•  Lorsque l'on passe devant les maisons qui jalonnent notre chemin, certaines passent inaperçues, d'autres nous indifèrent ou nous rebutent, d'autres nous font un clin d'œil apaisant. 

    Celle-ci est du type "clin d'œil". Je la connais depuis longtemps, je passe devant depuis des années…

    Je m'amusais à essayer de dialoguer avec le perroquet tout blanc (c'était une …dit-on "perroquette"?) qui s'appelait Désirée et prenait parfois la douceur de l'air, à admirer le vol du papillon mû par les rayons du soleil, ou à regarder les poteries, les curieuses choses qui peuplent le jardin en bordure du chemin...Mais de pots colorés, point , pas encore !

     

    Un parfum d'enfance

     

    Pendant le(s) confinement(s) , elle faisait partie de mon périmètre autorisé...C'est dire si je passais devant, chaque jour !

    De passage en passage, j'ai échangé des "bonjour", puis quelques mots, puis des remarques "jardinières", puis...des plantes avec Jean-Pierre, le propriétaire qui arrosait son jardin  devant la maison 

    Au fil du second confinement, j'ai vu arriver des petites têtes colorées : d'abord un vigile près de la boîte aux lettres, puis une souriante escouade sur le muret, puis une autre…

     

    Un parfum d'enfance

     

     

    Un parfum d'enfance

     

    … et enfin des visages rieurs sur le rebord d'une fenêtre, puis d'une autre… 

     

    Un parfum d'enfance

     

    Un parfum d'enfance

     

    Jean-Pierre est l'auteur de ces petits bonhommes-pots aux sourires bienveillants, aux cheveux divers et parfois improbables ! A chacun de mes passages, je m'amusais de nouvelles petites bouilles pleines de bonne humeur.

    Et puis, en ces temps d'atmosphère grise et frileuse, on pouvait se réjouir de ces  jolis sourires colorés et...sans masques !

    Mais...je n'étais pas au bout de mes surprises. A l'intérieur de cette maison de lutins ou de poupées, c'est Monique qui donne libre cours à ses talents d'artiste.

    Elle réalise de superbes patchworks d'une incroyable minutie, dont tous les points sont faits à la main, même sur le fond un peu "gaufré" de l'ouvrage.

    Des mois, des années sûrement de travail patient et passionné ! Mais, me dit-elle avec son beau sourire : "c'est ma méditation à moi"...

      

    Un parfum d'enfance

    Un sudoku… 

    Un parfum d'enfance

     

    Un parfum d'enfance

     

     

       

     

     

    Un parfum d'enfance

    Un parfum d'enfance

    Un parfum d'enfance

     Mes photos, faites par un temps gris  ne rendent pas justice à la beauté de ces patchworks…

     

    Un parfum d'enfance

    Un parfum d'enfance

     

    C'est une maison, un jardin, au parfum de fantaisie et d'enfance…

    Partager via Gmail Yahoo!

    19 commentaires
  • Le jardin des lutins ? J'ai surnommé ainsi ce jardin découvert par hasard lors d'une randonnée.

    Oh, il n'est pas inscrit dans les guides touristiques ! C'est juste un jardin où j'aurais adoré habiter quand j'avais six ans !...Un jardin et la maison qui va avec !

    Le jardin des lutins

    Mais que dis-je...Un jardin ? Une maison qui se prolonge en fantaisies...

    Village, moulin, granges, tours et clochetons, animaux sauvages, portail de ferme, baroque et étrange...

    Le jardin des lutins

     

    Le jardin des lutins

    Le jardin des lutins

    Derrière, c'est le jardin.

    Des sentes qui montent dans la végétation

    (ici, c'était en décembre ,

    qui n'est pas le mois qui met le mieux en valeur

    la luxuriance des plantes !)

     

    Le jardin des lutins

     De vieux outils, un pressoir (magnifiquement entretenu), une charrette des 4 saisons...

    Le jardin des lutins

    Le jardin des lutins

    Le jardin des lutins

     Des petits chemins pavés d'ardoises,

    qui serpentent en montant

    le long du jardin en pente..

    .des pierres, des marches...

    Le jardin des lutins

    Partout, de petites granges, des animaux, de toutes tailles, figurines ou animaux visiblement empaillés (ça,j'aime moins ! )

    Le jardin des lutins

    Le jardin des lutins

    L'été, le jardin, que l'on ne voit que depuis la ruelle qui le borde, mais dont le mur, volontairement bas, laisse voir une partie de sa fantaisie, semble plein de plantes plus ou moins sauvages, donne une impression  de généreuse exubérance visiblement canalisée avec passion par le propriétaire (que je n'ai jamais aperçu) de cette habitation étrange et baroque...

    Quand je passe par là, j'ai dix ans !

    Partager via Gmail Yahoo!

    37 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique