• Même si elle est loin d'être suffisante, (l'Edre n'a jamais été aussi basse, la terre est sèche si l'on creuse à 15 cms...) le jardin est tout de même content et certaines fleurs qui avaient fait le dos rond tout l'été se remettent à fleurir aimablement alors que je ne m'y attendais pas !

    Les oxalis...Oh, pas une grosse touffe, mais tout de même...!

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Les ostéospermums

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    le petit géranium...

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    C'est bien gentil à eux, parce que ceux qui devraient faire le spectacle en ce moment, le feu d'artifice de l'autome, ce devraient être :

    les dahlias

    je l'ai dit dans l'article précédent, ils ont soufferts et sont un peu courts sur pattes ! Pourtant, un par un, ils se réveillent...Oh, ce n'est pas l'apothéose, mais il faut s'en contenter...

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     Jardi qui rit, jardin qui pleure (2) 

    J’adore les dahlias, tous les dahlias, mais depuis deux ou trois ans, ils font grise mine et ils n'offrent pas le feu d'artifice escompté!

     

    Ceux-ci aussi devraient faire  le spectacle ! Mais ils n'ont pas aimé le sec, ils n'aiment pas le vent !!! Ils fleurissent quand même, mais il ne faut pas compter sur eux pour avoir un jardin bien rangé : ils se sont couchés pour protester !

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Quant aux anémones du Japon, elles ne font pas la grève intégrale, mais ce n'est guère mieux : voici l'unique bouquet de fleurs qu'elles m'offrent : c'est le service minimum !

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Après mes asters roses (ils assurent!, voir l'article précédent !), ceux-là ont fait un gros effort !

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Un autre gros effort a été fait par les petits cyclamen, que je pourrais aussi bien mettre dans les fleurs sauvages tant ils vivent leur vie librement...leur vie pour laquelle j'ai craint en septembre : je n'en voyais pas l'ombre (rose) d'un ! Mais petite pluie après petit pluie, ils ont comme chaque année étendu leur tapis rose au fond du jardin !

    Jardi qui rit, jardin qui pleure (2)

     

    Bien sur, le jardin est fleuri, mais le manque d'eau a réduit considérablement les floraisons habituelles et s’il ne pleure plus, le jardin ne rit pas tout à fait franchement non plus, je crains pour les prochaines années...

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • Cet été, le grand sourire persistant du soleil a beaucoup fait pleurer le jardin. Oh, sans larmes, il n'y avait guère de place pour des débordements aqueux ! Sec, le jardin était sec au début septembre, d'une tristesse aride. Couleur paille, il se recroquevillait sur lui-même, racornissant ses feuilles, érigeant ses tiges à minima...

    Les dahlias, auxquels je donnais de maigres rations de survie tirées des cuves qui baissaient inexorablement, n'ont pas pu mieux faire que quelques petits 50 cms...Les rares fleurs des sauges , des dahlias étaient petites, tout de suite desséchées...

     

    Les sedums se portaient bien, sans eau et, découragée, je me suis dit qu'à l'avenir,je n'avais plus qu'à  prévoir un jardin de sedums !

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

    Plus aucune trace de verdure dans l'herbe, ce qui lui donnait le charme d'une savane...

    J'ai cru perdre les asters ! Le pied des grands roses a commencé à jaunie, les violets et les "bordeaux" n'ont plus qu'une tige rabougrie...

    Et puis...le ciel a pleuré, et peu à peu le jardin a souri... les dahlias ont gardé leur petite taille mais ont ouvert des fleurs..

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

    Les asters roses ont repris des forces...

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

    Et puis, ça et là, tout le monde se risque à revivre  : les sauges qui faisaient profil bas , respirent et refleurissent...

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     

     Même le fushia, pourtant discret d'habitude, sourit et s'étire !

    Jardin qui rit, jardin qui pleure

     Le jardin rit quand le ciel pleure et pleure quand le ciel rit trop longtemps !

    Partager via Gmail Yahoo!

    14 commentaires
  •  

    J'aime bien avoir, dès le mois d'octobre, un agenda tout prêt pour l'année suivante...Vous avez remarqué ? Il faut noter un événement pour avril 2020, et on est obligé d'écrire sur un bout de papier (que l'on perd) la date du dit événement parce que l'on n'a pas prévu encore de nouvel agenda...

    Oh je sais, il y a les petits malins, les modernes, qui notent tout ça sur leur Smartphone, agenda électronique, ou autre support technologique qui je l'avoue, m'est totalement étranger...

    Au moins, l'agenda papier, ça ne se détraque pas, ça ne tombe pas en panne...et...comme celui que je viens de recevoir, c'est bien joli et plus poétique !

     

    L'agenda 2020 Salamandre-terre vivante

    J'utilise déjà cette année, l'agenda Salamandre-Terre vivante : je le trouve joli, avec ses délicates aquarelles. C'est un agenda pour les amoureux de nature.

    Chaque double-page (une semaine) se termine par une petite observation agrémentée d'un joli dessin ou , une semaine sur deux, par deux petites "rubriques'": voir, entendre...

    L'agenda 2020 Salamandre-terre vivante

     

    Chaque début de mois, une page dessin et un texte en rapport avec le mois...

     

    A la fin , des pages pratiques :les plantes médecine, les plantes cuisine, les amis du jardin, les bons gestes etc...

     prix de l'agenda : 12€

    voir ici

     

    L'agenda 2020 Salamandre-terre vivante

     

    L'agenda 2020 Salamandre-terre vivante

     Un agenda nature, un agenda douceur...

    Cette année, il y a une offre spéciale : un abonnement à la Salamandre (n'oubliez pas le code CAPU18 pour un numéro supplémentaire !)+ agenda : Offre spéciale

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    18 commentaires
  •  C'est peut-être bien le dernier acte des manifestations de sauvages au jardin J'en ai sûrement oublié, d'autres ne sont pas venues cet été...la faute en est à la sécheresse ! Les mufliers par exemple, qui installaient leu jaune tendre dans un ou deux massifs, ont dû tellement tirer la langue que je n'en ai vu aucun...Depuis deux jours, la pluie a enfin eu pitié du jardin paillasson et des feuilles tristounettes...Peut-être une sauvageonne viendra-t-elle encore ?

    D'autres ont résolument séché sur pied C''est le cas de la Brunelle (Prunella vulgaris), violette en été, qui a laissé la place à des épis bruns (d'où son nom peut-être ?) Cette fleur d'été (à ne pas confondre avec le bugle rampant du printemps) a une grande utilité si l'on n'arrache pas ses tiges sèches : elle fait le régal des chardonnerets en hiver. Voir l'article :la brunelle et les chardonnerets

    Oui, elle peut s'installer sur une bordure, dans un massif ou la pelouse, mais...pourquoi systématiquement l'arracher ?


     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

     

    C'est vrai qu'à la fin de l’été, jolie fleur devient petite graine...La grande Berce (qui n'a pas de jolies fleurs, mais une allure imposante) est devenue champ d’étoiles...Ses tiges creuses servent aussi d'abri aux insectes l’hiver (les coccinelles, par exemple)

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Je ne déteste pas que le jardin prenne des allures de saison, qu'il érige des fleurs séchées et des teintes paille...

     J'avoue héberger une fleur dite "invasive", à tort, à mon avis : la Balsamine de Balfour, (ou Impatiens de Balfour) une petite fleur en forme de  fleur de pois, rose et blanche, légère et...susceptible (si on la touche, elle éclate de peur et déverse ses minuscules graines au gré de la fantaisie du vent...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Invasive, la pauvrette ? D'abord elle s'arrache d'un rien et ne fait pas de résistance.. Ensuite, elle ne supporte pas la sécheresse et le grand soleil...si bien que ma voisine, qui s'était bien habituée à cette petite invasion en forme de nuage rose venue de chez moi, a déploré ne plus en avoir au jardin. La mignonne forme un joli décor de fin d'été...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Comme d'autre légères, c'est un zeste de poésie au jardin.

    Chez moi, la maligne a réussi à se ressemer de l'autre côté du jardin (elle a dû prier le vent ou les oiseaux !) pour étendre un tapis discrètement fleuri le long du mur de bois du voisin...là où le soleil ne passe pas !

     

    Elle a aussi trouvé un coin et se mêle aux rustiques, (pas sauvages vraiment, mais ensauvagées) Amours en cage.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

     

     Petite récapitulation de l’année :

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-i-a161051654

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-ii-a161089914

    http://capucyne.eklablog.com/pourquoi-m-arrachez-vous-acte-iii-a161679932

    http://capucyne.eklablog.com/pourquoi-m-arrachez-vous-acte-iv-a163138240

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-v-a170214814

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-vi-a170324910

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    14 commentaires
  • C'était un soir d'août, il y a trois ou quatre ans.  Il était un peu plus de 22 h, 22h30 peut-être, une heure entre chien et loup...

    Et justement, sur le trottoir d'en face, un animal passait, sans se presser.. Pendant une seconde, je l’ai pris pour un chien...mais un chien avec une drôle d'allure, un peu "triangulaire", comme un petit ours...Ni chien...ni loup...deux belles bandes noires sur fond blanc...! Un blaireau !!! Un blaireau déambulait tranquillement dans ma rue, sagement sur le trottoir ! Il a tourné le coin de la rue...

    Je sais que les blaireau ne sont pas très aimés (mais quel est l'animal sauvage que les hommes aiment !?). D'ailleurs, quand on traite quelqu'un de blaireau, cela veut tout dire !  Mais il y a peu , j'ai appris que les blaireaux étaient systématiquement déterrés : une barbarie perpétrée  neuf mois et demi par an, à l'aide de chiens, de pinces, de fusils, d'armes blanches...selon une "tradition ancestrale" !

    L'ASPAS, association pour la protection des animaux sauvages s'en émeut et a organisé une campagne choc en plein Paris pour dénoncer cette pratique.

    Le dernier numéro de la Salamandre, reçu en retard, s'en émeut aussi et se fait l'écho  de cette campagne.

    De toutes les couleurs

     

    En retard ou pas, ce numéro est une mine de lecture de rentrée. Comme d'habitude, une variété de dossiers et que vois-je ? Quelques pages consacrées à la rencontre de la fauvette et du figuier !

    Le figuier ! Je voulais justement vous parler de mon dernier-né : en automne dernier, le Baryton, (connaissant mon goût pour les figues)tout fier, m'a apporté avec autant de précaution et d'émotion que pour un nouveau-né, un bébé ...figuier, qu'il avait découvert, coincé dans le grillage qui sépare un parc près de chez lui, et la cour d'une école...Un sauvetage, en quelque sorte !

    Avec un soin immense, nous avons planté bébé, creusé une petite cuvette pour que l'eau ne s’écoule pas , paillé...

    De toutes les couleurs

    10 mars

    De toutes les couleurs

    30 mars

    De toutes les couleurs

    fin avril

    De toutes les couleurs

    fin mai

     Avec de très belles aquarelles, la Salamandre nous raconte la rencontre de la fauvette tête noire, grande amatrice de figues et du figuier...pas dans mon jardin, pas encore...Petit figuier deviendra (peut-être) grand !

    De toutes les couleurs

     

    Dans ce numéro, une carte de l’état des glaciers en France, pas de quoi se réjouir...

    De toutes les couleurs

    De toutes les couleurs

    Le dossier central de ce numéro nous parle  des couleurs...C'est un superbe reportage :

    De toutes les couleurs

    Comment notre œil perçoit-il les couleurs ? On découvre, même si on le savait déjà, comment et pourquoi les insectes perçoivent les couleurs de façon différente de la nôtre, les chats, les oiseaux... : en fonction du nombre de cônes, de la perception ou non des ultra-violets...

    De toutes les couleurs

    De toutes les couleurs

    De toutes les couleurs

     

    Et vous, comment percevez-vous les couleurs ? Un petit test ?

     

    De toutes les couleurs

    De toutes les couleurs

     Chacune des couleurs primaires ou importante est détaillée : que signifie-t-elle, quels signaux envoient-elles aux animaux ,...Ici, une partie du "vert"...

    De toutes les couleurs

    C'est vraiment un dossier intéressant, complet, que l'on lit avec un grand intérêt...

    Ce numéro ne s'arrête pas là !

    Pour le découvrir, c'est ICI

    Certains d'entre vous sont abonnés à la Salamandre, et peuvent nous dire ce qu'ils pensent de ce numéro...!?

    De toutes les couleurs

     

    Et toujours pour les lecteurs de mon blog, un numéro gratuit pour un abonnement d'un an à l'une des trois "Salamandre : la Salamandre, la Salamandre juniors (8 -12 ans), la Petite Salamandre(4-8 ans) avec le code : CAPU18
    Partager via Gmail Yahoo!

    18 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires