• Innénarables petites bleues !

    Peu d'oiseaux bénéficient d' un tel capital de sympathie ...Certains chassent les pies  de leur jardin (les-vilaines-qui chassent-les petits -oiseaux !), les étourneaux (beurk ! ) , les merles (arrière les mangeurs de cerises !), mais pour qualifier les mésanges et surtout les bleues, "les-mignonnes -petites-mésanges", auxquelles on donnerait le bon Dieu sans confession, il n’est pas de qualificatif assez lénifiant : elles sont mignonnes, adorables, craquantes, charmantes et que sais-je encore !

    Je trouve ça très injuste, car enfin, toutes les espèces animales ont leur place, leur rôle, leur raison d'être, leur droit de vivre ! Mais c'est ainsi, moi aussi je "craque" devant ces bouilles de tonquinoises, ces pompons vif-argent, ces acrobates ailées, ces lutins bleus et jaunes !

    Innénarables petites bleues !

    Et qu'importe si ce sont de vraies chipies, faisant la loi aux mangeoires, prêtes à déloger tout oiselet qui les dérange, bagarreuses et mauvaises coucheuses ! "Elles sont si mignonnes, n'est-ce pas  !?"

    Innénarables petites bleues !

    Tiens, un pompon en méditation !

    Partager via Gmail

    6 commentaires
  • "Père, gardez-vous à droite, Père, gardez-vous à gauche" disait le jeune Philippe (qui en gardera le surnom de "le Hardi" !), à son père Jean le Bon, à la bataille de Poitiers en 1356, en pleine guerre contre les anglais...

    En ce dimanche de décembre, ce ne sont pas les coups de mousquet qui retentissent sur le chemin de randonnée, mais bien des coups de fusil, qui me font violemment sursauter, tellement ils sont tout près ! Tout près ? Oui, derrière cette haie en bordure le la petite route de campagne, dans un champ qui longe un chemin...Et zut, ce chemin, c'est notre chemin de randonnée.....

    "En garde "!

     Les accidents de chasse sont nombreux depuis l’ouverture, on a tiré sur un cheval, une vache, un cycliste, une dame dans son jardin (elle en est morte...), des chats, et même un troupeau d'ânes (ils en sont morts aussi)... alors, deux malheureux randonneurs derrière une haie...Je n'en mène pas large et ..." moi, je ne vais pas par là"! Je suis prête à rebrousser chemin, (la rage au cœur, mais à rebrousser tout de même !)

    "Mais non", me dit le baryton, "ils (les chasseurs) ne sont pas si bêtes quand même ! (Ça...je n'en jurerais pas !)

    Il m'entraine vers le chemin...j'entends les chasseurs parler derrière la haie...Un peu rageuse, je me mets à claironner : "Oh, oh, nous ne sommes pas des lapins ! "

    Le baryton me dit : "viens, on va leur chanter "toréador" ! Et d'entonner, avec sa voix sonore de...baryton , l'air du toréador de Carmen : "toréador, en ga-a-a-ar-de, toréador, toréador...." Et nous voilà, marchant d'un bon pas le long du champ, lui chantant à tue-tête, et moi...me pressant (quand même !) 

    .......

    Plus un mot chez les chasseurs, plus un coup de fusil...Nous sommes passés ...

    "En garde "!

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Aujourd'hui, j'ai eu l'envie de rendre une visite à mon ami Barberousse. L'automne est la saison qui lui sied le mieux ! Rousse, sa barbe ne l'est qu'en ce moment, passée la soie verte de sa parure de printemps, puis sa barbe fournie de l'été , d'un vert plus soutenu... C'est maintenant que je le préfère, avant le passage du barbier Hiver qui lui rendra son nom de Cyprès chauve !

    Il est en bonne compagnie pour ce qui est des rousseurs ! Passé le ruisseau qui nous mène à l'Erdre, les couleurs de saison m’accompagnent le long de la rivière !

    Visite à Barberousse

     

    Visite à Barberousse

    Visite à Barberousse

    Visite à Barberousse

    Barberousse est là, tout au bord de l'eau, mais il me faut enjamber la cohorte de ses lutins pour essayer de la photographier ! Le bougre joue les timides et est toujours mal placé par rapport au soleil : c'est de la rivière qu'il flamboie le mieux ; du côté du chemin, il se cache derrière d'autres arbres...

    Et comme je n'ai pas de bateau...

    Visite à Barberousse

     

    Je le salue, impressionnée par sa garde rapprochée de lutins-moinillons ! Visite à Barberousse

    Visite à Barberousse

     C'est qu'ils veillent sur lui ! 

    La nature, toujours parfaite a eu pitié des pauvres Cyprès chauves, implantés au bord de l'eau, à la merci d'une asphyxie des racines en cas de trop forte montée des eaux ! Alors, elle lui a donné ces lutins, ces moinillons en robe de bure, qui sont en fait des racines surélevées, des "genoux respiratoires", en terme plus savant, des pneumatophores (comme c'est beau ça, "porteurs de respiration" !) qui permettent à mon Barberousse de ne pas s'asphyxier !

    Visite à Barberousse

    Cette histoire me plait toujours autant , tellement que j'en avais fait une vraie histoire fausse, à (re)lire ici :

    Le Cyprès chauve et les lutins

     

    Visite à Barberousse

     

     

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • J'ai des amis "Nature"...Vous vous en doutiez si vous fréquentez mon blog.

    Mais j'ai des amis "Nature" qui sont aussi écrivains.

    Je vous ai présenté, il y a trois ans déjà, le  livre de Nicolas, "Par enchantement", sorti en 2014, flamboyant et lyrique, un hymne à l'homme et à la nature.(à revoir ici)

    Voici aujourd'hui, celui de Vincent, "Les 12 sagesses des arbres" . .

    "Les 12 sagesses des arbres" - Vincent Karche

    "Les 12 sagesses des arbres" - Vincent Karche

     
    Un regard aimant, intime et fraternel sur les arbres, une invitation à vivre avec eux, à donner et recevoir , à respirer, à s'inspirer de leur sagesse...

     Mais qui peut mieux que Vincent vous présenter son livre ?

    Ici, sur Youtube

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Feu et cendre

    Novembre présente presque chaque soir son festival "lumières"...c'est le mois des ciels de feu.

    Celui-ci, au fond du jardin est "feu et cendre"...

     

    Feu et cendre

    Partager via Gmail

    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires