• C'est un dimanche d'octobre lumineux, au bord du canal, là où il emprunte le lit de l'Isac, où il devient plus souple, plus campagne.

    Les joies se succèdent : c'est d'abord le troglodyte qui vient tenir son discours agité dans les branchages au bord de l'eau. Plus loin, éclatent les touffes roses des bonnets d'évêque du fusain. Sur un arbre, perché au-dessus du canal, un héron cendré prend la pose et le soleil...Des cormorans passent, voiliers noirs au grand bec jaune, un pivert s'esclaffe bruyamment comme seuls savent s'esclaffer les piverts...et là-bas, par deux fois, voici l'éclair bleu métallique du martin-pêcheur.. Le décor est planté pour son apparition...

    Le renard mal-aimé

    Photo Pascale Delalande

     

    De l'autre côté du canal, dans le pré, un autre éclair, roux celui-là, assez près pour m'émerveiller, trop loin pour une belle photo...et puis, je ne bouge plus...Il ne nous a pas vus et nous pouvons admirer la grâce de ses mouvements, la précision de ses sauts, la puissance de ses muscles...Maître Goupil mulote...

    C'était il y a quatre ans et la plus beau souvenir que je garde d 'une apparition de renard.

    Pas de photo de renard dans mes archives donc, mais des amis blogueurs m'ont gentiment prêté les leurs pour mon article..

    Le renard mal-aimé 

    Photo Norbert Veber

     

    Norbert (allez voir son beau site : la plaine du Bischwald) se bat dans l'est de la France pour faire rayer le renard de la carte des "nuisibles". Car le petit  animal est traqué, chassé, 365 jours sur 365,  24 h sur 24...Quel est son crime ? Les chasseurs le détestent, et les chasseurs sont puissants. On l'a d'abord accusé de propager la rage...Mais ça, c'est fini...On l'accuse de convoiter les poules des poulaillers...c'est vrai et le renard est rusé, mais il existe des solutions pour protéger ses poules la nuit ! Non, ce qui semble être la vraie raison, c'est que le renard s'attaque aux faisans et perdrix que les chasseurs "lâchent" la veille (ou le jour ) de leurs parties de chasse ! Quelle chasse, mon Dieu ! Elever des bêtes en cage, les relâcher, complètement désorientées et sans réflexe de fuite,  pour les abattre à coups de fusil...t Evidemment une aubaine pour le renard, mais lui, on ne l'invite pas à la chasse boucherie !

    Certains chasseurs ne sont pas ainsi ! J'en ai rencontré un , un de ces dimanches ensoleillés, dans un petit chemin de campagne... Cinq chiens de chasse, vociférant, aboyant, venaient de nous passer presque dans les jambes...Un chasseur en voiture nous a demandé , cinq minutes plus tard, si nous n'avions pas "entendu des chiens" ! Oh que si !  J'ai cru naïvement que les chiens s'étaient perdus...Oh que non, m'a expliqué le baryton : c'était une battue, les chiens poursuivaient le "gibier" et les chasseurs, en voiture, essayaient de repérer l’endroit où les envoyaient les chiens...La chasse en voiture ?...

    Je n'étais pas très rassurée, connaissant la propension de certains chasseurs à tirer sur tout ce qui bouge...J'avais beau avoir la polaire rouge...sait-on jamais ! Aussi, lorsque le baryton m'a prévenue : "tiens, voilà un chasseur", de l'autre côté de la haie bordant le chemin, ai-je demandé, un rien provocatrice : "Rassurez-moi, nous ne risquons pas de recevoir un coup de fusil ?" Le chasseur, seul avec son chien  (qui s'est collé à nous pour se faire caresser pendant toute la durée de notre conversation ,car ce fut un vrai échange sympathique, pendant presque une heure, de part et d'autre de la haie !) m'a rassurée : "on ne tire pas à travers les haies, c'est rigoureusement interdit", et non, il ne participait pas à "ça",( coup  de tête vers les aboiements lointains). Il faisait partie d'une toute petite société de chasse (sept personnes) , était apparemment plus intéressé par la balade avec son chien, très soucieux de protéger ce dernier , de respecter les règles et de ne pas exterminer les animaux, un chasseur qui trouve le renard beau et utile, l'admirant muloter, avec sa femme, au mois de juin, depuis sa terrasse, et déplorant de ne plus en voir parce qu'ils étaient traqués...un chasseur qui m'a, dit le baryton, réconciliée avec les chasseurs (enfin, certains !!!)

    Le renard mal-aimé

    Photo Pascale Delalande

    Lorsque j'ai demandé à Pascale la permission d'utiliser ses photos, elle m'a répondu : "aucun souci, quand on peut faire un plaidoyer pour les animaux, je ne suis jamais contre !"

     Voici son beau blog : Regards sud-naturalistes

    Cette traque acharnée du renard est une aberration : les  campagnols , mulots, ...pullulent dans les champs. L'un  de leurs  prédateurs naturels est le renard. Un seul renard consomme  entre 6000 et 10000 campagnols par an ! Ce n'est pas pour rien qu'on dit que le renard mulote ! On arrive à cette situation délirante : on extermine les renards et on déverse des poisons dans les champs pour protéger les cultures...tout en détruisant l'équilibre naturel et en risquant aussi d'empoisonner les animaux domestiques et l'homme !

    Je suis tombée sous le charme du renard lorsque j'avais 10 ans...j’étais malade, au lit, seule à la maison...La voisine m'a apporté un livre, le roman de Renart,( Renart avec un T) ; j'ai dévoré ces aventures du Goupil rusé et sympathique toujours vainqueur lors de ses confrontations  avec Ysengrin le loup... Je suis toujours sous le charme, mais qui ne tombe pas sous le charme de sa grâce quand on le voit "danser avec les mulots" ...?

     

     Pour ceux qui peuvent avoir accès à Facebook, ne manquez pas cette émouvante vidéo de la renarde allaitant ses petits

    du canadien Luc Durocher, ou cette autre, des jeunes renardeaux...

     

    Le renard mal-aimé

    Photo Luc Durocher

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Cet article n'est compréhensible que si l'on a lu celui que j'ai publié voilà sept ans, presque jour pour jour : Etude sur l'habitat des lutins

    Les choses changent en sept ans...Les maisons des lutins ont subi une évolution quelque peu inquiétante...

     

    L'évolution de l'habitat des lutins

    Voyez plutôt ! Alors que les maisons individuelles fleurissaient, diverses, originales, intégrées dans leur environnement,...

    ... on voyait déjà fleurir l'habitat groupé de type "cage à lapins", certes. Mais depuis quelques années , on assiste à une accélération du phénomène, particulièrement depuis deux ans.

    L'évolution de l'habitat des lutins

     

    Cette étude a été faite dans mon jardin.

    Alors que ici et là, à l'automne; j'imaginais les lutins gambader d'une demeure à l'autre au clair de lune -des constructions discrètes, pleines de diversité et de fantaisie, dispersées sur tout le territoire du jardin- cette année, je vois fleurir des sortes de HLM, entassées , écrasant une jolie vieille souche, ou au pied du tronc de feu le pommier...

    L'évolution de l'habitat des lutins

     

    Qu'est-ce qui peut bien expliquer cette frénésie de constructions ! ? Les maisons "lutiniennes" poussent comme des champignons dans le jardin, effrayant les habitants installés dans leurs modestes petites demeures !

    L'évolution de l'habitat des lutins

    Dès qu'un lutin, devenu trop âgé quitte sa maison, elle est tout de suite rasée, écrasée et remplacée par d'informes tas...Oh, je sais, vous allez me dire  : "mais c'est joli au jardin !" ! Oui da, c'est joli parce que j'ai choisi mon angle de prise de vue pour faire une jolie photo...mais...la réalité est autre pour mes petits habitants au chapeau pointu !...

    Donc, pourquoi cette débauche de constructions !?

    Je me suis laissé dire que dans certains jardins, ce n'est pas beau à dire, mais...des lutins (qui ont sans doute la tête près du bonnet) se battent entre eux !!!...Certains quittent donc leur jardin pour venir chez moi.

    Pourquoi chez moi ?  Oh, vous savez bien comment il est, mon jardin ! Fleuri l'été, plein de feuilles mortes à l'automne, avec plein de recoins où les petites bêtes (et les lutins) peuvent se cacher, plein de galeries de vers de terre et de taupes (pour le transport, c'est pratique), recevant la visite des coccinelles et des papillons, des abeilles et des bourdons, celle des oiseaux et des lézards,recelant  plein de bonnes choses à manger,  avec une mini-mare où il fait bon prendre son bain...

    Il y a même des lanternes pour éclairer les nuits sans lune...

    L'évolution de l'habitat des lutins

    Mon jardin a donc attiré la convoitise des lutins fugueurs et par la même, occasion...celle des promoteurs (chez les lutins aussi il y a des promoteurs) qui se sont mis à construire n'importe comment, entassant les nouveaux lutins dans des logements  où, autant l'avouer, ils doivent se sentir écrasés !

    L'évolution de l'habitat des lutins

     

    Et même, quand, par hasard, on voit la construction d'une maison individuelle, elle est  grise , uniformément grise ! (d'accord, pas uniformément, mais c'est que les petites bêtes du jardin, à qui ça ne plaît guère, se chargent de la déco).

    L'évolution de l'habitat des lutins

     

    Hélas, l'histoire devient triste ...ces photos ont été prises il y a deux semaines, mais entre temps...entre temps a soufflé la tempête ! Et les tempêtes, ça ne rigole pas, ça fait le tri !  Voilà donc ce que sont devenues ces constructions-promoteurs après son passage :

    L'évolution de l'habitat des lutins

    L'évolution de l'habitat des lutins

     

    Finies, rasées anéanties...il n'en reste qu'une vague trace grise, la trace laissée à titre de leçon par la nature qui s'en est donné à cœur joie !

    Partager via Gmail

    28 commentaires
  • Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    L'envol des Tourne-pierre à collier

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

     

    Contemplation...

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Ici, cette année, l'automne prend son temps...Pas de pluies violentes pour transformer les couleurs naissantes en bouillie brune, pas trop de vents décorneurs de vaches, pour rendre chauves les toisons dorées avant l'heure...Bref, l'automne est un bel automne tout en teintes dorées et flamboyantes.

    L'automne des acers

     Les deux acers, tout près de la mare, n'ont jamais été aussi beaux

    L'automne des acers

     

    Ils prennent le temps de distiller toute les nuances de leur transformation.

    L'automne des acers

     

    L'automne des acers

    En arrière-plan, l' hydrangéa "Passion",

    bleu en été,

    a pris cet automne

    une teinte pourprée tout à fait inattendue

    L'an dernier, le tout jeune hydrangéa "Shojo", n'avait pas changé de couleur,

    mais c'est cette année qu'il prend la teinte qui m'avait séduite sur le catalogue !

    L'automne des acers 

    De la fenêtre, j'ai souvent l’œil attiré par mon petit coin de mare !

    L'automne des acers

     

    L'automne des acers

    Partager via Gmail

    33 commentaires
  • Le marais Audubon semble un lieu propice aux champs  de Marguerites ou de Narcisses contemplatifs (mais pourquoi donne-t-on toujours des noms de fleurs aux vaches ?) Déjà, l'automne dernier m'avait offert des têtes  toutes retournées de Marguerites en mal de miroir (Délires vaches)

    Elles ne sont pas toutes à l'envers, les "têtes" !

    La tête à l'envers...

    La tête à l'envers...

     

    Ce décor de frênes têtards, qui ont la tête bien à l'endroit sur leur torse court, sert d'écrin à ces Narcisses-Marguerites ...

    La tête à l'envers...

    ....qui ne se lassent pas de se mirer

    dans le miroir d'eau des canaux

    qui drainent les marais.

    La tête à l'envers...

     

    La tête à l'envers...

     

     

    La tête à l'envers...


    Education des filles à la coquetterie ?

    La tête à l'envers...

     

     Les petits gars préfèrent y aller boire... (Oh Capucyne, quelle vision sexiste et rétrograde de la société !...surtout que Narcisse, c'était bien un petit gars, non ?...mais pour sa peine, il a été changé en fleur !))

    La tête à l'envers...

     

    Ah, j'ai oublié de vous dire à quoi servent les arbres têtards... ! A faire du bois de chauffage ??? Heu...pas seulement !!!

    La tête à l'envers...

    Et visiblement...c'est bon !

    La tête à l'envers...

    Partager via Gmail

    29 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires