• En mode confinement - 6 :  le jardin violet

    Coucher de soleil au fond du jardin - 6 avril 2020

     

    Les vaches sont parties... L'agriculteur les a enlevées pour épandre du fumier sur la prairie... Ah, les effluves du fumier de vache lorsque je déjeune sur la terrasse...! Mais  je ne me plains pas ! D'abord, en cette période, j'apprécie de manger dehors, ensuite, je préfère le fumier aux pesticides et enfin...j'aime bien cette odeur (même si, en mangeant...hum...), qui va bien avec le côté sauvage de mon jardin...

    Je ne suis pas la seule à apprécier les fleurs sauvages...Ce bourdon des champs à la belle fourrure fauve adore les violettes.

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

     

    Violettes elles aussi, les pervenches se mêlent aux stellaires pour un petit coin tout à fait sauvage

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

     

    Moins sauvages mais complètement déboussolés par le temps capricieux, mes iris Alcazar fleurissent un par un depuis ...février !

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

     

    Le port altier des campanules "glomerata" me séduit toujours autant

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

     

    Mon petit prunier, qui n'a encore rien donné, me fera-t-il l'honneur d'une ou deux prunes ? Il est fleuri, mais les gelées blanches de la semaine dernière auront-elles eu raison  des prunes en devenir , les abeilles sont-elle allées le visiter ?

    En mode confinement - 6 :  le jardin violet

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires
  • En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

     

    Les recettes fleurissent en cette période ...à tel point que je me demande combien de kilos certains vont prendre avant d'être "libérés" !!!...

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

    Celle-ci est vraiment une recette de confinement : pour faire ses courses, il suffit d'aller au jardin, et là, la généreuse bourrache vous sourit de toutes ses fleurs et ...de ses feuilles...!

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

    Donc...aller au jardin, cueillir une grosse poignée de feuilles  de bourrache .

    Délayer de la farine (j'ai utilisé de la farine de sarrasin car j'adore le goût des galettes de sarrasin...) avec un peu d'eau.

    Ajouter les feuilles de bourrache hachées et un œuf.

     

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

    (Vous pouvez broder : ajouter, sel, poivre, noix de muscade, oignons, gruyère râpé... )

    Etaler de petites quantités de pâte dans une poêle pour former des galettes

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

     

    Retourner les galettes quand elles sont déjà bien dorées d'un côté

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

     

    Un petit tour au jardin a permis de cueillir quelques feuilles de pissenlit et autant de roquette...

    Petites galettes de bourrache et salade du jardin...le repas est vite prêt !

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

     

    Les fleurs se mangent aussi et vous pouvez les mettre sur un plat, une salade...en décoration !

    En mode confinement - 5 : les galettes de bourrache

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • En mode confinement - 4

     

    Je vous avais promis la suite de mon bouquet, pour ceux et celles qui n'ont pas de jardin. Je me suis laissé distraire par les mésanges tricoteuses. C'est qu'il s'en passe des choses en ce moment, j'ai du mal à suivre !

    En mode confinement - 4

    Après les bleues, les charbonnières, les mésanges huppées se mettent au tricot !

     

    C'est que la nature s'amuse bien : après nous avoir mélangé les saisons, fait une impasse sur l'hiver et nous avoir balancé un petit coup d'été avant une touche d'hiver (tiens, il y a longtemps qu'on l'avait oublié celui-là !), elle nous lance pêle-mêle tout ce qu'elle a comme fleurs ...de mars, d’avril, de mai, tout cela en même temps, comme si elle disait : "et bien débrouillez-vous maintenant" ! (plus un petit virus pour faire bonne mesure)

    Et voilà les pauvres fleurs sans dessus-dessous : les ficaires avec les tulipes, les pâquerettes avec les iris, une marguerite de mai déjà ouverte, les fleurs de fraisiers en février, les bourdons avec les flocons.....

    Je ne sais plus où donner de  la fleur ! Je vous ai livré les jaunes, les roses...mais j'ai oublié la corête et ses pompons-poussin-de-Pâques !

    En mode confinement - 4

     

    ...et les tulipes botaniques qui mêlent le jaune et le rose...

    En mode confinement - 4

     

    Pour continuer mon bouquet, voici le côté "fleur-bleue" du jardin, bleue vraiment bleue, comme le sauvage Pentaglotis (que je suis obligée de canaliser !) et la douceur du myosotis ensauvagé:

    En mode confinement - 4

    En mode confinement - 4

     

    Elle aussi, d'un beau bleu étoilé, la sauvage bourrache ne se pose pas de question : elle fleurit tout le temps ! C'est dire si les abeilles et coccinelles qui se réveillent d l’hiver sont contentes de la trouver, fidèle au poste !

    En mode confinement - 4

    En mode confinement - 4

    En mode confinement - 4

     

    Bouquet bleu, bouquet blanc, rouge ?

    Pour faire la transition avec le blanc :

    En mode confinement - 4

     

    Les iberis et le papillon "Aurore"

    En mode confinement - 4

     

    En mode confinement - 4

    Elle, je ne la connais pas : elle pousse en petits coussins blancs et fleuri aussi le bord de la clôture...

    Une petite sauvage que j'aime particulièrement : la ravissante, délicate, raffinée, étoilée Stellaire...Chez moi, elle a tous les droits, même  celui de faire une grosse grosse touffe dans le potager...Une merveille qui fleurit en abondance au bord des chemins en ce moment.

    En mode confinement - 4

    En mode confinement - 4

     

    En mode confinement - 4

     

    Après l'Osteospermum rose, le blanc...

     

    En mode confinement - 4

    Et rouges, les tulipes toujours fleuries !

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • En mode confinement - 3

     

    Aujourd'hui, avant un autre envoi de fleurs, voici un peu de la vie ailée du jardin.

    Les  humains sont enfermés, la nature respire...

    Cette branche appartient au "pin des oiseaux", auquel j'accroche mes mangeoires. mais les beaux jours sont là et le restaurant des ailes est fermé depuis trois semaines : la construction des nids commence et les oiseaux doivent partir à la recherche d’insectes pour nourrir leurs jeunes.

    Plus de graines, mais je n'oublie pas mes amis ailés pour autant : en ce moment, je donne un coup de pouce à la construction des nids, celle des matelas, plus particulièrement.

    Tous les ans, le "pin des oiseaux" prête ses branches à l'accrochage de laine,...et les cardeuses s'en donnent à cœur joie...

     

    La mésange bleue tricoteuse

    C 'était le 7 avril 2018...

     

    Cette année, voilà déjà deux fois que je fournis de la laine et cette fois, alors qu'habituellement, c'est la femelle qui carde, ...

    En mode confinement - 3

     

    ...j'ai surpris le couple en train de s'entraider : l'une passe à l'autre des petits pelotons de laine...

    En mode confinement - 3

    En mode confinement - 3

     

    Je n'ai pas surpris la charbonnière en train de tricoter...

    En mode confinement - 3

    ...mais en train de manger une graine qu'elle est allée chercher dans la monnaie du pape...

    Et vu la largeur de sa cravate, je panse qu'il s'agit du mâle, et...les mâles ne tricotent pas , du moins chez les oiseaux...!

    En mode confinement - 3

    En mode confinement - 3

     

    Lui, par contre, j'aimerais bien savoir ce qu'il trafique : il a cherché, avec beaucoup d'insistance, à entrer dans le nichoir des mésanges bleues, au-dessus de lui...!  Un étourneau bigleux ? Parce qu'enfin, un trou d'envol de 28 mm, c'est un peu étroit, non ?  De loin, je l'ai d'abord pris pour un merle et c'était un drôle  de comportement pour un merle...jusqu’à ce que je voie briller les plumes de son plastron, en plumage nuptial...

    En mode confinement - 3

     

    En mode confinement - 3

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires
  •  

    L'étau se resserre...pas plus d'une heure dehors...si vous avez besoin de marcher, et bien...vous pouvez faire comme les vaches  : elles ont dû avoir vent de la chose car je les ai vues faire leur petit galop journalier, à la queue leu leu dans le pré derrière chez moi...ce sont des génisses, alors, un peu fofolles, elles ont besoin de bouger ...

    Je regarde les vaches, pour ne pas devenir chèvre...On a beau aimer la solitude, six semaines (c'est bien ce qui est prévu ?) sans voir personne ni parler à personne, ça vous trempe le caractère, surtout si, en plus, pas question de sortir sauf pour faire un petit tour, comme les  chiens...

    Fermés les bords de Loire, de l'Erdre, du Gesvres, de la Chézine et du Cens...fermée la nature...Reste le jardin...

    Alors, en cadeau à ceux qui n'en ont pas, de jardin, voici un bouquet de fleurs du mien , un bouquet de photos, un bouquet de jardin...

    Un coup d’œil par la porte ouverte pour faire entrer le soleil

    En mode confinement- 2

     Un coup d’œil derrière...mais ce que l'on ne voit pas sur la photo, ou pas très bien, c'est le moelleux tapis des ficaires parsemé de pâquerettes...

    En mode confinement- 2

     

    les primevères sauvages sont fleuries dans tous les coins, à leur guise, à leur aise...alors que déjà une grand partie des narcisses est défleurie...

    En mode confinement- 2

    En mode confinement- 2

    En mode confinement- 2

    Un jaune  "bouton d'or", celui de  la coronille.

     

    Un gros bonbon rose devant la maison ? c'est le Loropetalum, qui mêle l'acidulé de ses feuilles au rose franc de ses pétales.

    En mode confinement- 2

     

                        ...et un  gros bonbon rose derrière, c'est l'azalée...

    En mode confinement- 2

     

    C'est la fin des hellébores , mais certaines gardent encore la fraîcheur de leur robe

    En mode confinement- 2

     

    J'avais déjà remarqué que les abeilles charpentières adoraient les fleurs roses : l'été elles  ne quittent pas les pois de senteur sauvages. En ce moment, elles sont irrésistiblement attirées par le lamier...rose !

    En mode confinement- 2

    En mode confinement- 2

     

    ...tandis que les aurores sont des inconditionnels de  la monnaie du pape ...dont la couleur n'est pas vraiment en harmonie avec leur livrée...mais c'est ça qu'ils aiment, alors...les goûts et les couleurs...!

    En mode confinement- 2

     

    Quant à aux ostéospernum ,près de la porte, ils ont un peu tendance à entrer dans la maison !

    En mode confinement- 2

    En mode confinement- 2

    En mode confinement- 2

     

    Et les rouges, les blanches, les  bleues...? le bouquet n'est pas terminé, mais...le confinement non plus, alors...

    Partager via Gmail Yahoo!

    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires