise de croiser , à mi-pente, des asphodèles qui n’étaient pas fleuries ni l'an dernier, ni il y a deux ans.

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    C'est sûr, les fleurs ont pris de l'avance, et, au sommet,  je suis un peu déçue mais pas surprise devant le champs de jonquilles défleuries... pas partout, certaines résistent encore , certes, mais rien à voir avec la magnificence des deux autres printemps...

    en 2015

    ...et en 2016

     

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Il reste quelques touffes...

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Mais au milieu d'elles,  voici un lot de consolation !

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Et quelle consolation ! Des asphodèles ! Les reines blanches !

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    La première fois que j'ai appris leur nom, je me suis émerveillée de la fluidité de ce mot qui caresse la bouche avec une noblesse qui sied si bien à cette fleur !

    Son nom lui va comme la douceur d'un gant  !

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Et le Pic d'Alian a décidément plus d'un charme à son arc !

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Pyrénées-avril 2017 : les Asphodèles du Pic d'Alian

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  • Après le bouquet de mars des sauvages du jardin ( ICI ), avril resplendit de leurs couleurs et...de leurs bienfaits !

    Je vous avais parlé de ce petit livre, véritable mine de renseignements sur les bienfaits des fleurs sauvages au jardin (pour la  faune, pour le sol, ...et pour nous !)

    La magie des sauvages au jardin : mars

    "Des fleurs sauvages dans mon jardin".

     De retour après une semaine pyrénéenne, je feuillette le jardin qui est en pleine forme, et où les sauvages se taillent la part du lion, printemps oblige ! 

    Je ne tonds pas tout : je repère les sauvages  qui poussent et je laisse leur tapis fleurir . Cela donne un air de fête et de fantaisie fleurie à la pelouse.

    Lorsqu'elles seront défleuries, il sera temps de tondre . Les insectes adorent et moi aussi : ainsi, le jardin vagabonde de tapis en tapis, de touffe en touffe... j'adore les marguerites et je suis en train de les laisser pousser. En mai elles feront merveille.

    Parmi elles, la petite oseille est déjà fleurie : j'aime son côté acidulé mais je ne la laisse pas grainer! En même temps que le jardin, je feuillette le petit livre et il m'apprend que cette petite oseille (Rumex acetosella)abrite volontiers les coccinelles !

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Toutes les petites photos peuvent être vues en grand : il suffit de cliquer dessus !

     

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Je ne me lasse pas du tapis blanc étoilé des stellaires et...elles non plus !

     

    Elles sont toujours là, les lunaires, mauves ou blanches, avant  de mériter leur nom de"monnaie du pape"! Elles font le bonheur du papillon "aurore".

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

     

    Le lamier, qui se déclinait en rose  puis maintenant en jaune avec de belles feuilles panachées, a bien compris que le grillage, ce n'est pas ce qu'il y a de mieux...Alors, aidé du bleu Pentaglotis, il le masque, de son mieux !

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

     

    Lui aussi fait de son mieux pour masquer l'inélégant grillage  ! Le fumeterre est si léger et s'arrache si facilement qu'on peut bien le laisser coloniser modestement quelques petits coins ! En plus, en tisane, il est bon pour le foie !

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Lumineuses, les euphorbes sont censées éloigner les taupes...Elles n'ont aucun effet chez moi, mais elles sont si jolies avec leurs fleurs en forme de "réveille-matin", qu'il y a longtemps que je leur ai pardonné !

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Et voici venu le temps  du bugle rampant,( Ajuga reptans) qui décore la pelouse de ses fleurs bleues mais dont on peut aussi faire des bordures...

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Deux autres sauvageonnes d'avril : voici la belle pulmonaire rose et bleue et la précieuse orchis  dont il faut prendre bien garde de ne pas tondre les rosaces dans la pelouse !

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Il en est tant d'autres au jardin, encore en fleurs ou simplement encore en feuilles...

    Je ne voudrais pas clore cet aperçu sans vous envoyer mon  parfum préféré, non, de mes deux parfums préférés, celui de  de mon aubépine, au fond du jardin, dans la haie : à mon retour, elles resplendit, elle embaume !...

    La magie des sauvages au jardin : avril

     

    La magie des sauvages au jardin : avril

    La magie des sauvages au jardin : avril

    ...et l'odeur sauvage qui fait grincer des dents à certains, mais qui me rappelle tant  de  petits chemins, celle du Géranium herbe à Robert, qui sait si bien tapisser les petits coins nus et dont les tiges et les feuilles se teintent joliment de rouge au fil de l'été...

    La magie des sauvages au jardin : avril

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • C'est la bousculade de printemps ! A moi, à moi crient les fleurs, rivalisant de couleurs, de parfums...

    Devant la prise de possession du jardin par les sauvages, dès mars, les fleurs dites "cultivées" sont passées à l'offensive.

    Allons ! Un peu d'ordre ! Les arbustes d'abord ! (Cliquez sur les petites photos pour les agrandir !)

    Bousculade au jardin !

     

    Bousculade au jardin !

    Les corêtes ont sorti leurs pompons "poussins"...qui se mêlent aux pompons plus petits de la spirée.

    Bousculade au jardin !

    Chacun de ces deux-là n'est qu'un énorme gros bouquet : l'azalée et la coronille:

    Bousculade au jardin !

    Bousculade au jardin !

     Les corêtes s'essoufflent un peu ? Nous voici  s'écrient les lilas, qui, en plus, ouvrent le bal des parfums (non, le bal avait été ouvert dès février par le daphné !)

     

    Bousculade au jardin !

     

    Bousculade au jardin !

     

    Bousculade au jardin !

    Bousculade au jardin !

    "Vous avez parlé de parfum ? Me voici ! Je suis un peu en avance, je sais, mais...il fait si bon que je n'ai pas pu m'empêcher d'ouvrir mes clochettes ! Après tout, Pâques, c'est dimanche  ! Et qui dit Pâques dit clochettes !"

    Bousculade au jardin !

    Oh ! J'ai failli l'oublier ! ce tout petit arbuste, c'est le Loropetalum, planté l'an dernier, et qui, malgré sa petite taille, illumine le "nouveau massif" de ses fleurs roses !

    Bousculade au jardin !

    Bousculade au jardin !

     Une jolie petite qui fait sa discrète à l'ombre :la ravissante Thiarella

    Bousculade au jardin !

     

    Décidément, c'est bientôt pâques ! voici les premières fées clochettes, les aériennes ancolies !

    Bousculade au jardin !

    Bousculade au jardin !

    Bien sûr, tout cela se mêle aux derniers narcisses, aux dernières tulipes, aux premières fleurs des oxalis et...à la profusion des fleurs sauvages d'avril dont je vous parlerai la prochaine fois...

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Grenouillette réveillée, la mare effleurée par le soleil, ...je vous avais fait part de la ponte d’œufs de grenouille, dans leurs "galettes" gélatineuses...

    Grenouillette prend le soleil sur sa pierre, et devient moins noire... (mais il y a encore à faire !)

    Histoires d'eaux au jardin

    Dans les "galettes", les points noirs sont devenus virgules et se sont émancipés, mais les têtards disparaissent peu à peu, comme l'an dernier...

     

    Histoires d'eaux au jardin

    Histoires d'eaux au jardin

    Ils se chauffent au soleil...

     L'Aponogeton (vanille d'eau) en est à sa 11ème fleur depuis la fin des gelées et le Populage des marais égaie la baignoire de ses fleurs jaunes...

    Histoires d'eaux au jardin

     

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  • Un ours se réveille de son hibernation...Que trouve-t-il à se mettre sous la dent ? De l'ail...des ours, bien sûr ! Les ours sont réveillés depuis longtemps mais l'ail des ours n'est pas encore fleurie... tapis vert de sous-bois humide, tapis odorant que je visite depuis un mois pour admirer le tapis blanc ! Mais le tapis est encore seulement vert...

    Délices de l'ail des ours

    Délices de l'ail des ours

     Pourtant, au jardin, la plante étale ses belles feuilles vertes (qui ressemblent à celles du muguet ) et...ses fleurs blanches.

    Délices de l'ail des ours

     Ses propriétés sont les mêmes que celles de l'ail, en plus puissantes, comme pour toute plante sauvage. Cependant, il rend l'haleine moins "aillée" ! Délicieux en pesto (ail des ours, huile d'olive et parmesan ou poudre d'amandes ). Je l'ai essayé en cake 250 g de farine, 3 œufs, 125 g de beurre fondu et une grosse quantité d'ail des ours, avec un peu de parmesan qui me restait du pesto !

    Délices de l'ail des ours

    Le tapis blanc de l'an dernier ? c'est ICI

    Partager via Gmail

    23 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires