• Il me tarde d'être en mer, il me tarde de voir le balai aérien des fous et la neige de  leur plumage sur l'île Rouzic...

    Le bateau s’éloigne des rochers de la côte de granit rose (pour ceux qui l'on raté, voir l'article du 19 avril : Soleil sur la côte de granit rose )

    Une escale sur l'île aux Moines, (c'est la seule sur laquelle il est permis d'accoster) nous permet de voir un phoque gris à la pêche, des huîtriers pie prenant le soleil, et une colonie de goélands argentés nichant sur les étendues herbeuses surplombant la mer..

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

     Le phoque est trop loin pour la photo et les huîtriers...ce n'est guère mieux !

    Il fait très beau mais il y a de la houle ! De retour sur le bateau, il devient sportif de faire des photos !!! Hum !

    Les fous de Bassan

    Loin du bateau,

    mais bien visibles aux jumelles,

    voici les cormorans huppés ,

    sur l'île Bono,

    avec leur petite touffe sur la tête !..

     et soudain, sur l'eau, oui, c'est bien un macareux moine, l'oiseau emblème de la LPO, mais...que je n'ai jamais vu "en vrai" !!! Mais quelle idée a donc eu la nature d'affubler cet oiseau d'un tel bec ! C’est joli, original, ça ne passe pas inaperçu, mais c'est comme pour le rose des flamands roses ! La nature , ce jour là, était d'humeur joyeuse !!!

    Les fous de Bassan

     

    Les fous de Bassan

    Sur l’île Malban, un phoque gris fait la sieste...de dos...comme un gros rocher sur le rocher.

    Les fous de Bassan

    Mais là-bas se profile l'île Rouzic...

    Les fous de Bassan

    L'île est-elle enneigée? Couverte de cerisiers en fleurs ? Des nuées de flocons voltigent autour d'elle, ou bien sont-ce des pétales virevoltant dans le vent ?...

    Au-dessus de nos têtes, ils sont bientôt là...

    Les fous de Bassan

    Les Fous de Bassan !  ! Magnifiques, blancs, à l'extrémité des ailes noires (chez les adultes), au capuchon jaune et...aux yeux bleus élégamment bordés de khôl !

     Pourquoi "fou"', et pourquoi "de Bassan" ?

    Son nom vient de l'île de Bass, en Ecosse, qui abrite la plus grande colonie de fous... La place devenant rare, l'île Rouzic a peu à peu accueilli à son tour la seule colonie nicheuse de France.

    Et pourquoi "fous" ? Et bien il suffit de les voir plonger en piqué, les ailes rabattues le long du corps, à une vitesse vertigineuse (de 60 à 110 kms/ h) pour  comprendre !

     

    Les fous de Bassan

     

    Les fous de Bassan

    Aux abords de l'île, rares sont ceux qui plongent. Pour pêcher, ils vont plus loin ; ils peuvent parcourir 450 kms pour se nourrir : l'an dernier, on a compté 18 000 couples sur l’ile ; à raison de 500 g de poisson par adulte, on comprend qu'il faille un peu élargir le terrain de pêche ! Mais quand ils reviennent, comment s'y reconnaître dans cette foule ?

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

     

    Les Fous viennent là pour nicher, mais la place est comptée : un couple, un nid, un œuf (un seul), et ce n'est pas la joyeuse promiscuité à laquelle on pourrait s'attendre : pas de débordements chez les voisins sous peine de coups de bec (et quel bec !).

    Comme , en plus, les mâles sont identiques aux femelles, il y a tout un jeu de mimiques pour reconnaître son conjoint, sans parler des cris ! Les mimiques sont codées : becs dressés face à face, croisés, petites caresses sur le cou, c'est la parade ou les retrouvailles ;  bec dressé,on prévient que l'on va s'envoler ;  air menaçant, bec tendu vers le voisin, attention, ça va chauffer ! C'est la défense de son mètre carré ! 

    Le nid, fait d'algues, doit être consolidé sans cesse. On voit donc les fous, souvent transportant des paquets d'algues...

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

    Nous sommes dans les côtes d'Armor, la mer est côté...nord. Pourquoi donc les fous colonisent-ils cette partie nord et non le côté sud, plus abrité des vents ? les vents, justement ! Ils sont si lourds, les Fous de Bassan,qu'ils ont un peu de mal à prendre leur envol sans l'aide du vent !

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

    Avant de quitter les Fous, savez-vous à quoi l'on reconnaît un oiseau marin  d'un oiseau de rivière ou de lac ?

    C'est qu'ils sont équipés pour filtrer l'eau de mer  et pouvoir ainsi disposer d'eau douce pour boire !

     

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Ce week-end, le soleil était au rendez-vous sur la côte de granit rose...Au rendez-vous, mais avec quelques bouderies de ciel gris, voire noir et quelques ondées facétieuses et courtes...

     

    Soleil sur la côte de granit rose...

    La côte de granit rose, c'est  7kms de rochers roses et découpés entre Trégastel et Perros Guirec, en passant par Ploumanach. Rochers, mais aussi petits bois aux racines serpentines...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Ces blocs de garnit rose sont sortis des entrailles de la terre, il y a 300 millions d'années.. C'était du magma volcanique, remonté sous la surface, puis érodé au fil du temps...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Sous le soleil, le couleur de la roche est magnifique...

    .Samedi de brume sur les 7 îles (celle que l'on aperçoit est l'île aux moines, avec son phare...)

    Dimanche de soleil ! l'île aux moines semble s'être rapprochée !

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    C'est un bonheur de parcourir tous les coins et recoins entre les blocs qui prennent des formes d'animaux, de têtes, d'objets...!

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Soleil sur la côte de granit rose...

     

    Le chemin des douaniers garde les vestiges de leur présence...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Soleil sur la côte de granit rose...

    Soleil sur la côte de granit rose...

     

    Vu de la mer, du bateau qui nous emmènera vers les 7 îles à la rencontre des fous de Bassan,  le château de Costaéres, sur son île qui fut une ancienne sécherie pour les filets des pêcheurs.

    Soleil sur la côte de granit rose...

     

    Toujours vue du bateau, cette tête de sorcière, que je qualifierais plutôt de sorcier à cause de sa barbe (mais on peut y voir ce que l'on veut !) et...en route pour les 7 îles !

    Soleil sur la côte de granit rose...

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  • C'est le titre du dossier central du dernier numéro  de la Salamandre, et c'est la réalité du jardin !

    En lisant ce titre, j'imagine quelqu'un , immobilisé suite à un accident, une personne âgée pas très mobile...Il y a tout au jardin, musique, danse, cinéma, beauté...pour peu que l'on soit un peu curieux et observateur...

    Le jardin fait son cinéma

    Le jardin fait son cinéma

    Mes deux derniers articles n'illustreraient-ils pas une série sur  "les grands bâtisseurs" ?

    En ce moment, le jardin illustre parfaitement "le sacre du printemps", avec ses tapis colorés, tapis de pâquerettes, de ficaires, de monnaie du pape, de pissenlits..Question tapis, Il se la joue ecclésiastique avec la pourpre cardinalice de la monnaie du ...pape, qui sert de toile de fond à celui des vicaires (pardon, des ficaires)

    Le jardin fait son cinéma

    Et que dire du "vol des bourdons" ou de celui des abeilles charpentières qui vrombissent telles des "forteresses volantes" en ce moment !? Ou encore des "dents de la mare" qui croquent chaque année les têtards  au fil des semaines  !

    Le jardin fait son cinéma

    Il nous propose

    "la vie en rose"

    ou"la naissance

    des étoiles"...

     

    Le jardin fait son cinéma

    Oui, le jardin fait son cinéma pour les amoureux qui l'observent !

    Le jardin fait son cinéma

    Dans le numéro de  la Salamandre, de nouveaux titres, de nouvelles scènes de jardin...

    Maudite Aphrodite , ou la mythologie au jardin

    Les envahisseurs (pas besoin de commentaires)

    Ma vie de courgette, ou les mille vies de la courgette...dans l'assiette

    Un frisson dans la nuit (tiens, chez moi, c'est plutôt "il est minuit Monsieur Hulotte" !)

    A l'ouest de Zanzibar, sur les visiteurs d'Afrique

    Garden Party

    L'odyssée de l'espace ou les rythmes lunaires,

    Retour vers le futur (ça, ce n'est pas drôle : que faire pour économiser la précieuse eau !)

    Docteur House : les médicinales au jardin

    Jurassic Park : tous les monstres préhistoriques du jardin !!!

    L'âge de glace (une hermine dans la neige au jardin ! Ce n'est pas à la portée de tous les jardins  (hum !)...

    ...mais c'est si beau, une hermine dans la neige...

    que je ne résiste pas au plaisir

    de vous montrer cette photo,

    extraite de ce numéro...

    (En réalité , la photo est encore plus belle car sur deux pages...difficiles à scanner )

    Le jardin fait son cinéma

    Je ne vous présente plus la Salamandre.., ses articles et ses magnifiques photos, dessins, aquarelles..Si ? Alors , quelques articles :

    Le vert et la vie

    le loup mal aimé

    Et une dernière illustration de ce numéro, (ou l'on trouve aussi un bel article sur les grèbes, la martre, le cerf (pourquoi perd-il ses bois celui-là?) ou le saumon...une (demi) peinture de Nick Derry, pour l'article "Carnets d'un bird lover"...

    Le jardin fait son cinéma

     

    Je vous rappelle qu'aux lecteurs de mon blog, la Salamandre offre un numéro gratuit pour tout abonnement à La salamandre, la Salamandre junior, ou la petite salamandre, avec le code promo CAPU18

    Pour aller voir la salamandre :c'est ici !

    Partager via Gmail

    13 commentaires
  • Après le transport de matériaux trop grands pour elle, la mésange du nichoir de feu le cerisier a décidé de s'attaquer à la couette...C'est qu'il ne fait pas très chaud !   " En avril, ne te découvre pas d'un fil", et les saints de glace, c'est en mai...

    La mésange bleue tricoteuse

    La mésange bleue tricoteuse

     Elle s'agite, la petite bleue, un mélange de machine à tricoter et de marteau piqueur !

    Elle se penche tellement que  je me demande si elle va tomber à la renverse !

    La mésange bleue tricoteuse

    Mais non !

    La mésange bleue tricoteuse

    Elle a enfilé les pattes dans la laine comme pour dévider un écheveau !

    La mésange bleue tricoteuse

    Un rétablissement, et hop ! Attaquons l'ouvrage par le dessus !

    La mésange bleue tricoteuse

     

    Cette année, j'ai mis de la laine rose, je trouve que ça va bien avec sa couleur bleue !

    Mais tout fait l'affaire : les crins de chevaux (si vous habitez en ville, c'est peut-être plus dur !), laine de moutons accrochée aux barbelés, poils de chien ou de chat (c'est le moment de les brosser )...Une année, j'ai vu une mésange charbonnière arracher les poils du tapis que j'avais mis dans la "niche" de ma petite chatte...alors que la minette était là, en train de dormir !

    La mésange bleue tricoteuse

     

    Partager via Gmail

    21 commentaires
  • Les mésanges bleues bâtisseuses

    Alors que les tarins des aulnes ne se décident pas à quitter le jardin (il doit faire encore trop froid dans leur contrée nordique ou montagnarde), les mésanges s'affairent déjà à préparer le nid. Il ne fait pas chaud, il y a du vent et je les observe derrière la vitre, assez loin du tronc de feu le cerisier sur lequel est installé le nichoir pour les petites bleues...Je suis assez loin, mais tant pis !

     

    Le mâle, je suppose que c'est le mâle, semble faire le guet...Il se tourne d'un côté, de l'autre, tout ébouriffé par les rafales de vent.

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Il va jeter

    un coup d’œil

    dans le nichoir...

    elle n'est pas là ?

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Non, elle n'est pas là...Il reprend sa faction...

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Elle est revenue !

    Avec des matériaux !

    Heu, avec un tout petit

    matériau plutôt !

    Et pendant que Monsieur s'éclipse, prise de frénésie, elle se met à confectionner le nid ! Ce petit brin là, c'était pour rire...Mais les suivants ! Ah, les suivants ! Ça ne rentre pas, elle sort la paille, puis la tête, puis tout le corps ! Pas facile de bâtir dans un si petit espace (pourtant, il est grand, le nichoir)...Elle en est au stade "brindilles" (pas encore mousse et laine (que je fournis !). Elle choisit des plantes comme la menthe, la lavande (que le jardin fournit aussi et je laisse à terre les tiges et feuilles séchées) pour leurs propriétés antiseptiques : dame, il ne faut pas que les petits attrapent des poux !

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Pour voir en plus grand, cliquez sur les photos)

     

     Cette fois, c'est la folie des grandeurs ! Bien sûr, il faut rentabiliser les voyages, mais...

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

     

    Tenues comme ça, les brindilles ne rentrent pas ! Il faut ressortir et...réfléchir en regardant le trou !

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Les mésanges bleues bâtisseuses

    Mais ,chut ! Elle va y arriver !

    Partager via Gmail

    27 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires