• Un papillon plus simple que la piéride ? Qu'elle soit du chou, du navet, de la rave...(je ne sais pas les différencier !), la piéride se fait simplement papillon, sans débauche de couleurs ou de dessins savants...Non, c'est l'essence même du papillon, sans fards.

    Simplement papillons : piéride et citron

     

    Je suis restée un long moment à les observer, les piérides dans leur petit ballet de fleur en fleur... c'était un jour à piérides ! Mais je me suis vite rendu compte qu'elles avaient choisi deux fleurs du jardin, juste deux...Et je me suis beaucoup divertie à prévoir leur prochain arrêt, leur danse immuable : la coquelourde, à coup sûr, là, devant la terrasse...

    Simplement papillons : piéride et citron

     Une fleur, deux fleurs, trois fleurs, puis un petit simulacre d'exploration vers les dahlias qui commencent leur floraison, les gaillardes, les flox, ...une petite fleur de géranium peut-être ? Non ! mais là, derrière, ah oui ! la lavande ! Une orgie de lavande où se bousculent trois piérides à la fois...

    Simplement papillons : piéride et citron

    Retour vers la terrasse et à coup sûr, une nouvelle exploration des (mêmes) fleurs de coquelourde, puis un vol hésitant...vers ...la lavande...

     

    Un autre amoureux de la coquelourde, le citron! Au printemps, il raffole des monnaies du pape. Mais la lunaire est défleurie...alors, vive la nectar de la coquelourde...

    Je crois que le citron est mon papillon préféré...

    Simplement papillons : piéride et citron

    Oh certes, ce n'est pas le plus beau des papillons ! Comme la piéride, il fait dans la simplicité...Il ne cherche pas à rivaliser avec le coloris des fleurs, non. Lui se déguise en feuille ! Les fleurs n'ont même pas le temps de réaliser qu'il est là (elles ont juste été un peu étonnées de leur voir brusquement pousser une nouvelle feuille) que le citron s'est déjà -incognito- abreuvé à leur calice !

     

    J'adore le petit bout de l'aile, juste un peu pointu mais pas trop ! C'est d'un chic ! La marque d'un grand couturier papillon !

    Et les nervures ! Vous avez remarqué les nervures ? Il ne manque même pas la ,petite tache de "rouille" pour que la pseudo feuille n'ait pas l'air trop neuve ! La classe dans la simplicité...et le détail !

    Il est si vrai, le citron-feuille, qu'il n'ait pas rare qu'un autre insecte, une petite mouche, une coccinelle, se pose un instant sur cette feuille si mignonne qui, alors, se garde bien de bouger un cil !

     

    Le citron m'inspire : vous pouvez retrouver d'autres articles sur ce papillon et toute la série sur la vie privée du citron :

    la vie privée du citron : 1

    etc...

     

    Partager via Gmail

    18 commentaires
  • D'abord, voici le résultat du petit jeu d’identification...

    Un oiseau qui chante dans le soir ou la nuit, on pense au rossignol...En l'entendant, ce fut ma première pensée. Mais non, ce n'est )as le rossignol qui chante sa sérénade du soir sur le fil...

    Alors..Un merle attardé et nostalgique ? Ce n'est absolument pas le chant du merle plus profond, plus grave.

    Norbert a dit hirondelle ou serin cini : ce ne sont pas les piaillements de l'hirondelle et j'avoue que j'ai pensé au serin cini aussi, mais ses trilles sont plus rapides et plus aigües et puis, mon chanteur est plus inventif...

    Même chose pour le pouillot véloce dont le chant est si répétitif qu'on l' a surnommé le "compte-écus", comme s'il comptait ses sous !

    les sansonnets imitent certes les autres, mais celui-là était tout seul, loin des troupes d'étourneaux...

    Alors ? Un joli chant,inventif par un oiseau qui voit bien dans le noir...Oui, Trublion, c'est un rouge-gorge. D"e plus en plus d'oiseaux chantent la nuit, troublés sans doute par les lumières des lampadaires...Et le rouge-gorge, comme le merle, est un Turdidé qui voit bien dans un milieu sombre. Voici une petite vidéo faite il y a ...sept ans !

    le chant du rouge-gorge

    Ensuite, toujours à propos des oiseaux, je voudrais rappeler ...qu'il fait chaud, qu'ils ont besoin d'eau pour boire et entretenir leurs plumes..

    .

    Chant du soir, eau de canicule

    Jardin, balcon, terrasse, tout est bon pour leur mettre une coupe d'eau ! Ils ne seront pas les seuls à venir : guêpes, abeilles ont besoin d'eau ! Un couvercle de pot de fleurs suffit !

    Chant du soir, eau de canicule

    Chant du soir, eau de canicule

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • Un petit jeu d'identification... Il est 22 h30, qui chante sur le fil électrique dans le noir devant ma fenêtre ?

     

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  • Bourdon, papillon, oiseau ? Quelle est cette drôle de petite bête qui fait du sur-place devant chaque fleur, allongeant une longue trompe comme   pour" aspirer "la fleur ? Son vol stationnaire est impressionnant ! Un colibri ? presque...papillon plutôt, mais papillon-colibri...Papillon de nuit qui vole le jour.

     

    Le Moro-Sphinx, le papillon colibri !

    Son passage ne passe pas inaperçu... c'est un papillon -poésie qui me fait irrésistiblement penser au "colibri" de Leconte de L'isle, mis en musique par Chausson, dont voici une strophe...


    Vers la fleur dorée il descend, se pose,
    Et boit tant d’amour dans la coupe rose,
    Qu’il meurt, ne sachant s’il l’a pu tarir.


    Et si vous voulez écouter cette superbe mélodie, ici, avec gérard Souzay
    Partager via Gmail

    21 commentaires
  • En fait , il a seulement quelques petits tracas liés à ces petites bestioles au printemps, elles adorent les premières feuilles de courgettes et aitres cucurbitacées, les premières pousses tendres des dahlias, les fraises,  et elles raffolent des feuilles des Hostas, les transformant en passoires...

    Bien sûr,plus le jardin accueille les grives , les carabes, les vers luisants, les hérissons, moins il y a des limaces et escargots. Mais ce n'est pas suffisant chez moi au printemps...le reste du temps, pas de problème (sauf en ce qui concerne les Hostas ! les limaces se damneraient pour une feuille d'Hosta !

    J'ai essayé le piège à bière : c'est bien mais a l’inconvénient de noyer toutes les limaces, y compris la limace carnivore (qui se met les petites herbivores sous la dent !), la testacelle ! Et puis, sous le soleil, la bière sèche, sous la pluie, elle se dilue (il faut protéger le piège contre la pluie).

    Une autre solution, la brique arrondie ou la planchette sous lesquelles se réfugient les bestioles : il suffit de les recueillir et de les porter loin , très loin du jardin...

     Le barrage de coquilles d’œufs broyées est efficace et résiste mieux aux intempéries mais...il faut beaucoup beaucoup d’œufs !!!

    Les limaces ne m'embêtent plus ! !

     
    les granules qui tuent escargots et limaces  (et quoi d'autre aussi !) , même ceux utilisables en agriculture biologique, ne sont pas une solution "éthique" : escargots et limaces ont leur place dans la nature...

    Les limaces ne m'embêtent plus ! !

    Alors, je crois avoir trouvé ! la fougère ! Un paillage de fougère ! les limaces détestent la substance que dégage la fougère paraît-il, et puis j'imagine que ramper sur de la fougère sèche doit raboter le ventre...

    Les limaces ne m'embêtent plus ! !

    J'ai resté ! Avant l'apparition des feuilles, j'ai paillé à la fougère ! Et ça marche !

    Pour une fois, mes Hostas ont une allure acceptable, et sans avoir besoin de changer la fougère : elle résiste très bien !

     

    Les limaces ne m'embêtent plus ! !

    Et puis, puisqu'en fait les limaces n'aiment que les pousses tendres ou les feuilles de  salade déjà bien "ramollies ", je leur abandonne sur place les feuilles externes jaunies ou déjà flétries, les peaux de melon (c'est la saison)...et depuis cette année, je ne m'énerve plus devant les Hostas à trous ou les pousses de dahlias dévorées !

    Les limaces ne m'embêtent plus ! !

    Partager via Gmail

    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires