• Magiques fritillaires

     

    Magiques ? Oui, magiques ! Belles , mais si fragiles, on les découvre soudain en mars ou avril, dans certaines zones humides, des prairies qui n'ont pas été fauchées ou piétinées, recouvertes en hiver de quelques centimètres d'eau...On la trouve aussi en variété cultivée mais dont le coloris plus terne, plus foncé , plus... je ne sais quoi, n'a pas le charme de la fritillaire sauvage...

    Son nom m'évoque un joyeux frétillement qui lui sied mal.

    Magiques fritillaires

    Bien sûr, sa robe mouchetée à damiers évoque un peu celle de cette gallinacée, mais de là à la traiter de pintade !!! 

    Je m'émerveille de ce rendez-vous annuel et fortuit. Je suis toujours surprise de les rencontrer. Leur douceur, leur fragilité, leur grâce m'émeuvent toujours.

    Magiques fritillaires

     

    Elles sont protégées et font périodiquement l'objet de recensement de la LPO, en Loire-Atlantique.

    Magiques fritillaires

    Il suffit de si peu de choses pour anéantir les merveilles ! Un pied, une main...

    Magiques fritillaires

    ...un intérêt financier, un Vinci quelconque...

    Magiques fritillaires

    Partager via Gmail

    16 commentaires
  • Jours de soleil , jours de grisaille, jours mitigés... le printemps balbutie, fait ses premiers pas...

    La présence d’œufs de grenouille dans ma mare m'a incitée à mon petit "pèlerinage" annuel à la mare "aux grenouilles" dans la vallée du Cens  (le Cens est affluent  de l'Erdre, elle-même affluent de la Loire). La mare aux œufs de grenouilles plutôt, car je n'y ai jamais vu la moindre grenouille !

     Cela fait plusieurs années que je surveille les pontes de grenouilles (agiles) à cet endroit. Pour y arriver, c'est un parcours enchanteur au bord du cours d'eau.

    Printemps dans la vallée du Cens

    Ce lundi, comme une bécasse, je n'ai pas pris mon appareil photo...Mal m'en a pris car...là, tout au bord, Monsieur et Madame Crapaud étaient fort occupés à assurer leur descendance...pas de photo pour immortaliser cet instant, le mâle, un peu gris,  sur le dos de la femelle, un peu rousse et plus grande (il faut bien ça pour supporter ce poids  sur son dos !!!). Le tout dans une immobilité parfaite et concentrée ! Pas de joyeux ébats, pas d'agitation, pas de grands gestes, non, juste la concentration... pas très affriolant mais parfait pour une photo... hélas!

    J'y suis donc retournée, en solitaire, par une journée de mercredi, douce, printanière, idyllique... j'étais bien, toute seule, humant les jonquilles, les anémones Sylvie qui mêlaient leurs tapis jaunes et blancs...

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Au bord des prairies, c'est le jaune des ficaires qui brille au soleil...

     

    Ici, l'ail des ours fait flotter dans l'air des effluves aillées... Pas encore fleurie, elle étale le tapis vert de ses longues feuilles en forme de feuilles de muguet. j'en ai cueilli une poignée pour faire un subtil pesto ( avec huile d'olive et parmesan).

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Dans la mare, les petites "galettes" des œufs de grenouilles agiles (mais est-ce une illusion ou y en a t-il moins depuis deux ans ???)

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Des tas d’œufs, dans une masse gélatineuse que les grenouilles, les futées, accrochent aux brindilles aquatiques pour qu'ils ne dérivent pas au gré du vent, et qui prennent parfois l'allure de champignons atomiques !

     

     

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Les crapauds ne m'avaient pas attendue ! Mais là, à l'endroit de leurs ébats (enfin, si l'on peut appeler ça "ébats" !), des chapelets d’œufs  !Je savais que c'était la différence entre les œufs de grenouilles et ceux de crapauds, mais je n'en avais jamais vus !

    Printemps dans la vallée du Cens

    Je suis retournée pour montrer tout cela à une copine..(qui a pris cette photo).Je n'ai pas cassé le chapelet, mais le soulever précautionneusement m'a permis d'admirer le travail ingénieux des batraciens, la masse gélatineuse protège (et nourrit) bien les œufs !

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Mes oreilles ne m'avaient pas trompée ! Un second "plouf" m'en a donné la confirmation, et hier, je l'ai découverte prenant le soleil sur la pierre...Grenouillette est bien réveillée, mais j'ai peine à la reconnaître, encore noire de la vase qui lui a servi d"abri tout l’hiver ! Une grenouille de bronze !

    Allez Grenouillette ! Encore quelques "ploufs" pour nous faire voir ta belle couleur verte !

    L'éveil de la mare (suite)

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Le jardin n'est pas le seul à ouvrir les yeux sur le printemps naissant !!!

    J'ai eu la joie de voir des amas d’œufs (de grenouille agile ?) , au moins quatre , dans la mare. Une visiteuse les a déposés...J'aime ces manifestations de vie, furtives, qui passeraient inaperçues si elles ne laissaient des traces !

    L'éveil de la mare

    Oh, il y a fort à parier que les têtards ne deviendront pas grenouilles, dévorés peu à peu, comme l'an dernier, par les "dents de la mare" ! Mais ...j'espère quand même !

    Du côté de la baignoire de zinc, l'Aponogeton (vanille d'eau) explose ! Déjà trois fleurs, au subtil parfum de vanille, et le bouton d'une quatrième est en train de s'ouvrir... !

    L'éveil de la mare

     

    La mare, j'ai voulu la laisser libre de vivre sa vie de mare, même petite, et je n'y ai donc pas mis de poissons rouges pour laisser à toutes les petites bêtes de l'eau , la chance de la coloniser. Les moustiques ? Grenouillette ou les redoutables larves de libellules s'en chargent.

    Mais, dans les bassines, c'est autre chose, et sur mes photos, à l'automne, certaines lectrices m'ont bien fait remarquer les larves de moustiques...

    Alors, en octobre, j'ai fait l'essai de mettre dans la baignoire à la vanille deux petits poissons... Sitôt installés, sitôt disparus ! Je ne les ai plus revus (j'ai pensé qu'ils n'avaient pas survécu)...jusqu'à ce jour de janvier où j'ai aperçu un furtif éclair rouge! Le petit rouge avait donc vécu caché sous les pierres ! Pendant les deux semaines de gel, j'ai fait un trou dans la glace, tous les matins pour donner de l'oxygène à mon petit rescapé...toujours caché.

    Et puis voilà...il y a deux jours,

    le printemps et le soleil

    ont fait sortir le loup du bois,

    ou plutôt le poisson de dessous les pierres

    et...deux ! Ils avaient survécu tous les deux!

    L'éveil de la mare

     

    L'éveil de la mare

    L'éveil de la mare

     

    J'ai décidé alors de tenter la même expérience dans l'autre bassine, celle du nénuphar. j'ai demandé deux poissons "bien rouges", pour avoir une chance de les apercevoir ! Mais ceux-là semblent moins timides !

    Reste à voir si la température de l'eau ne sera pas trop chaude cet été...

    Et puis...en m’approchant de la mare, j'ai entendu un "plouf" ! Je ne l'ai pas vue, mais Grenouillette est réveillée !

    Partager via Gmail

    31 commentaires
  • Cette fois, malgré les tempêtes successives qui ont envoyé valdinguer tout ce qu'elles pouvaient déplacer aux quatre coins du jardin, fait plier l'échine aux jonquilles trop confiantes, les couleurs du  printemps éclaboussent les parterres ou la pelouse.

     

    Le début du printemps se décline en jaune,

    en une explosion de jaunes,

    celui des jonquilles, des grosses, des petites

    qui se penchent au dessus de la baignoire de zinc

    pour faire la causette aux vanilles d'eau

    (l'Aponogeton dystachius que j'ai installé à l'automne

    et qui refleurit de plus belle), ...

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

     

    ...le jaune plus tendre des sauvages, les "rousinettes" comme on les nomme par ici,

    et celui des gouttes de primevères qui s'installent un peu partout !

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

     Pour faire contraste, le peintre printanier a posé  de légères touches de bleu, celui des muscaris...et celui des crocus, dont les rondes montgolfières ont hélas été emportées par le vent ...

    Couleurs de printemps au jardin

     

    ... celui des jacinthes, rescapées  de petits pots offerts au moment de Noël, et qui se multiplient d'année en année. Il faut bien un peu de bleu pour marier le jaune et le rose, lui aussi très présent en ce début de mars !

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

     

      Rose du daphné qui fleurit et embaume toujours,

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

     ...et celui des hellébores, le rose tendre et froufroutant de la belle Phoebé

    Couleurs de printemps au jardin

     et celui plus soutenu mais tout aussi froufroutant de l'hellébore du Vieux Clos. Cette année, les autres n'ont pas daigné se montrer... Caprice d'hellébores ?

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Couleurs de printemps au jardin

    Partager via Gmail

    33 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires