• Ah, il en a besoin de qualités, le jardinier confronté à la sécheresse, à la pluie, au trop ou pas assez de soleil, à de malicieuses petites bestioles, et j'en passe !

    Face à la sécheresse de ces deux mois et demi , je suis passée par le découragement, l'espoir, la déception, puis, peu à peu, par la résignation, la patience, le zen bouddhiste, les velléités de danse de la pluie.. .et l'allégresse devant un petit nuage bien noir, bien menaçant....(mais oui ! depuis deux jours, il y a eu deux averses, autant dire le salut...ou presque !)

     

    C'est juste là, fort à propos,  que je découvre l'agenda de Terre Vivante, l'agenda du jardinier bio 2017, dont le thème est... la sagesse du jardinier, justement  !

    C'est un agenda de bureau (j'aime bien les agendas de bureau), qui, outre le calendrier lunaire (jardinier bio oblige !) outre de jolies aquarelles, des conseils de jardinage ("semez des fèves"," le BRH au jardin"...etc... nous offre pour chaque mois sa page sagesse et invite à cultiver les vertus nécessaires aux jardiniers (et aux autres !!!):  la patience, la persévérance, l'imagination, l'humilité etc...

    La vertu  que je préfère ?...la contemplation...c'est mon activité préférée au jardin, sans stress, sans mal de dos, sans fatigue, une activité pleine de bienfaits et source de contentement (sauf si vous contemplez les ravages causés par la pluie sur vos tomates, par exemple...Mais là, ce n'est plus la page "contemplation" qu'il faut ouvrir, mais plutôt "résignation..." !)

     

    L'agenda du jardinier bio

    Philosophie du jardinier

     

    Cet agenda, permet (sagement) de noter ses rendez-vous,(pas seulement, les rendez-vous amoureux du jardin !) et de visualiser une semaine d'un coup...

     

    Après les phases de contemplation (désespérée) devant les pieds de tomates, de détermination (arrachage de tous les pieds sauf deux!), de résignation, voici le temps de la (relative) satisfaction devant les tomates cerises rescapées !

    Philosophie du jardinier

     

    Je vous le dis ! C'est le commencement de la sagesse !

     

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Nous avons tous nos "enquiquineuses" au jardin...Celles qui poussent partout, celles qu'on a un mal fou à arracher, celles qui s'obstinent...

    Attention ! Je n'ai pas dit "les plantes sauvages" qui, à mon avis ont leur place au jardin, dans le mien au moins !

    Non, je parle  des invasives, qui viennent d’ailleurs, qui peuvent finir par étouffer les plantes autochtones...

    A vrai dire, je n'en ai pas , tout au moins pas dont je ne puisse maîtriser la cohabitation.

    Mais il y en a ! Même si en ce moment le manque d'eau a réduit les ardeurs expansives de bon nombre  d'entre elles !

    Tenez, l'Oxalis par exemple :  j'en ai une très belle touffe dans un massif devant la maison... je l'aime bien, elle reste sage dans son coin sauf que...dans le potager, elle s'immisce à travers les fraisiers, les plants de salades..Une vraie peste que je retrouve à chacune de mes absences. Et pour l'arracher...ça a l'air facile, comme ça ! Mais il y a au pied de la chipie une formidable grappe de bulbilles qui  sont presque impossibles à sortir toutes de terre . C'est pourtant la seule solution : enlever les bulbilles, encore et toujours dès que le feuille pointe son nez. Ailleurs, c'est joli, au potager, c'est étouffant !

     

    Une autre enquiquineuse (une jolie enquiquineuse), le bouton d'or...Je le laisse partout où il peut rester , mais , quand on veut l'arracher, il faut aller profond pour se débarrasser des stolons.

     

    Scènes de jardin (2)

    Les coquelicots , que j'adore, me jouent des tours au potager : c'est si joli, un coquelicot que je n'ai pas le cœur de les arracher et ils finissent pas prendre les pas sur les salades : un pied de coquelicot qui se plaît peut devenir envahissant !

    Mais une fois fleuris, ils me font les yeux andalous et...je les laisse !

    Celle-ci, elle a mauvaise presse chez beaucoup de jardiniers...La benoîte ! fleur jaune au printemps, elle devient petit pompon léger en été-automne.

    Tant qu'elle colonise les endroits sans autres fleurs, pourquoi ne pas la laisser ?

    benoite 3960

     Je passe sous silence le liseron qui est si difficile à arracher, qu'on le retrouve toujours enroulé comme un diable autour d'une fleur, d'une tige...qu'il pourrait bien finir par étrangler !!! Oserai-je l'avouer ? J'aime bien le liseron...mais attention, quand il m'énerve, je l'arrache ! Enfin, j'essaie ! Pour s'en débarrasser il ne faut surtout pas le couper avec la bêche : il se bouture si facilement que le moindre tronçon repousse !Il faut y aller profond en automne à la griffe ou à la fourche et ôter à la main sa racine...

     

    Les plantes envahissantes au jardin

    En ce moment, le jardin est plein de balsamines de Balfour, ces lucioles roses qui vous jettent leurs graines au visage ! Elles sautent, les graines, ce qui explique qu'une fois que la balsamine s'est installée au jardin,

    il est difficile de s’en débarrasser !

    Mais elle s'arrache si facilement, elle, est si jolie, colore si doucement le jardin d'automne, que je ne veux pas l'éradiquer...juste la cantonner un peu !

    En ce moment, hélas, la pauvrette manque d'eau et pendouille lamentablement...

    Sa cousine, la Balsamine de l'Himalaya est, elle, une vraie invasive...Mais je n'en ai point au jardin !

     Et le chiendent, la potentille qui imite les fraises...les plus embêtantes sont celles qui font des stolons ou ont un système racinaire coriace !

     

    Les plantes envahissantes au jardin

    Le buddléia est considéré comme une plante invasive. C'est vrai qu'il prolifère dans les espaces en friche et "ferme le terrain". C'est un échappé des jardins. Il y en a deux chez moi (dont l'un a poussé tout seul), et il a eu beaucoup de succès car les paillons l'adorent ! (Ici, un machaon)

    Les plantes envahissantes au jardin

     

     

    Mon voisin a planté au ras de son grillage et...de mon potager (enfin, il a fait planter par son "paysagiste") des cannes de Provence...ce qui est une très mauvaise idée, car les rhizomes, très résistants, passent dans mon jardin et je vais me retrouver avec des cannes dans le potager... ça et les bambous...

    Les plantes envahissantes au jardin

     

     

     

    Je voulais faire un livre sur les plantes envahissantes au jardin, mais à part ces maudites cannes,je me rends compte que ces souvent jolies enquiquineuses peuvent avoir leur place au jardin, à condition de ne pas trop leur laisser la bride sur le cou!

     

    Sources : mon jardin et...

    Les plantes envahissantes au jardin

    Ce livre recense bon nombre de ces plantes, indique comment les juguler et aussi par quoi on peut les remplacer...

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Si en regardant par une fenêtre j’ai le coucou des marguerites, en regardant par l'autre, j'ai le bourdonnement des coquelicots !

    Après le blanc, le rouge !

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

     

    Ils s'installent sous cette fenêtre chaque année et me donnent la sérénade des bourdons et abeilles qui raffolent de leur petit côté andaloux !

    Et quand je dis "ils s'installent", c'est que je n'y suis pour rien, comme avec les marguerites : en mai, le jardin

    prend, par touffes, son aspect champêtre.

    Mais...les coquelicots ! ils s'installeraient partout, si je les laissais faire...tenez, ici, c'est le potager !

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

    Si je veux une petite place pour le reste, il me faut, la mort dans l'âme en arracher, des coquelicots, par touffes entières ! Ce n'est pas qu'il me déplairait d'avoir un jardin de coquelicots, mais une fois la floraison passée, le jardin serait un peu sec ! Alors, je les laisse, le plus possible,

    mais pas tous !

     

    Là, ils se sont adossés à la blancheur de l'oranger du Mexique !

    Ça va bien à leur côté espagnol !

    Et puis, leur jupon rouge

    s'accorde  si bien à la candeur des marguerites !

    Ils sont touchants, vite chiffonnés par la pluie,

    magnifiés par le soleil, éphémères et fragiles,

    mais si crânes avec leur air de matadors !

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

     

     De temps en temps, ils invitent un cousin, pas trop éloigné, d'une couleur subtilement différente,  qui vient d'où ? Je ne sais...

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

     

    Mais je me tais et vous laisse les admirer...

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

     

    Le jardin "côté champêtre" : 2 -les coquelicots

     

    La période marguerites-coquelicots est aussi celle du géranium herbe à Robert...

    Un peu partout dans le jardin, mais de façon fort discrète, il me caresse au passage de son haleine parfumée et...je ne résiste pas...Mais oui, je parle de lui, ce géranium sauvage qui sait que je l'aime  et qui me fait l'honneur de se ressemer dans les coins sombres (ou moins sombres)...

    Le jardin "côté champêtre" : 2 - coquelicots et géranium herbe à Robert

    Au même titre que les marguerites et les coquelicots , il fleurit spontanément le jardin, meublant les coins vides, le long d'un mur, sous les hortensias, au pied de la clématite....

    Comme celui de l'aubépine, son parfum m'envoûte et me renvoie l'image de petits chemins odorants lorsque j'étais gamine...

    Sitôt frôlée, sitôt enivrée !!!

    Le jardin "côté champêtre" : 2 - coquelicots et géranium herbe à Robert

    J'adore aussi la délicatesse de sa fleur, sa tige qui devient rouge au cours de l'été et je serais bien triste si le géranium herbe à Robert

    boudait mon jardin une année !

     

    Le jardin "côté champêtre" : 2 - coquelicots et géranium herbe à Robert

     

    Dans cette ambiance champêtre et vraie, je me sens...bien !!!(Et je crois que le jardin aussi !)

    Le jardin "côté champêtre" : 2 - coquelicots et géranium herbe à Robert

    Partager via Gmail

    36 commentaires
  •  

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     Mars, avril, mai, ...ce sont les mois champêtres du jardin.

    Oh, mon jardin a toute l'année un petit air ébouriffé puisqu'il accueille les belles sauvageonnes qui s'y invitent...j'ai remarqué d'ailleurs que les mésanges, les bleues et les charbonnières des nichoirs, ont nourri leurs petits sans pratiquement quitter le jardin : du chêne à la haie d'aubépine et de prunelliers, en passant par le sureau avec une petite halte  dans quelques hautes "herbes", elles faisaient leurs allers-retours dans un rayon de dix mètres !

    Alors, quand je vois des gens continuer à distribuer des graines pendant la période de nourrissage des petits (alors que ce n'est pas une nourriture appropriée pour les oisillons !) sous le prétexte que 'l'environnement n'est pas assez riche", j'ai envie de leur dire qu'il ne tient qu'à eux de rendre cet environnement plus attrayant et plus riche pour les oiseaux !!!

    On parle beaucoup de biodiversité ! Elle commence par la sauvegarde des espèces sauvages,bien mises à mal par les constructions incessantes , par le "bitumage"de la moindre surface verte !

    Un des maîtres mots actuels est l'"aménagement", bien souvent synonyme de destruction et de laideur...

    Alors, ces fleurs que l'on chasse de chez elles, je me dis que c'est bien la moindre des choses de les accueillir au jardin !

    Mais c'est au printemps que ces belles sont le plus belles !

    Et en mai, elles font ...ce qui leur plaît !

     Il faut dire que les timides de mars, les ficaires, pâquerettes et autres véroniques, laissent en ce moment la place aux reines de mai ! C'est le mois des marguerites et elles fleurissent dans tous les coins du jardin . Oh, je sais, il existe les "marguerites cultivées", plus grosses, en touffes compactes et disciplinées...Mais , pour moi, elles ne peuvent rivaliser avec la noblesse et la simplicité des fières marguerites sauvages, qui lancent leurs lumières partout à la nuit tombante et qui ravissent les yeux au soleil.

     

    Le jardin, côté "champêtre" ...

    Elles ont l'art de s'installer

    ici au coin de la dalle

    qui couvre prosaïquement

    le compteur d'eau...

     

    ...ou de faire sur le trottoir

    une cascade en feu d'artifices !

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

    Elles posent quelques cerises blanches sur le gâteau trop sage d'un massif  ou forment un massif de têtes légères qui sinue au milieu de la pelouse qui serait bien banale sans elles !

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

     

    Le jardin, côté "champêtre" ...

    Oui, elles ont un parterre pour elles toutes seules (enfin non, pas toutes seules, elles invitent quelques connaissances  pour les divertir un peu..par exemple.une touche de boutons d'or tant décriés !

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

    L'herbe un peu bête qui sépare les massifs

    en devient toute gaie et vivante !

    Elles offrent leur toile de fond

    aux petits iris sibirica qui, sans elles, seraient

    un peu mornes sur leur fond de pelouse vide...

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

     

    Le jardin, côté "champêtre" ...

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     Devant l'une des fenêtres, un bouquet me fait du charme à travers les rideaux...

    Le jardin, côté "champêtre" ...

    Elles sont belles, les marguerites ! Et puis, cet endroit est -était- leur domaine... Avant que les maisons (dont la mienne, mais au moins, ce n'est pas moi qui l'ai fait construire !!!) ne bétonnent cet endroit, c'était, m'a-ton dit, des champs, des champs tout blancs, des champs de

    marguerites ! Alors, ces marguerites, chassées de chez elles par les invasions humaines, la moindre des choses est de les accueillir les bras ouverts, non ?

     

    Le jardin, côté "champêtre" ...

     

    La suite du jardin "côté champêtre", au prochain article...

    Partager via Gmail

    37 commentaires
  • On ne chantera jamais assez les louanges des arbres morts, des vieux troncs coupés...

    Les oiseaux y débusquent les insectes xylophages, les insectes y trouvent refuges...et pour les jardinières à court de tuteurs, c'est une aubaine !

     

    Il y a longtemps, deux sapins de Noël devenus (trop) gigantesques pour le jardin ont été élagués et ont servi de tuteur de longues années, à une glycine, à du lierre, à un jasmin...

    Côte à côte, ils n'étaient pas très esthétiques! cette année, l'un d'eux a été coupé pour faire place à un nouveau massif...

    Mais l'autre a toujours son jasmin chevelu (et, chut, il ne faut pas le dire car sa discrétion en souffrirait, le rouge-gorge y a un nichoir... qu'il n'a jamais utilisé, mais, qui sait...)

     

    Bien sûr pour les fleurs et le parfum, il faudra attendre juillet !

    jasmin 6456

     

     

    Dans la partie arrière du jardin, mes prédécesseurs avaient vu grand : trios bouleaux, trios peupliers... au fil des années, ils étaient devenus immenses et dignes des grandes plaines russes. Pour ne pas faire attraper de crise cardiaque à mes voisins, j'ai fait (la mort dans l'âme) supprimer les peupliers, mais ai gardé...un tronc pour y faire grimper un chèvrefeuille.

    chevrefeuille 6461 Les tempêtes atlantiques ont un jour eu raison du vieux tronc, et le chèvrefeuille a été consolidé par deux piquets...

     

    Voici trois ans, le cerisier a rendu l’âme étouffé par le chêne de la haie.

    Là encore, j'ai gardé le tronc, d'abord parce qu'il supportait le nichoir des mésanges bleues, puis parce qu'il plaît beaucoup au bec du pivert (!), et enfin, pour y faire grimper une bignone...

    J'adore les bignones et leurs trompètes rouges qui me rappellent les bignones de mon enfance chez mes grands-parents. Donc, j'adore les bignones mais...les bignones ne semblent pas aimer mon jardin.

    La bignone, plantée devant le long de la clôture, ne semblait pas se plaire. Je l'ai déplacée le long du fameux tronc de cerisier et...si vous voyez le petit machin censé grimper, à gauche du tronc, c'est elle ! Elle ne se plaît toujours pas !

    Mais je crains que la terre sèche comme du béton, l'ombre et les racines du chêne ne découragent toute tentative...

    Faire grimper des fleurs dans des pots au pied ?

    De l'utilité des vieux troncs...

    Mais je suis têtue ! J'ai récupéré une autre petite bignone, et je l'ai plantée, côté sud du vieux tronc du pommier gardé aussi comme tuteur !

    De l'utilité des vieux troncs...

    Cette fois, si cela ne marche pas, j'abandonnerai les bignones...

    j'ai aussi planté une sauge rouge pour rappeler celle du nouveau massif tout près...et des bulbes qui, pour l'instant, habillent le pied du tronc...

    Et bien sûr, le nichoir aux mésanges charbonnières a gardé sa place...Espérons qu'elles ne regretteront pas trop les fleurs du pommier !

    De l'utilité des vieux troncs...

    De l'utilité des vieux troncs...

     

    Partager via Gmail

    29 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique