• Dans mon précédent article, je voulais (mais il était déjà assez long!) vous montrer un petit fouillis qui s'installe tous les ans le long de la maison.

    il fut un  temps où ,à cet en droit, il y avait une allée  de graviers...Depuis belle  lurette, ils ont disparu...en surface,  mais ils  sont toujours là, plus ou moins mélangés à la terre...Inutile de dire que j'ai renoncé  à bêcher cet endroit, c'est beaucoup trop dur  !

    Et   c'est là que je bénis la nature !   "Trop  dur, Capucyne? laisse-moi faire !"

    Et elle fait,  toute seule !

    Je vous montre d'abord cette  plate-bande  naturellement poussée . 

    Ensuite,  je l’ai photographiée  en trois parties

    pour que vous puissiez vous amuser

    à identifier les cadeaux floraux

    que j'ai reçus de ma maraine-aide-jardinière   !

    (Elle semait pendant que je lisais,

    le nez au soleil sur la terrasse, je suppose)                         

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                 

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                          Ici, la nature a semé coquelicots  véroniques,myosotis...

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                             puis géranium sauvage, encore les coquelicots (elle sait que je les adore!),  un soupçon de  myosotis encore...des  marguerites...

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    et pour terminer, les coquelicots toujours, des primevères sauvages, encore un peu de géranium sauvage pour ses jolies feuilles découpées et la grâce de ses fleurs roses lilliputiennes,   myosotis,  cyclamens  et pour  agrémenter (et faire le bonheur                                                                             des oiseaux), les feuilles lancéolées du plantain   ...    je sens ,qu'il y en a qui  ne vont pas aimer les deux fleurs de       pissenlit...!!!   (Promis,  je les arracherai avant qu'elles ne grainent trop ou bien je mangerai les  feuilles !    

    Sur  la première photo,o,  remarque aussi l'allure élancée de quelques euphorbes.  Bien sûr,  ce n'est pas encore  fleuri! Mais quand çà le sera..; voilà !     

                       27 au 31 mai 2012 (98)                                                              Photo  2012 

     

    Un  dernier petit aperçu de la sauvagerie au jardin :  (cliquez sur les photos pour les agrandir...)    

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    On dirait du lamier, elle est parmi le lamier bicolore, mais elle est violette..

    .Lamier ou pas lamier ? je ne sais pas!                                                                   

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

    A gauche des primevères sauvages, fraisiers sauvages...des vrais, avec des fraises des bois!

     

                                                                         

    Et cette belle plante aux feuilles panachées , Achetée en jardinerie bien sûr ? Que nenni, pas encore fleuri, voilà l'arum  sauvage !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ? 2-

                                                                               Sauvages aussi ...                                                                                                                                                                                                                                  

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Mon article pourrait aussi s'appeler   "plaidoyer pour les mauvaises herbes"..."mauvaises" ? Vous avez dit "mauvaises" ? et pourquoi "mauvaises" ??

    Je ne croyais pas que les choses en étaient encore là...Dans ma grande naïveté, je croyais que les pesticides, les gaspillages énergétiques,       l 'arrachage des haies, la perte de nature, de diversité naturelle (pour faire savant on ne parle que de "biodiversité") étaient la faute du gouvernement, des gros industriels, des agriculteurs endettés jusqu'au cou, des lobbies... enfin de tous ceux que l'on accuse, contre lesquels on fait des "marches pour le climat", mais pas la faute du vertueux tout un chacun !

    Et bien hier, par hasard, j'ai parlé jardin avec une copine avec qui habituellement je parle d'autre chose...

    Et la copine de se plaindre de ce qu'elle ne trouve plus de ces herbicides sélectifs, contre les "mauvaises herbes "de sa pelouse !

     

     "je ne supporte pas de voir des pissenlits dans ma ,pelouse", dit-elle.

    Moi : "ah bon, pourquoi ???

    Elle : "ben..."

    Et de sous-entendre, je suppose qu'une pelouse c'est une pelouse et que les pissenlits n'ont rien à y faire.

    Et moi de faire l'apologie du pissenlit, ,de sa beauté de petit soleil, de ses vertus médicinales, d'une bonne salade de pissenlit idéale pour nettoyer l'organisme en ce début de printemps..

    Si vraiment on veut l'arracher, cuit haché et relevé de beurre, il constitue un plat plus savoureux que l'épinard .

    (Inutile de préciser que la photo vient de mon jardin et non du sien !)

    Mais pôurquoi m'arrachez-vous ???

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Chaque mois de mars, je guette l'apparition des ficaires : voir l'herbe de ce qui n'est plus depuis longtemps une "pelouse", mais bien plutôt une prairie" se consteller d'étoiles jaunes me réjouit les yeux (et le moral. Elles colonisent le fond du jardin, en mars, puis disparaissent bien sagement pour laisser la place, en septembre, au tapis de cyclamen  . Peu à peu, elles vont partager le terrain avec les mauves monnaies du pape. Elles ponctuent l’herbe verte de leurs yeux jaunes et ont aussi tendance à s'installer n'importe où... Mais là, j'y mets le holà quand elles s'installent parmi les touffes d'autres plantes.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     Si l'on y fait bien attention, et si l'on veut bien les accueillir, c’est fou le nombre de fleurs qui spontanément, aimablement, vous font au printemps (pas seulement mais surtout)  des touffes fleuries...A cette époque, le jardin est un gros bouquet, grâce aussi à ces sauvages sur lesquelles certains jardiniers s'acharnent ! Je crois que je comprends pourquoi : c'est que certains jardiniers veulent tout maîtriser, ordonner, décider, régenter.

    Pour ma part, j'aime les cadeaux de la nature, et je les accueille, ces fleurs qui mettent de la couleur, de l'imprévu, de la diversité et disons-le, de la beauté au jardin ! Mon jardin est en "refuge LPO", c'est à ,dire qu'à une époque ou l'on se plaint de voir la diversité biologique disparaître, je me fais un devoir, une joie plutôt, d'accueillir la nature ; ce sont les insectes qui sont contents de cette abondance de fleurs sauvages, les papillons, les oiseaux bien sûr, et bientôt les coccinelles...

     

    Un autre tapis spontané, celui des lamiers :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Le lamier bicolore occupe un coin "qui ne sert à rien", derrière le Juniperus, et se balade aussi le long du grillage qui sépare mon jardin du jardin voisin.   Bien modeste, ce petit lamier rose est plus discret.

     

     Gros plan sur le beau lamier bicolore :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Un autre lamier bicolore, au feuillage orné d'une ligne blanche...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    D'autres sauvageonnes ornent la pelouse ou les petits coins...

    La violette...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     La fumeterre , qui a un si joli feuillage et dont la fleur est bonne pour le foie en infusion :elle, elle s'arrache si facilement que l'on est tenté, mais... il  grimpouille le long d'un grillage...ça vous gène vraiment ?...

    On l'appelle aussi herbe à jaunisse en raison de ses vertus  médicinales bien connues depuis l'Antiquité pour son action puissante sur le foie, la vésicule biliaire. Encore de nos jours, certains médicaments cholagogues sont basés presque uniquement sur la fumeterre.

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Ma délicieuse véronique petit chêne, autour de laquelle je tonds soigneusement ! (je tonds , d’ailleurs, autour de tous les massifs de fleurs sauvages : c'est beau, les parterres changent de forme et de nature au gré des floraisons...

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Lui, il se comporte comme un sauvage : quand  on en a une fois, on en a pour toujours ! Oh, il ne se laisse pas oublier le "Forget me not" des anglais ! il se ressème où il veut !  je veille seulement à ce qu'il n'étouffe rien !!!

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    La douce pâquerette...qui m'en fait faire des ronds de tondeuse ! C’est si beau, une "pelouse' fleurie  de pâquerettes !

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

     

    Je ne peux pas oublier  la  bourrache,  la première à fleurir, même  en hiver :

    Mais pourquoi m'arrachez-vous ???

    Il y aurait à dire sur son compte !  Mais ce sera pour un autre article !

     

    Il y a d'autres sauvageonnes qui se préparent, mais elles ne sont pas encore fleuries..

    .Alors..envie de tout arracher et de se transformer en ce personnage d'un petit  livre "nature"pour enfants : Elvire Touskipousse !

    Et puis...si l'on veut voir des oiseaux à d'autres saisons qu'à celles des mangeoires, il faut bien de la richesse biologique au jardin..;                                                               

    Partager via Gmail Yahoo!

    42 commentaires
  •  

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Ce serait vraiment dommage d'arracher tout ce qui pousse tout seul sans y regarder de plus près ! Cela fait plusieurs années que l'onagre s'est installée au jardin, timidement d'abord, puis plus hardiment...Elle aime le coin des rosiers...j'en ai laissé quelques rosaces et...voilà ! Les roses font une pause, l'onagre prend le relais.

    Seulement voilà ! l'onagre n'aime pas le soleil. .Le matin, elle est toute fraîche comme un poussin nouveau-né et puis, en fin de matinée, elle tire la langue, se flétrit, se dessèche, devient moche, mais oui, moche.

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

     Il n'y a plus qu'à attendre...Lorsque le soir tombe, qu'il est même bien tombé et la chaleur aussi,  l'onagre ouvre ses volets, redevient fraîche et reposée à la fraîcheur du soir. Top chrono : il lui faut trois minutes pour ouvrir les yeux et défroisser ses pétales en un long soupir d'aise...

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Son huile est utilisée en cosmétique.

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

     

     

     

     

    Une autre jaune sauvage au jardin, au bord des routes et dans les prés en ce moment, c'est cette haute tige à fleurs de Marguerite, le Séneçon jacobée dont je laisse l'or s'épanouir chez moi..

     

     

     

     

     

     

    Ici, au fond du jardin

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Elle est jolie, et je songe à récolter de la graine pour la marier aux bleus, celui des chardons bleus, celui des hortensias, pourquoi pas ?

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Cette fleur sauvage est moins bien aimée que l'onagre car elle est toxique pour le foie  des chevaux et bovins. Les moutons et les chèvres peuvent en consommer de petites quantités ; chez les chèvres, elle a même un effet vermifuge...

    Comme je n'élève pas de vache dans le jardin, il me plaît bien , le séneçon jacobée tout doré et campé sur ses longues tiges.

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    D'autant plus que si ce n'est pas trop recommandé pour le bétail à quatre pattes, c'est un mets  de choix pour les chenilles de certains papillons de nuit,comme : l'écaille du séneçon (Tyria jacobae) ou "goutte de sang", et Nyctemera annulata...et pour les oiseaux... (là, les photos de chenilles et papillons sont prises sur Wikipedia !)

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Ecaille du Séneçon , chenille, papillon fermé, papillon ouvert

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Nyctemera annulata

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    17 commentaires
  • Les herbes folles au jardin

    Elles poussent ici et là au jardin, toutes légères, toutes différentes, forment des décors incroyables (ici devant les roses). ce sont les graminées,  les herbes folles, les reines de l'été...Elles ont changé de nom : maintenant, ce sont les poacées...Moi, je les préférais "graminées", et leur nom me faisait penser invariablement à un petit félin, dodu et placide, même si elles  n'en ont pas l'allure !

    Les herbes folles au jardin

    Les poacées ! Le jardinier zélé les arrache presque machinalement : ce sont des mauvaises herbes" ! Mauvaises herbes, vraiment ? Ne sont-elles pas les reines de la décoration, la touche de légèreté qui mettra en valeur la couleur plus opaque d'une fleur, le raffinement d'un massif de fleurs ? Je compose avec elles de petites scènes de jardin, j'en arrache aussi quelques unes, mais, pas toutes...Elles ont droit de cité comme les autres sauvages...

     

     

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

    Toutes ont été photographiées au jardin...

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     Elles lui donnent un air d'été, elles lui offrent une blondeur qui contraste avec le vert ou les couleurs des autres plantes...

    Et puis...ne sont-elles  pas les plantes nourricières de l'humanité, les céréales  bien sur, version cultivée des  herbes folles ?

    Les herbes folles au jardin

    Dans le champ derrière chez moi, la version cultivée...

     

    Je viens d'apprendre plein de choses sur les graminées : le dernier  numéro de La Salamandre leur consacre un dossier plein de photos, de dessins, de découvertes : on y apprend tout sur le pourquoi de ces vilaines qui en font éternuer certains, sur le fameux gluten source d'une vraie maladie ou d'allergies plus diffuses, sur les premières céréales, sur le nom en images et gros plans de ces "herbes essentielles" comme les nomme la Salamandre...

    Et dans la Salamandre junior, pour les 8-12 ans, on traque toutes les bêtes qui ont fait des champs de céréales leur demeure...histoire d'apprendre aux enfants que tout est lié dans la nature et que l'on ne peut pas faire n'importe quoi sans déranger un ordre un peu...miraculeux mais fragile !

    Pour petits et grands, à consommer sans modération ! (c'est une bonne idée de cadeau pour les enfants, dont les chambres sont bourrées de jouets et jeux délaissés...)

    Le lien vers la salamandre, la Salamandre junior et la petite Salamandre

     

    Je rappelle que pour tout abonnement vers une de ces trois revues, les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro gratuit, avec le code CAPU18

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • Au jardin, j'ai une touffe de lavande...une touffe de lavande très courtisée...

     

    Pour voir les amoureux de ma lavande, cliquez sur ce lien ...

    https://www.dailymotion.com/video/k4QsEq9z85bN6oraCAA 

     

    Un équilibre au jardin ?

    J'ai d'abord admiré benoîtement la valse de ces papillons blancs autour de la lavande ...jusqu'à ce que je me dise  : "Eh là ! Mais ce sont des piérides !!!" Alarme ! Les piérides du chou sont de redoutables mangeurs de...feuilles de chou  ils pondent leurs œufs sous les feuilles, la chenille grignote, grignote, les feuilles jusqu'aux nervures... bien sûr, il y a aussi la piéride du navet, de la rave...et je suis incapable de les distinguer, et de toute façon, ils s'attaquent aussi aux choux.

    Or, toute fière, j'ai un gros pied de chou perpétuel Daubenton, et quelques pieds de chou Kale, ce chou ancien et frisé qui se mange cru ou cuit.

    Il est certain que cette armée de piérides allait les dévorer tout crus !!!

    Je me suis précipitée sur les choux, ai scruté le dessus des feuilles, le dessous pour faire bonne mesure,...pas de petits œufs jaunes, pas de chenilles gourmandes, pas de choux réduits à l'état de dentelle ! ouf !

    Ou bien les choux anciens n'ont pas l'heure de plaire aux piérides...ou bien...

    Ou bien il y a assez de prédateurs des piérides au jardin, et assez de plantes différentes pour que certaines d'entre elles protègent les autres...

    Un équilibre au jardin ?

    J'ai cherché à en savoir plus : et c'est ainsi que j'ai lu que les capucines attirent les piérides (et les détournent des choux), que la présence de sauge et de tomates les éloigne. dans mon petit potager, il y a tomates, capucines  et sauge près des choux...

    Pour faire bonne mesure, j'ai coupé des tiges de tanaisie qui les éloigne aussi et je les ai mises au pied des choux...

    Je me rends compte que je ne fais rien au jardin pour lutter contre telle ou telle maladie, contre tel ou tel nuisible et qu'en fait, tout s'équilibre tout seul.

    Beaucoup de fleurs différentes (y compris et surtout les sauvages), donc beaucoup d'insectes et d'oiseaux (merci les trois nichées de

    mésanges !) : tout cela travaille tout seul à créer un équilibre. pas besoin de produits chimiques, dangereux et déséquilibrants !

    Bon, je vais quand même surveiller le ballet des piérides !

    Un équilibre au jardin ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique