• Cet automne prolongé qui ne s'est jamais transformé en hiver par ici n'a amené que peu d'espèces d'oiseaux au jardin.

    Les plus nombreuses sont les mésanges bleues qui , à elles seules, font l'animation ! Infatigables, effrontées, rigolotes avec leur bouille  bridée, acrobates, c'est fou ce qu'elles mangent ! Elles sont partout : aux boules de graisse, aux cacahuètes, au tournesol, aux petites miettes diverses et variées, aux insectes qui sortent encore, à ma "pâtée maison" faite de saindoux, farine de  maïs et graines pour oiseaux du ciel qui garnit la bûche à trous !

    La volière dans le jardin

    Acrobates mais aussi intrépides : l'an dernier, l'une d'elles a réussi à ouvrir ma trémie de cacahuètes, à se fourrer à l'intérieur et...n'a jamais pu ressortir, je l'ai retrouvée morte ; j'en étais toute retournée!

    Un autre danger les guette : les filets des boules de graisse : elles peuvent s'entortiller une patte dedans et... Cela n'est jamais arrivé chez moi, mais maintenant,

    je mets les boules (sans huile de palme, au saindoux, achetées à la LPO) dans un distributeur : c'est plus prudent !

    (photo empruntée sur internet)

    Aucune description de photo disponible.

     

    La volière dans le jardin

      Moins nombreuses cette année, les mésanges charbonnières sont quand même régulièrement présentes...

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     

    Cette année, pas de  troupes piaillantes et querelleuses de chardonnerets, verdiers, pinsons...

    Ils ont présents, certes, mais si peu nombreux que j'en regrette leurs  bruyantes querelles !

    La volière dans le jardin

    chardonneret élégant

    La volière dans le jardin

    verdier mâle

    Depuis deux semaines, la neige qui est tombée partout sauf ici (!!!) nous a amené un arrivage de pinsons des arbres ! Mais hélas, je crois cette année que je peux faire mon deuil des petits migrateurs : tarins des aulnes et pinsons du nord !

     

    Ils deviennent beau, d'ailleurs, les pinsons des arbres ! Les mâles commencent à revêtir un habit nuptial plus vif, plus fringant !

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

    Le nid des pinsons n'est pas construit dans un creux d'arbres...la discrétion s'impose donc pour la femelle qui couve...Pourtant, je la trouve d'une très grand élégance, la petite pinsonne !

    La volière dans le jardin

     

    Cette année, le prince du jardin, Titi le rouge-gorge , s'énerve moins : il y a moins de monde ! C'est qu'il n'aime pas le remue-ménage sur son territoire,Titi !

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     

     Toujours discret, l'accenteur mouchet, à l'élégante robe striée de velours brun et au mantelet de cendre, déteste être pris pour un de ces piaillards de moineaux !

    La volière dans le jardin

     

    Ma bûche à trous a toujours un immense succès, surtout auprès des pics-épeiche ! Des ? Oui, j'en ai souvent deux ensemble ! Alors ? Un couple ? Le mâle a,sur la nuque, une belle tache rouge , que la femelle n'a pas...En regardant bien mes pics, je me suis rendu compte que l'un a une belle nuque rouge , en effet, le second n'a rien...Fort bien, me suis-je dit, le mâle et la femelle...mais, mais...que vois-je ? Un autre pic épeiche avec , sur la nuque, une minuscule tache rouge...Un jeune mâle pas encore fini ? Une femelle en mal de parité et d'égalité des sexes (version MLF chez les pics épeiche) ? Bizarre, cette tache qui en est à peine une ! (Et puis, j'ai beau le leur demander bien gentiment, mes visiteurs ne me montrent pas toujours leur nuque !!!

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

    Par contre, ils montrent volontiers le rouge flamboyant de l'intérieur de leur queue, et...vous avez vu la technique, pour se stabiliser quand ils s'accrochent  ?

    Là, à coup sûr, c'est une femelle :

    La volière dans le jardin

    Et, en gros plan, la nuque du mâle :

    La volière dans le jardin

    Je n'ai pas immortalisé la nuque du troisième larron ! Les trois adorent la bûche à trous...

    Sur le même principe, un copain a eu la grande gentillesse de me faire une trémie à cacahuètes, dans une bûche creusée : le devant est en grillage, le toit cache le trou de remplissage qui se ferme (pour éviter les accidents !)

    Et puis...deux tous à graisse au dos en font une mangeoire double-fonction ! Merci Robert !!!

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     Et sitôt posée...sitôt adoptée !

    La volière dans le jardin

    Le modèle se trouve dans ce petit livre que je vous ai présenté :

    je nourris les oiseaux en hiver

     

    Et surtout, surtout, n'oubliez pas de donner de l'eau aux oiseaux !!!

    La volière dans le jardin

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Beaucoup se plaignent de voir moins d'oiseaux dans leur jardin.

    Il n'a pas fait vraiment froid...Je me dis que c'est peut-être pour ça que le jardin reçoit moins de visites que les autres années.

    Comptez les oiseaux du jardin !

    mésanges bleues

     

    Chez moi, c'est relatif : ça virevolte allègrement dans tous les sens aux mangeoires, mais si l'on excepte les incontournables mésanges bleues et charbonnières,le nombre de visiteurs par espèce a diminué jusqu'à présent : je vois un couple  de verdiers , un chardonneret, alors qu'habituellement, ces deux -là sont omniprésents en nombre au jardin, aux mangeoires.

     

    Comptez les oiseaux du jardin !

    Comptez les oiseaux du jardin !

    chardonneret élégant                                                                                                pinson des arbres mâle

    Peu de pinsons des arbres aussi, par rapport aux autres années...

    Peu de merles (mais où sont-ils passés ?) mais une petite grive musicienne qui m'a , l'autre soir, régalée d'un des premiers concerts de l’année !

    Comptez les oiseaux du jardin !

    grive musicienne

    Fin décembre, une visiteuse d'une journée qui a fait le plein de graines de tournesol dans l'air tout gris, avant de disparaître : une mésange nonnette !

    Comptez les oiseaux du jardin !

    Comptez les oiseaux du jardin !

     mésange nonnette

     

    Ceux que je guette, car ils font le spectacle à eux seuls, ce sont les deux pics épeiche (car ils sont deux !) qui viennent plusieurs fouis par jour à la bûche creusée et...aux cacahuètes !

    Comptez les oiseaux du jardin !

    Comptez les oiseaux du jardin !

    pics épeiche

     

     Ne pas oublier les étourneaux, pies, tourterelles turques, ramiers...!

    Comptez les oiseaux du jardin !

    pie bavarde

    Comptez les oiseaux du jardin !

    pigeon ramier

     

    Pas encore de migrateurs : pinsons du nord, tarins des aulnes, gros-bec...les tarins et pinsons du nord arrivent généralement plus tard, alors, je ne désespère pas encore !

    L'an dernier, j'avais vu le gros bec pour la première fois,  mais je rêve de le revoir...

     

    Mais il ne faut pas se voiler la face, les oiseaux sont en voie de disparition progressive..On devrait en frémir...

    Le week-end prochain, les 26 et 27 janvier, la LPO propose, comme tous les ans le comptage des oiseaux de votre jardin : vous choisissez une heure (à votre convenance ) pendant ce week-end, et vous comptez, pendant cette heure, les oiseaux posés dans votre jardin (pas les oiseaux en vol, sauf  si c'est par exemple un épervier qui chasse) pour ne pas risquer de compter deux fois le même oiseau. (Ce peut être aussi votre balcon, un jardin public ou le jardin d'un ami...)

    De la même façon, si vous comptez trois mésanges, ensemble, puis , un quart d'heure plus tard, cinq mésanges, vous devez n'en mentionner que cinq (il y a de fortes chances pour que les trois déjà comptées se retrouvent là )

    Une fois les oiseaux comptés, vous adressez votre bilan à la LPO :

    Comptage des oiseaux des jardins

    Pour vous entraîner, voici un petit test édité par la LPO :

    Comptez les oiseaux du jardin !

     

     Franchement, le n° 3, je ne l'ai jamais vu au jardin, seulement au printemps dans le bocage...Mais cela dépend peut-être des régions...

    Voici les réponses, pour que vous puissiez vous entrainer si vous avez des doutes !

     

    1 - Pinson des arbres (Fringilla coelebs) -
    2 - Geai des chênes (Garrulus glandarius) -
    3 - Linotte mélodieuse (Linaria cannabina) -
    4 - Pouillot véloce (Phylloscopus collybita) -
    5 - Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) -               
    6 - Grive mauvis (Turdus iliacus) -
    7 - Accenteur mouchet (Prunella modularis) -
    8 - Verdier d'Europe (Chloris chloris) -                                                                                
    9 - Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes) -

     Alors, à vos jumelles !!!

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • J'avais , en automne, rapporté du Lot une (jolie !) bûchette, de 25 à 30 cm de long, parce qu'une petite idée me trottait dans la tête : la transformer en mangeoire...recyclage, anti-gaspillage, garder le plus possible l'aspect naturel même en donnant quelque nourriture aux oiseaux...

    Succès garanti !!!

    J’avais vu des idées dans le petit livre " je nourris les oiseaux en hiver" ( http://capucyne.eklablog.com/nourrir-les-oiseaux-en-hiver-a149126198))

    ...Un copain de la LPO muni de l'outillage nécessaire,

    quelques trous répartis sur ma bûche,

    un petit piton pour l'accrocher...

    dans les trous, une mixture de ma fabrication : margarine (sans sel et sans huile de palme),

    graines variées + tournesol, de la farine de maïs pour lier,

    quelques brisures de noix

    (toujours rapportées du Lot !)..

    On peut y ajouter noisettes, raisins secs, remplacer la margarine par du saindoux

    (je n'en ai pas trouvé...)

     

    Une mangeoire au naturel...

     Il ne me restait plus qu'à guetter les éventuels  clients...

    Une mangeoire au naturel...

    Celui-ci ne s'est pas fait attendre !

     

    Il est vrai que la veille, j'avais eu la surprise (il ne vient pas souvent!)

    de le voir accroché à la trémie de cacahuètes..

    par un temps si gris à 9 h du matin, que je me suis demandé

    si une photo valait bien la peine !

    Mais ce n'est pas tous les jours que messire Pic-épeiche me fait l'honneur de sa visite,

    alors...va pour la photo souvenir quand même !

     

     

    Une mangeoire au naturel...


     !

     

    Depuis, il vient et revient, et s'offre même le luxe de chipoter ...et de faire valser la graine qui ne lui plaît pas ! Non mais !

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

    Ce matin, un joli rayon de soleil m'a permis de lui faire un portrait plus digne de lui !   Car c'est un bel oiseau, le pic-épeiche, d'une grande élégance (sauf quand il crache, mais nul n'est parfait!)

    Une mangeoire au naturel...

     

    Le pic-épeiche, je l’entends souvent tambouriner, mais c'est une grande joie de le voir chaque jour en ce moment !

    Ma mangeoire "rustique" lui plaît, mais il n'est pas le seul à l'avoir adoptée!

    Bien sûr, les éternelles chipies qui font feu de tout bois, acrobates, curieuse et intrépides,  se sont empressées d'aller voir !

     

    Dès que la voie sera libre... (car on attend sagement que le pic où l'étourneau soit parti, on ne sait jamais...c'est gros quand même ...)

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

     Les étourneaux, qui se font en général très discrets chez moi, n'ont pas résisté au charme de ma mangeoire à  trous...Ils ont un peu de mal à s'y cramponner, mais avec quelques battements d'ailes, ça tient !

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

    Une mangeoire au naturel...

     

    "Bon, c'est bientôt fini de s'incruster ? Je peux y aller ???"

    Une mangeoire au naturel...

    Partager via Gmail Yahoo!

    25 commentaires
  • Bien sûr, je ne nourris plus les oiseaux, mais bien sûr, les miettes de la table, quand il y en a , je les mets dehors, dans la petite cabane- mangeoire, plutôt que de les jeter... et voilà un malin -Merlin qui a repéré les miettes de brioche (bio !) que j'ai posées là...

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Donner du pain aux oiseaux n'est pas recommandé , surtout le pain blanc. Là, ce sont juste quelques miettes de brioche, , qui contiennent œufs et beurre...mais quand même, Bébé merle va devoir manger autre chose de plus "protéiné" s'il veut grandir ! Heureusement, il n'y a pas de brioche tous les jours !

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Car il aime ça le petit ! Et Merlin trouve que c'est plus facile que chercher les vers de terre !

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

     

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    "Encore !!!!"

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    "Mais comment !!!! C'est déjà fini ???"

     

    Des pépiements venant du nichoir des charbonnières m'ont appris que les petits étaient nés et j'essaie de surprendre le va et vient des parents...

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Postée sur le fil électrique, elle surveille si la voie est libre. J'ai beau me cacher derrière le jasmin, elle m'a vue et hésite.

    ... je ne resterai pas longtemps, pour ne pas déranger.

    elle s'enhardit...

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Mais qu'apporte-t-elle là ? Cela ne ressemble ni à une chenille, ni à de petits papillons. Elle est allée, me semlble-t-il, dans le charme, farfouiller dans les ramures...

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Ah ! les mésanges ne se contentent pas de  ravitailler, mais il faut aussi sortir le...sac poubelle et l'emporter loin pour ne pas trahir la présence du nid par un amas de fientes sous le nichoir !

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nœud papillon ? Farfalle ?

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Décidément, après la brioche des merles, la cuisine italienne chez les mésanges ?

    Le lendemain, on en revient à une alimentation plus traditionnelle : l'incontournable petite chenille verte !

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Nourrissage : merles et mésanges charbonnières

    Chez les mésanges bleues, pas encore de va-et-vient...Les petits ne sont-ils pas encore nés ? A suivre...

    Partager via Gmail Yahoo!

    21 commentaires
  • Décembre m' a gâtée : les cadeaux de Noël se sont multipliés ! Outre l'arrivée des pinsons du nord, la visite des mésanges à tête noire, j'ai eu la joie de voir au jardin , pour la première fois, le Gros bec casse-noyaux...(pour creux qui l'on ratée, voici Une journée miraculeuse ).

    Mais je n'avais pas encore pu photographier le pinson du nord, plutôt rare ces dernières années . Ils sont toujours bien présents cet hiver et j'ai enfin pu faire le portrait de ce beau mâle :

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    La femelle est moins colorée, la tête est moins noire, les flancs moins orangés... Cette coloration du mâle va s'accentuer plus nous allons approcher de la période de reproduction, mais...les beaux pinsons du nord repartiront...!

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Pour l'instant, ils côtoient sans heurts nos pinsons des arbres qui font un peu pâle figure à côté de leurs cousins nordiques; mais ils sont bien beaux tout de même avec leur poitrail lie- de- vin (du moins en ce qui concerne les mâles ; les "pinsones "sont très jolies, mais elles font dans la discrétion et le camaïeu de beiges...c'est qu'il ne faudrait pas se faire repérer lorsqu'elles restent immobiles sur la couvée ! Le pinson n'est pas cavernicole, le nid est "en plein air" ! Alors, prudence !)

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

     Les gros-becs -ou LE gros bec-ne se montrent plus ; je les ai vus deux fois, mais les mésanges à tête noire sont toujours là !

     

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Bien sûr, verdiers, mésanges bleues, charbonnières, rouge-gorge, chardonnerets, merles, pies ou ramiers continuent d'assurer l'animation au jardin ou aux mangeoires, ce sont les habitués, qui sont là toute l'année et sans lesquels le jardin serait tout triste !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

     Bagarreurs, chardonnerets et verdiers sont scotchés aux mangeoires et défendent âprement leur tournesol !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Agiles comme des feux-follets, les mésanges trompent ces gros balourds et "pfff!" chipent à leur bec les graines de  tournesol !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

     

    Bien sûr, il y a toujours de l'eau dans le bac "abreuvoir", mais c'est tellement plus rigolo d'aller boire dans la grande bassine aux nénuphars (voire dans la mare !)  !

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Mais attention Bichette, si tu t'endors sur le bord, tu vas prendre un bain de fesses involontaire !!!

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Pendant ce temps, Messire Ramier fait le Bouddha au soleil sur une branche du chêne...

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

    Bouddha réveillé...

    Les migrateurs au jardin...et les autres !

     

    J'attends un autre migrateur, le tarin des aulnes... Viendra-t-il cet hiver ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique