• Ephémère coquelicot...

    Le coquelicot, c'est comme la rose du petit prince : à l'abri de son bouton vert, il n'en finit plus de se préparer, de se faire beau...Et quand il apparaît, un matin, il baille, à peine réveillé, la mine toute fripée...mais déjà superbe !

    La robe froissée, de guingois, un de ses jupons mal ajusté, il est tout enchifrené après sa nuit mais voilà ! Aucune fleur n'a autant de désinvolture quant à son accoutrement, mais aucune fleur ne dégage aucun de sauvage beauté !

    Ephémère coquelicot...

     

    Le vent peut le malmener, arracher l'un de ses jupons andalous, il ploie, s'affaisse peut-être, un autre est là, prêt à prendre son tour...les insectes l'adorent; les boudons raffolent de son cœur noir, les sauterelles jouent à la complémentarité des couleurs...

    Ephémère coquelicot...

    La tige poilue qui accroche le soleil porte fièrement la petite lampe éteinte du coquelicot qui fut, toujours avec grâce...

    Ephémère coquelicot...

     

    Les coquelicots papillonnent librement au jardin, ils virevoltent dans le potager, se marient aux graminées, à défaut de blé ou d'orge. Je crois qu'ils aiment bien mêler la lourdeur paysanne de leur jupon qui danse, à la grâce des herbes folles. Ce sont deux fous qui dansent dans le vent...

    Ephémère coquelicot...

     

    Ephémère coquelicot...

     

    De temps en temps, -soyons encore plus fous !- ils changent de couleur, comme ça, au détour d'un massif... et jouent avec la couleur des autres fleurs.."Tiens, ne trouvez-vous pas que ma jupe sied bien à ce petit géranium ?"  Il joue même "au 14  juillet" avant l'heure !

    Ephémère coquelicot...

    Ephémère coquelicot...

    Une averse l'éteint, il ne vit qu'un jour, mais pourtant, quelle énergie dans cette fleur si fragile: les coquelicots sont fleuris au jardin depuis plus d'un mois et fleurissent toujours !

    Ephémère coquelicot...

    Partager via Gmail Yahoo!

    16 commentaires
  • Pour rappel : Pourquoi m'arrachez-vous ?  Acte I

                                                                        Acte II

                                                                       Acte III

     

    Les fleurs sauvages sont des plantes incontournables de mon jardin. Enfin...incontournables, pas vraiment, puisqu'au  contraire, je les "contourne" lorsque je passe la tondeuse, je fais le tour des îlots, je les laisse en petits massifs ou en fleurs isolées,   lorsque j'arrache (quand même) quelques-unes d'entre elles.

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    "C'est du jardinage à la petite cuillère"bougonne le Baryton qui m'aide parfois, à genoux dans les massifs...

     

    (Ce charmant jardinier (celui de la photo !) n'est pas chez moi, mais je l'ai photographié aux floralies, et peut-être donnera-t-il une idée aux bricoleurs !!!)

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     Les fleurs de l'acte I ont disparu, bonnes filles, pour reparaître au printemps prochain.

    Mais ce qui est bien avec les sauvages, c'est que certaines ont une très longue floraison et se mêlent aux petites nouvelles : pâquerettes, véroniques "petit  chêne" , pentaglotis...sont toujours là...

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Véronique

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pentaglotis

     (Cliquez pour voir en plus grand)

    Les reines de mai sont sans conteste les marguerites.

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     Avant que les maisons de mon quartier ne soient construites,  il y avait là des prés couverts de marguerites au printemps, et qui avaient valu à cet endroit le nom de "Champs blancs", m'a dit quelqu'un né ici...  

    Cela me chagrine que ces prés soient devenus maisons, et même si ce n'est pas moi qui ai fait construire la  mienne,                                           je me sens une dette vis à vis de cette campagne perdue et je laisse les marguerites  reprendre un peu possession des lieux...Et puis, je les aime, j'aime leurs lucioles blanches à la tombée du jour, j'aime leur danse dans le vent ...

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

                                                      

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Je sais que le bouton d'or n'a pas bonne presse dans certains jardins : le bougre s'enracine joliment ! mais que serait une campagne sans boutons d'or? On débroussaille, on bétonne...qu'adviendra-t-il des boutons d'or et des souvenirs d'enfance dorés ?

           

      Parmi les marguerites , voici une petite timide et fragile dont je protège l'apparition : la gracile campanule sauvage : la campanule raiponce :     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

            

    Je vous avais montré la fière allure des feuilles d'arum sauvage ! Le voici maintenant fleuri , d'une fleur (que l'on appelle la spathe) d'un blanc plus verdâtre que l'arum blanc cultivé et pourvu d'un...organe reproducteur beaucoup plus imposant (sauvage en somme !) et qui piège bien mieux les insectes qui vont les féconder... !

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    La spathe émet une odeur de putréfaction qui attire de petits moucherons. En se posant sur la plante, ils glissent comme sur une patinoire tout  au fond du cornet où les attendent les fleurs femelles …

    Des filaments situés à l’étranglement du cornet et disposés en couronne les empêchent de fuir, mais en s’agitant pour tenter de trouver une sortie les moucherons apportent aux fleurs femelles le pollen récolté sur un autre arum.  Et voilà comment on se fait avoir !

    Mais je vous rassure sur leur sort :  quelque temps plus tard, les fleurs mâles ou étamines arrivent à maturité, se flétrissent en même temps que les filaments situés à l’étranglement, laissant s’échapper les insectes porteurs du pollen mâle qu’ils ont récolté au passage. Apparemment sans mémoire, ils sont prêts à se faire de nouveau piéger pour féconder le prochain arum…!!!

      Et puis, il y a lui, mon  géranium "herbe à Robert" préféré, qui sent ...le géranium sauvage (j'adore mais tout le monde ne partage pas mon avis !!!)    

    En fait j'adore tout chez lui : ses petites fleurs roses qui se détachent sur ses feuilles découpées en dentelle, ses tiges qui deviennent rouges au cœur de l'été, ses caresses furtives lorsque l'on passe près de lui (et à ce moment, son parfum  ! Ah, son parfum,  comme une bouffée joueuse...)  Lui,il a droit de cité partout, il me frôle en passant, il embaume...et si l'on ne veut pas de lui, il se laisse arracher sans aucune réticence).                        

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

       Il en est d'autres que j'arrache, mais à notre vilaine époque où les espèces disparaissent à grande vitesse, j'aime à faire de mon jardin un havre pour les fleurs, les insectes, les oiseaux...Les uns ne vont pas les uns sans les autres D'autres sauvageonnes se préparent à se faire belles au jardin...

    Au sujet des fleurs sauvages, je vous signale la parution de ce petit livre,  facile à emporter dans la poche ou le sac, de la même collection que  celui sur les oiseaux :Le guide nature : les fleurs sauvages

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

          Là non plus, pas de table alphabétique sur les plantes, mais un classement "par milieux" :  fleurs de jardin, de prairies, de montagne etc...

    Oh, vous n'y trouverez pas toutes les plantes sauvages ! Mais le plus de ce livre, ce sont les pages consacrées aux familles de plantes, ce qui en fait un bon livre pour les débutants en botanique. J'ai beaucoup,aimé les pages sur les différentes sortes d'orchidées sauvages, sur les ombellifères (que je déplore de ne pas bien reconnaître), sur les graminées, sur les joncs et laîches...      

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

                                                

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Il est paru aux éditions la Salamandre, et je rappelle que pour tout abonnement à l'une des trois revues "la salamandre", les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro supplémentaire gratuit en donnant le code CAPU18

    Partager via Gmail Yahoo!

    19 commentaires
  •  

    Petits plaisirs jardiniers

    Cela vous arrive, bien sûr,  lorsque vous êtes tout seul au jardin, ou lorsque vous avez à la main,  le matin, la tasse de thé ou de café,  au saut du lit et en tenue...encore peu présentable, ou lorsque votre regard est attiré vers la fenêtre, d'avoir une bouffée de plaisir à contempler telle ou telle fleur, telle ou telle plante,  tel ou tel petit coin de jardin. ..

    L'azalée, le long de la terrasse attire irrésistiblement mon regard et je me dis : "Qu'est ce qu'il est beau, l'azalée, cette année !"

     

    Petits plaisirs jardiniers

    Le Baryton s'est exclamé : "Qu'est-ce qu'il est beau, ton azalée !"...et me voyant le prendre en photos : "Tu vas en faire un article ?

    "Mais non ! Que veux-tu que je dise  ? Qu'il est beau mon azalée?"

    Pourtant c’est vrai que cette année, il se surpasse ! Pas un petit trou dans le gros bouquet rose ! De l'azalée non stop ! De la  fleur "en veux-tu en voilà"!

    Il est planté depuis déjà pas mal d'années. Il a fait des caprices, se mettant à fleurir sans crier gare en plein mois de décembre  et se faisant sévèrement rabrouer par les gelées, refleurissant en avril comme si de rien n'était, la même année, et s'assagissant et se méfiant de la fausse douceur de certains hivers et attendant sagement le printemps...

    Petits plaisirs jardiniers

     Cette année, il s'est étalé, surplombant l'abreuvoir aux oiseaux, chatouillant les feuilles naissantes de la pivoine...que j'ai dû déplacer pour lui éviter l' étouffement   !

    Petits plaisirs jardiniers

     

    Même par temps gris (1ère photo), il est beau et imposant, mais sous les rayons du soleil, ses fleurs roses  qui s'ombrent en leur centre sont une pure merveille.

    Petits plaisirs jardiniers

    Petits plaisirs jardiniers

     

    En ce moment, c'est un cadeau du jardin, un bouquet de fleurs parfaites dans leur apothéose   !

    Petits plaisirs jardiniers

    Le soleil était doux, se jouait sur le rose des fleurs d'azalée cet après-midi... Je suis allée rendre visite à mes plants de tomates dans la mini serre, leur donner de l'air et un peu d'eau...

    "Bonjour", ai-je entendu  du jardin voisin, (le jardin de mon voisin "au mur" ou pas un brin d'herbe ne dépasse l’autre, sous le regard raide d’un palmier... ) Ce n'était pas mon voisin, mais l’associé qui travaille avec lui...(et que je voyais pour la première  fois)

    Petits plaisirs jardiniers

    Petits plaisirs jardiniers

    Il m'a dit qu'il adorait le mélange fleurs-potager et l'aspect général de mon jardin.

    Petits plaisirs jardiniers

    Petits plaisirs jardiniers

    C'est vrai qu’en ce moment, le coin potager est tout fleuri des fleurs de la roquette, qui se ressème toute seule, de celles de la bourrache, des stellaires, et surtout de la profusion de fleurs jaunes des choux Kale qui illuminent le coin !

    Petits plaisirs jardiniers

    Petits plaisirs jardiniers

    Nous avons discuté culture, environnement, et, grand amateur de tisanes,  il est retourné à ses occupations avec un bouquet de mélisse citronnée,  menthe et sauge, passé par-dessus le grillage...

    Du coup, j'ai regardé mes fleurs de chou d'un œil encore plus approbateur !                                 

    Partager via Gmail Yahoo!

    29 commentaires
  • Dans mon précédent article, je voulais (mais il était déjà assez long!) vous montrer un petit fouillis qui s'installe tous les ans le long de la maison.

    il fut un  temps où ,à cet en droit, il y avait une allée  de graviers...Depuis belle  lurette, ils ont disparu...en surface,  mais ils  sont toujours là, plus ou moins mélangés à la terre...Inutile de dire que j'ai renoncé  à bêcher cet endroit, c'est beaucoup trop dur  !

    Et   c'est là que je bénis la nature !   "Trop  dur, Capucyne? laisse-moi faire !"

    Et elle fait,  toute seule !

    Je vous montre d'abord cette  plate-bande  naturellement poussée . 

    Ensuite,  je l’ai photographiée  en trois parties

    pour que vous puissiez vous amuser

    à identifier les cadeaux floraux

    que j'ai reçus de ma maraine-aide-jardinière   !

    (Elle semait pendant que je lisais,

    le nez au soleil sur la terrasse, je suppose)                         

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                 

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                          Ici, la nature a semé coquelicots  véroniques,myosotis...

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                             puis géranium sauvage, encore les coquelicots (elle sait que je les adore!),  un soupçon de  myosotis encore...des  marguerites...

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    et pour terminer, les coquelicots toujours, des primevères sauvages, encore un peu de géranium sauvage pour ses jolies feuilles découpées et la grâce de ses fleurs roses lilliputiennes,   myosotis,  cyclamens  et pour  agrémenter (et faire le bonheur                                                                             des oiseaux), les feuilles lancéolées du plantain   ...    je sens ,qu'il y en a qui  ne vont pas aimer les deux fleurs de       pissenlit...!!!   (Promis,  je les arracherai avant qu'elles ne grainent trop ou bien je mangerai les  feuilles !    

    Sur  la première photo,o,  remarque aussi l'allure élancée de quelques euphorbes.  Bien sûr,  ce n'est pas encore  fleuri! Mais quand çà le sera..; voilà !     

                       27 au 31 mai 2012 (98)                                                              Photo  2012 

     

    Un  dernier petit aperçu de la sauvagerie au jardin :  (cliquez sur les photos pour les agrandir...)    

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    On dirait du lamier, elle est parmi le lamier bicolore, mais elle est violette...Lamier ou pas lamier ? c'est le lierre terrestre qui soigne, en tisane, les affections pulmonaires...                                                                                                                

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    A gauche des primevères sauvages, fraisiers sauvages...des vrais, avec des fraises des bois!

     

                                                                         

    Et cette belle plante aux feuilles panachées , Achetée en jardinerie bien sûr ? Que nenni, pas encore fleuri, voilà l'arum  sauvage !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                                                                               Sauvages aussi ...                                                                                                                                                                                                                                  

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • Mon article pourrait aussi s'appeler   "plaidoyer pour les mauvaises herbes"..."mauvaises" ? Vous avez dit "mauvaises" ? et pourquoi "mauvaises" ??

    Je ne croyais pas que les choses en étaient encore là...Dans ma grande naïveté, je croyais que les pesticides, les gaspillages énergétiques,       l 'arrachage des haies, la perte de nature, de diversité naturelle (pour faire savant on ne parle que de "biodiversité") étaient la faute du gouvernement, des gros industriels, des agriculteurs endettés jusqu'au cou, des lobbies... enfin de tous ceux que l'on accuse, contre lesquels on fait des "marches pour le climat", mais pas la faute du vertueux tout un chacun !

    Et bien hier, par hasard, j'ai parlé jardin avec une copine avec qui habituellement je parle d'autre chose...

    Et la copine de se plaindre de ce qu'elle ne trouve plus de ces herbicides sélectifs, contre les "mauvaises herbes "de sa pelouse !

     

     "je ne supporte pas de voir des pissenlits dans ma ,pelouse", dit-elle.

    Moi : "ah bon, pourquoi ???

    Elle : "ben..."

    Et de sous-entendre, je suppose qu'une pelouse c'est une pelouse et que les pissenlits n'ont rien à y faire.

    Et moi de faire l'apologie du pissenlit, ,de sa beauté de petit soleil, de ses vertus médicinales, d'une bonne salade de pissenlit idéale pour nettoyer l'organisme en ce début de printemps..

    Si vraiment on veut l'arracher, cuit haché et relevé de beurre, il constitue un plat plus savoureux que l'épinard .

    (Inutile de préciser que la photo vient de mon jardin et non du sien !)

    Mais pôurquoi m'arrachez-vous ???

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Chaque mois de mars, je guette l'apparition des ficaires : voir l'herbe de ce qui n'est plus depuis longtemps une "pelouse", mais bien plutôt une prairie" se consteller d'étoiles jaunes me réjouit les yeux (et le moral. Elles colonisent le fond du jardin, en mars, puis disparaissent bien sagement pour laisser la place, en septembre, au tapis de cyclamen  . Peu à peu, elles vont partager le terrain avec les mauves monnaies du pape. Elles ponctuent l’herbe verte de leurs yeux jaunes et ont aussi tendance à s'installer n'importe où... Mais là, j'y mets le holà quand elles s'installent parmi les touffes d'autres plantes.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     Si l'on y fait bien attention, et si l'on veut bien les accueillir, c’est fou le nombre de fleurs qui spontanément, aimablement, vous font au printemps (pas seulement mais surtout)  des touffes fleuries...A cette époque, le jardin est un gros bouquet, grâce aussi à ces sauvages sur lesquelles certains jardiniers s'acharnent ! Je crois que je comprends pourquoi : c'est que certains jardiniers veulent tout maîtriser, ordonner, décider, régenter.

    Pour ma part, j'aime les cadeaux de la nature, et je les accueille, ces fleurs qui mettent de la couleur, de l'imprévu, de la diversité et disons-le, de la beauté au jardin ! Mon jardin est en "refuge LPO", c'est à ,dire qu'à une époque ou l'on se plaint de voir la diversité biologique disparaître, je me fais un devoir, une joie plutôt, d'accueillir la nature ; ce sont les insectes qui sont contents de cette abondance de fleurs sauvages, les papillons, les oiseaux bien sûr, et bientôt les coccinelles...

     

    Un autre tapis spontané, celui des lamiers :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Le lamier bicolore occupe un coin "qui ne sert à rien", derrière le Juniperus, et se balade aussi le long du grillage qui sépare mon jardin du jardin voisin.   Bien modeste, ce petit lamier rose est plus discret.

     

     Gros plan sur le beau lamier bicolore :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Un autre lamier bicolore, au feuillage orné d'une ligne blanche...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    D'autres sauvageonnes ornent la pelouse ou les petits coins...

    La violette...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     La fumeterre , qui a un si joli feuillage et dont la fleur est bonne pour le foie en infusion :elle, elle s'arrache si facilement que l'on est tenté, mais... il  grimpouille le long d'un grillage...ça vous gène vraiment ?...

    On l'appelle aussi herbe à jaunisse en raison de ses vertus  médicinales bien connues depuis l'Antiquité pour son action puissante sur le foie, la vésicule biliaire. Encore de nos jours, certains médicaments cholagogues sont basés presque uniquement sur la fumeterre.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Ma délicieuse véronique petit chêne, autour de laquelle je tonds soigneusement ! (je tonds , d’ailleurs, autour de tous les massifs de fleurs sauvages : c'est beau, les parterres changent de forme et de nature au gré des floraisons...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Lui, il se comporte comme un sauvage : quand  on en a une fois, on en a pour toujours ! Oh, il ne se laisse pas oublier le "Forget me not" des anglais ! il se ressème où il veut !  je veille seulement à ce qu'il n'étouffe rien !!!

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    La douce pâquerette...qui m'en fait faire des ronds de tondeuse ! C’est si beau, une "pelouse' fleurie  de pâquerettes !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Je ne peux pas oublier  la  bourrache,  la première à fleurir, même  en hiver :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Il y aurait à dire sur son compte !  Mais ce sera pour un autre article !

     

    Il y a d'autres sauvageonnes qui se préparent, mais elles ne sont pas encore fleuries..

    .Alors..envie de tout arracher et de se transformer en ce personnage d'un petit  livre "nature"pour enfants : Elvire Touskipousse !

    Et puis...si l'on veut voir des oiseaux à d'autres saisons qu'à celles des mangeoires, il faut bien de la richesse biologique au jardin..;                                                               

    Partager via Gmail Yahoo!

    42 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique