• "Mais on ne voit rien...!"

    Non, on ne voit rien ou en tout cas pas grand chose..La silhouette du chêne au fond du jardin oscille doucement dans la faible lueur du crépuscule. De temps en temps, on entend le bruit d'une voiture..Mais dans le silence revenu, je l'entends...Presque tous les soirs en ce moment, , la chouette hulotte qui habite dans les parages fait entendre son "chant" plaintif..."hou ou "...!

    C'est l'automne, le mâle se lance dans la reconquête de la femelle ! Eh oui, chez les hulottes la femelle est exigeante : son compagnon s'est-il endormi sur ses lauriers pendant l'été? Saura-t-il cette année encore pourvoir aux besoins de sa famille ? Monsieur se doit donc de faire ses preuves chaque automne, apporter des petites proies (des rongeurs principalement) à sa belle pour lui montrer sa sollicitude et ses qualités de chasseur (de quoi donner envie aux dames de se réincarner en hulotte !)

    Si les proies sont abondantes, si l'hiver est doux, la ponte peut être abondante et avoir lieu très tôt : les petits pourront naître dès la mi-février.

    Ils passeront un mois au nid et sortiront avant de savoir voler: ils devront se cacher dans les buissons...

    En attendant, il chante, mon Monsieur Hulotte, j'ouvre la fenêtre pour l'écouter, il est là, dans le chêne, je ne le vois pas...

     

      Je sais que certains n'aiment pas le chant de la chouette : c'est sans doute son air plaintif qui lui a valu sa réputation de porter malheur.

    Moi...je l'entends très souvent au printemps et à l'automne...

    Pour l'écouter...ici par exemple...

     

    ............................. 

    Partager via Gmail Yahoo!

    7 commentaires
  • l'amour et la cage...

     

    Mettre l'amour en cage ! Personne, même dans les coins les plus inavoués de son cœur n’oserait imaginer pareille folie !

    La nature l'a fait ! Elle a enfermé la  boule rouge de l'amour dans le cœur rouge du physalis !

    l'amour et la cage...

     

    Et peu à peu, le cœur se "dépeint", devient cage, ô, joliment ouvragée  la cage, une merveille de dentelle  qui retient prisonnière la petite boule !

     

    l'amour et la cage...

    l'amour et la cage...


     

    jusqu’à ce qu'elle se résigne

    et se laisse choir

    au fond de la cage...

    l'amour et la cage...

    Partager via Gmail Yahoo!

    24 commentaires
  • L’hiver approche, c'est bien tentant et souvent utile de donner un "coup de pouce" aux oiseaux pour passer l'hiver...

    Oui mais...Il ne faut pas oublier que les oiseaux sont des animaux sauvages, et qu'ils doivent le rester. Il est déjà assez triste de voir des espèces sauvages en voie de disparition  que l'on ne pourra plus rencontrer que dans les zoos !

     Donc, aider les oiseaux certes , mais toujours dans le respect de l’équilibre naturel .

    Bien sûr, tout dépend des régions : dans certains endroits, il a neigé, il a gelé...c'est alors le bon moment pour commencer à distribuer des graines de tournesol dans les mangeoires. S'il ne fait pas encore froid, attendons encore un peu : il y a encore dans les jardins un petit travail de nettoyage à faire par nos amis ailés : les insectes cachés qui guettent vos plantations de printemps, les graines qui, mangées par nos petits auxiliaires, ne se transformeront pas en "mauvaises herbes"..., les fruits de l’aubépine (chez moi, ça y est, ils ont tout mangé), du cotonéaster, du fusain...

    ...les graines des pommes de pin...Sur le conifère aux oiseaux, devant ma fenêtre, c'est le va et vient des mésanges bleues, charbonnières, huppées, à longue queue..

    Nourrir les oiseaux

    .

    Nourrir les oiseaux

     

    La Symphorine a attiré hier pendant un long moment cette charbonnière : que mangeait-elle ? Les petits fruits roses ? Des insectes ?

     

    Nourrir les oiseaux

     

    Bien sûr, une autre condition pour avoir un jardin accueillant, c'est de laisser des tiges sèches après la floraison, des tiges creuses, sans se précipiter en un "nettoyage" frénétique de la moindre brindille séchée. Les oiseaux vous en remercieront. J’ai eu beaucoup de plaisir hier, à observer cette petite bleue décortiquer les graines contenues dans les capsules sèches des petits iris Sibirica (en plus, dans le soleil, ces tiges séchées sont belles et donnent du relief et un air automnal au jardin...)

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux 

    J’attendrai le 1er décembre pour déclarer ouvert le "Restaurant des Ailes"! ...Cependant,  en fait...il est ouvert toute l'année, mais d'une façon tout à fait naturelle, qui ne détruit pas l'équilibre de la  nature  !

    Partager via Gmail Yahoo!

    29 commentaires
  • Une vraie rencontre, pas dans les livres,  mais un renard en chair et en os, comme pour me remercier d'avoir pensé à lui et à ses frères dans mon article précédent !

    C'était le week-end de la Toussaint, quelques jours entre grisaille et éclaircies, un "pique-nique "entre deux ondées, debout au bord du jardin du "Presbytère"( voir à la fin de l' article: " un week-end dans le Lot"...)

    "Un renard !" s'est exclamé le baryton....

    De l'autre côté du jardin, il est apparu, sortant des vergers  de l'autre côté du muret...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Un coup au cœur et un coup de cœur ! J'ai le souvenir d'un renard apparaissant derrière une meule de foin, un autre en train de muloter, mais loin, très loin..., tandis que là !!!...

    Il semblait s'intéresser de (très) près à un petit tas abandonné au pied d'un arbre...Mais un tas de quoi ? Difficile à dire de là où j'étais. Des pommes gâtées  ? Je sais que les renards aiment les fruits (vous vous souvenez de la fable  de la Fontaine : "ces raisins sont trop verts et bons pour des goujats") ?

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Comment immortaliser cette rencontre ? Ce serait ma première photo de renard...Photo ? Oui-da ! L'appareil était posé sur le siège avant, dans la voiture...Alors, j'ai commencé, avec le renard, le petit jeu de "Un, deux, trois, soleil..." Le vent soufflait dans la bonne direction (et il soufflait fort...) ; Messire Goupil ne pouvait pas me sentir...Mais me voir, si ! Alors, un pas pendant qu'il fourrait le museau dans le tas, immobilité...U n autre pas, immobilité... J 'ai ainsi réussi à ouvrir la portière, saisir le sac de l’appareil photo, prendre l'appareil, le mettre en position, tout cela pendant que le renard plongeait le nez dans son tas, puis me figeant à chaque fois qu'il regardait... Quant au Baryton, depuis le début des opérations, il s'est statufié  ; je crois bien qu'il ne respirait même plus !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Il sortait un fruit (?) du tas, et le mangeait à côté, la tête plus oui moins tournée vers moi...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Non, il ne m'a pas  menacée de ses crocs ! C'est que, le fameux tas était en fait un tas de noix mises au rebut, et que Renard avait tout de même un peu de mal à mâcher, tout en séparant la pulpe de la coquille !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Il s'est offert une petite séance de toilette-gratte-puces...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    ...avant de  repartir vers le verger, derrière les buts de foot renversés par la tempête, sans hâte excessive mais vigilant tout de même !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    J'ignorais que les renards chassaient les...noix ! J'aurais pu mettre ce titre à mon article : "Rencontre avec un casse-noix" !

    Partager via Gmail Yahoo!

    37 commentaires
  • S'il est des animaux sauvages mal aimés, c'est bien ces deux-là, que l'on accuse de tous les maux ! Un mangeur de poules et un dévoreur de moutons...

    C'est un livre du Moyen-Age, le roman de Renart, offert par une voisine lorsque j'avais dix ans, qui m'a fait découvrir les deux compères...Compères ? Pas vraiment , dans ce livre que j'ai lu et relu avec délices, et où le malin Goupil ne cesse de berner le malheureux loup Ysengrin...

    Coup sur coup, je viens de recevoir deux livres qui mettent en scène ces deux sauvages...

    l'Odyssée du renard, dont je vous avais parlé avant sa parution pour le faire gagner à l'un de mes lecteurs,( l'odyssée du renard ) et celui-ci, que je viens tout juste de découvrir : Marche avec les loups.

    De tout temps, le renard a été chassé, que dis-je, pourchassé et souvent de bien ignoble façon. J'ai découvert ces images du XVII ème  siècle...(au gré de mes lectures, et non dans l'ouvrage 'l'Odyssée du renard !))

    Le lancer de renards était alors un jeu à la mode , et cela dans toutes les classes sociales ...

    Il suffisait d'avoir sous la main un nombre suffisant de ces pauvres renards pour que le jeu "tienne" un après-midi entier !

    Renart et Ysengrin, le rebard et le loup mal-aimés !

    Dans un espace clos assez grand, deux joueurs tiennent un filet ou une corde de 7 ou 8 mètres de long de façon que le bas de la corde ou du filet touche le sol.

    On fait sortir un renard (ou d'autres animaux) de la cage. L'animal , qui veut fuir, passe sur le filet ou la corde, et le jeu consiste alors pour les deux joueurs à tire brusquement sur les extrémités pour faire sauter en l'air le malheureux renard...Deux mètres , trois, ...le record s'élève, parait-il, à 7,50 mètres !

    Le jeu se pratique par équipes, et l'équipe qui fait sauter le plus haut le renard est gagnant ...

     Une variante : plusieurs duos de joueurs se placent les uns derrière les autres, pour que, quand le renard retombe, il soit relancé par une autre équipe, etc...

    A l'issue de la partie, le renard est mort...

    Si ce n'est pas le cas, l'animal blessé, terrifié, peut tenter de croquer un pied ou un mollet...Donc, il est de toute façon abattu...

    Renart et Ysengrin, le rebard et le loup mal-aimés ! 

     

    Je ne sais pas si l'homme a fait beaucoup de progrès depuis...

    Toutefois, loin des ces barbaries, les auteurs de l'Odyssée du renard nous emmènent à la suite d'un jeune renard, qui quitte son terrier et sa forêt natale pour finalement arriver ...aux abords de la ville.

     

    https://catalogue.salamandre.net/histoires-d-images-l-odyssee-du-renard.pdt-1007/

     

     

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

       

     

     Les auteurs de cet ouvrage sont le photographe Laurent Geslin, photographe de renommée internationale et François Motou vice-président de la Société nationale de protection de la nature (SNPN),

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

    A travers les photos de renards et les textes qui nous racontent la naissance, le terrier, l'alimentation, les mœurs du renard...nous suivons le jeune goupil jusqu'aux abords de la grande ville...Curieusement, nous apprenons qu'en ville, le renard est moins pourchassé qu'à la campagne, qu'il débarrasse des rongeurs indésirables certaines zones urbaines, que les figures de lutte entre deux mâles ont servi de modèle au "fox-trot"...

    Une interview de Laurent Geslin, à regarder ! https://www.rts.ch/play/radio/linvite-du-12h30/audio/linvite-du-12h30-laurent-geslin-photographe-naturaliste-de-renommee-internationale?id=10719748&fbclid=IwAR3pKMkm5SwkPTSlhl9F5R1BcipwYgxYvSg0nRR_JW-uPa6avMWyTSS0vEI

     

    Après le film "La Vallée des loups" en 2017,le livre " Marche avec les loups", (qui vient de paraître et qui sortira au cinéma en janvier prochain),  raconte l’épopée de jeunes louveteaux qui quittent leur meute natale à la recherche d’un nouveau territoire. Hors de la vallée préservée qui les a vus naître, ils vont se retrouver confrontés au monde des hommes. Un véritable road movie à travers les Alpes et jusqu’au Jura qui nous en dit long sur notre relation au sauvage.

     

    Pour aller voir ce livre...c'est ici !

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

     

     Voilà un livre intelligent, loin des passions univoques, pour ou contre le loup, mais qui nous explique le "fonctionnement" du loup, qui, comme le renard , se régule lui-même, afin de maintenir ses populations en équilibre. "Les loups régulent leur population par le départ des jeunes en surnombre."

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

    "j'ai vu les urbains, les ruraux, les écolos, les touristes, les bobos, les chasseurs, les éleveurs tous réunis autour de la bête...évidemment pas toujours avec les mêmes fantasmes."

    "Qui connait vraiment le loup  ? Qui comprend sa dynamique, son rôle positif sur les populations d'ongulés ,Qui a étudié les raisons subtiles qui favorisent ou non ses attaques sur les troupeaux ? A mille lieues de ces réalités, le débat se polarise entre la haine... et l'admiration candide d'une créature dans les deux cas tout bonnement surnaturelle. bref, des deux côtés, c'est du délire."

     (Extrait de la préface)

     

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

    Renart et Ysengrin, le renard et le loup mal-aimés !

     Deux beaux livres donc, sur deux des plus célèbres représentants du "club des nuisibles" !!!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires