• L’hiver approche, c'est bien tentant et souvent utile de donner un "coup de pouce" aux oiseaux pour passer l'hiver...

    Oui mais...Il ne faut pas oublier que les oiseaux sont des animaux sauvages, et qu'ils doivent le rester. Il est déjà assez triste de voir des espèces sauvages en voie de disparition  que l'on ne pourra plus rencontrer que dans les zoos !

     Donc, aider les oiseaux certes , mais toujours dans le respect de l’équilibre naturel .

    Bien sûr, tout dépend des régions : dans certains endroits, il a neigé, il a gelé...c'est alors le bon moment pour commencer à distribuer des graines de tournesol dans les mangeoires. S'il ne fait pas encore froid, attendons encore un peu : il y a encore dans les jardins un petit travail de nettoyage à faire par nos amis ailés : les insectes cachés qui guettent vos plantations de printemps, les graines qui, mangées par nos petits auxiliaires, ne se transformeront pas en "mauvaises herbes"..., les fruits de l’aubépine (chez moi, ça y est, ils ont tout mangé), du cotonéaster, du fusain...

    ...les graines des pommes de pin...Sur le conifère aux oiseaux, devant ma fenêtre, c'est le va et vient des mésanges bleues, charbonnières, huppées, à longue queue..

    Nourrir les oiseaux

    .

    Nourrir les oiseaux

     

    La Symphorine a attiré hier pendant un long moment cette charbonnière : que mangeait-elle ? Les petits fruits roses ? Des insectes ?

     

    Nourrir les oiseaux

     

    Bien sûr, une autre condition pour avoir un jardin accueillant, c'est de laisser des tiges sèches après la floraison, des tiges creuses, sans se précipiter en un "nettoyage" frénétique de la moindre brindille séchée. Les oiseaux vous en remercieront. J’ai eu beaucoup de plaisir hier, à observer cette petite bleue décortiquer les graines contenues dans les capsules sèches des petits iris Sibirica (en plus, dans le soleil, ces tiges séchées sont belles et donnent du relief et un air automnal au jardin...)

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux

    Nourrir les oiseaux 

    J’attendrai le 1er décembre pour déclarer ouvert le "Restaurant des Ailes"! ...Cependant,  en fait...il est ouvert toute l'année, mais d'une façon tout à fait naturelle, qui ne détruit pas l'équilibre de la  nature  !

    Partager via Gmail Yahoo!

    29 commentaires
  •  C'est peut-être bien le dernier acte des manifestations de sauvages au jardin J'en ai sûrement oublié, d'autres ne sont pas venues cet été...la faute en est à la sécheresse ! Les mufliers par exemple, qui installaient leu jaune tendre dans un ou deux massifs, ont dû tellement tirer la langue que je n'en ai vu aucun...Depuis deux jours, la pluie a enfin eu pitié du jardin paillasson et des feuilles tristounettes...Peut-être une sauvageonne viendra-t-elle encore ?

    D'autres ont résolument séché sur pied C''est le cas de la Brunelle (Prunella vulgaris), violette en été, qui a laissé la place à des épis bruns (d'où son nom peut-être ?) Cette fleur d'été (à ne pas confondre avec le bugle rampant du printemps) a une grande utilité si l'on n'arrache pas ses tiges sèches : elle fait le régal des chardonnerets en hiver. Voir l'article :la brunelle et les chardonnerets

    Oui, elle peut s'installer sur une bordure, dans un massif ou la pelouse, mais...pourquoi systématiquement l'arracher ?


     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

     

    C'est vrai qu'à la fin de l’été, jolie fleur devient petite graine...La grande Berce (qui n'a pas de jolies fleurs, mais une allure imposante) est devenue champ d’étoiles...Ses tiges creuses servent aussi d'abri aux insectes l’hiver (les coccinelles, par exemple)

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Je ne déteste pas que le jardin prenne des allures de saison, qu'il érige des fleurs séchées et des teintes paille...

     J'avoue héberger une fleur dite "invasive", à tort, à mon avis : la Balsamine de Balfour, (ou Impatiens de Balfour) une petite fleur en forme de  fleur de pois, rose et blanche, légère et...susceptible (si on la touche, elle éclate de peur et déverse ses minuscules graines au gré de la fantaisie du vent...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Invasive, la pauvrette ? D'abord elle s'arrache d'un rien et ne fait pas de résistance.. Ensuite, elle ne supporte pas la sécheresse et le grand soleil...si bien que ma voisine, qui s'était bien habituée à cette petite invasion en forme de nuage rose venue de chez moi, a déploré ne plus en avoir au jardin. La mignonne forme un joli décor de fin d'été...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

    Comme d'autre légères, c'est un zeste de poésie au jardin.

    Chez moi, la maligne a réussi à se ressemer de l'autre côté du jardin (elle a dû prier le vent ou les oiseaux !) pour étendre un tapis discrètement fleuri le long du mur de bois du voisin...là où le soleil ne passe pas !

     

    Elle a aussi trouvé un coin et se mêle aux rustiques, (pas sauvages vraiment, mais ensauvagées) Amours en cage.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VII

     

     Petite récapitulation de l’année :

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-i-a161051654

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-ii-a161089914

    http://capucyne.eklablog.com/pourquoi-m-arrachez-vous-acte-iii-a161679932

    http://capucyne.eklablog.com/pourquoi-m-arrachez-vous-acte-iv-a163138240

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-v-a170214814

    http://capucyne.eklablog.com/mais-pourquoi-m-arrachez-vous-acte-vi-a170324910

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    14 commentaires
  • Les sauvages aiment bien le jaune. A côté de la poétique Lapsana (article précédent), certaines sont nettement plus prosaïques, comme l'épervière ...que j'essaie d'arracher au maximum,  car elle étouffe tout autour d'elle(!), ou le Salsifis des prés (photo)...Oui, bon, cela fait des taches jaunes dans l'herbe...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Pas vraiment poétique, mais flamboyant, le séneçon Jacobée. Je sais, il est toxique pour le bétail, mais...un éleveur m'a dit "les animaux ne le mangent pas, ils ne sont pas fous !". Le danger, c'est lorsqu'il est fauché et mélangé aux autres herbes pour faire du foin...

    Chez moi, pas de vaches, pas de foin, le beau Séneçon Jacobée a droit de cité:

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Oui, il est beau, la preuve ? Le petit garçon de mon voisin l'a cueilli une fois sur mon trottoir pour offrir à sa maman !

    Celle-ci, par contre, je n'ai pas réussi à mettre un nom sur ses belles fleurs jaunes...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    ... sans oublier bien sûr l'incontournable pissenlit qui s'admire et se mange à toutes les sauces !

     

    Le bel Arum des "Et pourquoi m'arrachez-vous ?" précédents, a mûri pendant l'été et nous offre ses épis verts en attendant de rougir au soleil de septembre . l'Arum est toxique , c'est sans doute pour cette raison que ma grand-mère, lorsque j’étais petite, me mettait en garde contre lui, car c'était le "pain des vipères"...rien que le mot vipère...et je n'y touchais pas !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

     

    Une petite enjôleuse maintenant, qui s'enroule autour des plantes pour s'ériger  Une princesse au petit pois qui ne gêne personne et surtout pas moi , la délicieuse Vesse

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI 

     

    Des lutins dansent sur la pelouse, un petit clin d’œil rouge, tout discret, tout petit...c'est le petit Mouron rouge (Anagallis arvensis)

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Bien que classée "plante adventice" elle reste petite, n’étouffe pas grand-chose et joue un rôle dans la protection du sol contre le battage des pluies sans gêner le développement des poireaux ou du blé. On considère aujourd’hui en culture qu’elle est une plante messicole utile pour favoriser la biodiversité.

     Ne pas la confondre avec le mouron des oiseaux, qui fleurit blanc et dont les oiseaux raffolent (alors que le mouron rouge est toxique poureux !)

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Un Silène, compagnon blanc se serait-il invité au jardin ???

     

    Oh, la jolie surprise...là, en bordure d'un massif, un petit bijou, la petite Centaurée commune...Pourvu qu'elle revienne l'an prochain  !...Parce que , les fleurs sauvages, c'est aussi le vent de la surprise, l’aile de la fantaisie au jardin !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

     

    Des coquelicots, j'en ai à la pelle, mais des bleuets , miracle, j'en ai eu un cette année...j'ai ramassé la graine que je jetterai à tout vent...!

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

     

    Et je ne parle pas des herbes folles, un vrai jardin à elles seules tant elles sont variées !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

     

    Une grande vedette, incontournable du jardin, et que plein de gens arrachent, c'est l'Achilée mille-feuilles

    (mille feuilles qui se mangent, elles aussi !)celle du jardin est blanche, j'en ai découvert de la rose cet été dans les Alpes...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

      Défleurie, c'est le refuge idéal pour les coccinelles, punaises Arlequin etc...car, bien sûr, toutes ces fleurs sauvages attirent les insectes . Alors, puisqu'on parle tant de la biodiversité, si on lui laissait de la place dans le jardin...?

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte VI

    Partager via Gmail Yahoo!

    22 commentaires
  • Au début de l’année, en voyant toutes les fleurs sauvages qui s'invitaient dans mon jardin, qui manifestaient en quelque sorte pour avoir le droit de vivre, je me suis dit que j'allais en faire une petite rubrique tout au long des mois..."mais pourquoui m'arrachez-vous ?  Oui, pourquoi ? Quand j'ai posé la question à des voisins, copains dont la pelouse était un modèle pour terrain de golf, personne n'a su me répondre au-delà de "je n'aime pas". Bon. c'est une raison, évidemment, mais pas très explicite...

    L'été est arrivé, les vacances, et ma rubrique est restée un peu en attente. les fleurs , non : bien que plus présentes au printemps et au début de l’été, certaines ont continué leur apparition plus ou moins timide au jardin. Oui, toutes les fleurs présentées  sont des fleurs du jardin, venues spontanément  chez moi...Mais mon jardin n'est-il pas un "refuge LPO" ? Normal donc !!!

     

    Les oiseaux et les insectes disparaissent de façon dramatique et on a plus besoin que jamais de diversité biologique au jardin !!

    Et puis...certaines sont si belles !

    La fragilité et la grâce de la Lapsana (ou Lampsana) m'a toujours séduite :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

     Quelques étoiles jaunes (et quel jaune tendre !) se balancent ici ou là...La lapsana, c'est la poésie discrète , une touche d'indicible...elle est si discrète que vous l'arrachez d'un rien avec deux doigts, elle ne s'impose pas ;  d'ailleurs, si la poésie s'imposait, le monde ne serait pas ce qu'il est...

    Et , avant de lui tordre le cou, sachez qu'elle se mange en salade, en infusion elle  soigne le foie et..l.'engorgement des seins...

     

    Une autre de mes discrètes préférées, c'est, je l'ai déjà dit et redit, le Géranium herbe à Robert...Les gens s'évertuent à acheter des petits géraniums en jardinerie, mais négligent celui-là parce qu'il est sauvage...Et comme il est sauvage, il sent le...sauvage (géranium bien sûr !) je les adore, lui et son parfum, ses tiges qui deviennent rouges en fin de saison, ses frôlements odorants, son parfum d'enfance et de petits chemins...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

    Et en juin, il joue avec la Lapsana, qui joue avec les derniers coquelicots...

    Petits tableaux champêtres :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

     

    Et puisque nous sommes dans les jolies , graciles et délicates, la Bryone !!!

     

    elle, c'est la même chose, "qu'est-ce que-c'est-que-ça-que-je-n'ai-pas-planté-et-qui-s'accroche-partout ???

    Oui, elle grimpe, sans faire de mal à personne ni à aucune autre plante : elle est si légère ! L'été, elle recouvre (puisque je ne la chasse pas) le mur nord (très moche) de mon garage. maintenant, elle est sèche, je vais l'arracher, mais entre temps, elle m'a ravie de ses volutes, de ses rire-bouchons, de ses fleurs lilliputiennes de petites courges (c'est la plus ancienne des cucurbitacées et autochtone !) A la fin de l’été, elle se garnit de petites boules rouges...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? Acte  V

    Une année, j'avais photographié les folies de la Bryone :Bryone en folie

    Partager via Gmail Yahoo!

    18 commentaires
  • Ephémère coquelicot...

    Le coquelicot, c'est comme la rose du petit prince : à l'abri de son bouton vert, il n'en finit plus de se préparer, de se faire beau...Et quand il apparaît, un matin, il baille, à peine réveillé, la mine toute fripée...mais déjà superbe !

    La robe froissée, de guingois, un de ses jupons mal ajusté, il est tout enchifrené après sa nuit mais voilà ! Aucune fleur n'a autant de désinvolture quant à son accoutrement, mais aucune fleur ne dégage aucun de sauvage beauté !

    Ephémère coquelicot...

     

    Le vent peut le malmener, arracher l'un de ses jupons andalous, il ploie, s'affaisse peut-être, un autre est là, prêt à prendre son tour...les insectes l'adorent; les boudons raffolent de son cœur noir, les sauterelles jouent à la complémentarité des couleurs...

    Ephémère coquelicot...

    La tige poilue qui accroche le soleil porte fièrement la petite lampe éteinte du coquelicot qui fut, toujours avec grâce...

    Ephémère coquelicot...

     

    Les coquelicots papillonnent librement au jardin, ils virevoltent dans le potager, se marient aux graminées, à défaut de blé ou d'orge. Je crois qu'ils aiment bien mêler la lourdeur paysanne de leur jupon qui danse, à la grâce des herbes folles. Ce sont deux fous qui dansent dans le vent...

    Ephémère coquelicot...

     

    Ephémère coquelicot...

     

    De temps en temps, -soyons encore plus fous !- ils changent de couleur, comme ça, au détour d'un massif... et jouent avec la couleur des autres fleurs.."Tiens, ne trouvez-vous pas que ma jupe sied bien à ce petit géranium ?"  Il joue même "au 14  juillet" avant l'heure !

    Ephémère coquelicot...

    Ephémère coquelicot...

    Une averse l'éteint, il ne vit qu'un jour, mais pourtant, quelle énergie dans cette fleur si fragile: les coquelicots sont fleuris au jardin depuis plus d'un mois et fleurissent toujours !

    Ephémère coquelicot...

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique