• Toute simple, toute blanche,

    c'est le vendeur de la jardinerie

    qui me l'a conseillée car très précoce;

    je n'y croyais pas trop...

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

    ...mais son bouquet blanc

    m'a ravie !

    c'est une clématite

    qui ne disparaît pas l'hiver : ses feuilles rustiques

    continuent de grimper

    sur le mur...

    Son nom :

    "Early Sensation"

     La seconde à fleurir est ma belle" Rebecca" qui m'avait fait de doux yeux d'espagnole auxquels je n'avais pas résisté !

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

    Installée depuis plusieurs années, sans beaucoup de soleil," Hagley Hybrid" commence pourtant à s'étoffer :

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

    A la "Folie des plantes"

    qui se tient l'automne à Nantes,

    un stand uniquement composé

    de clématites...j'ai "craqué"

    pour ses petites fleurs

    en forme de tulipes :

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

      c'est "Princess Diana",

    qui passe sa deuxième

    saison au jardin et

    essaie vaillamment

    (exposée au nord, la pauvre !)

    de cacher le mur du voisin...

     

     

    Les grimpantes au jardin - 2 -les clématites

    Partager via Gmail

    26 commentaires
  • Les grimpantes se réveillent, les grimpantes fleurissent...

    Les sauvageonnes d'abord :

     

    Ma petite bouture (spontanée) de morelle douce-amère (Solanum dulcamara) commence l'ascension du mur construit par mon voisin ...J'aimerais un solmanum jasminoïdes, mais je crains qu'il n'apprécie pas les gelées et puis, comme  le jasmin, il est plutôt exubérant et demande des tailles drastiques!

    Les grimpantes au jardin

    La morelle douce-amère a besoin d'aide pour grimper. Ce n'est pas le cas de mon autre sauvageonne, la bryone (Bryonia dioïca), qui s'enroule sur tout ce qu'elle trouve, les autres plantes en particulier ce qui la fait regarder d'un mauvais œil par les adeptes d'un jardin parfaitement maîtrisé. Pour sa défense, je dois dire qu'elle s'arrache très facilement si l'on ne veut pas de sa présence...et puis, elle était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche.
    Au XII ème siècle, on considère qu'elle augmente la tolérance à l'alcool... l. Toujours au XII ème siècle, Hildegarde de Bingen  (la magicienne des plantes,indique que," pour se garantir de l'ivresse, boire du jus de bryone avec autant de vinaigre, ainsi toute la semaine on ne sera point ivre ". Appelée "navet du diable", elle a depuis toujours été utilisée en médecine pour ses vertus purgatives. La plante est cependant toxique
    , prudence donc.

    C'est une petite cucurbitacée, l'une des deux seules autochtones en France, la seconde étant le concombre sauvage (Ecballium elaterium). A ce titre, je trouve que sa grâce serpentine mérite bien un place au jardin !

    Les grimpantes au jardin

    Les grimpantes au jardin

    Les grimpantes au jardin

     Comme c 'est une petite que j'aime bien , j''ai déjà fait son portrait :

    La bryone dioïque  et  Bryone en folie

    Côté parfums, voici le début de la floraison du jasmin et de celle du chèvrefeuille...

    Les grimpantes au jardin

    Les grimpantes au jardin

     Et puis, deux petites boutures de rosiers, celle-ci, faite l'an dernier,d'un grimpant découvert au détour d'un chemin...

    Les grimpantes au jardin

    ...et, petite bouture devenue grande, le magnifique rosier à toutes petites fleurs roses, "The fairy", qui mêle spontanément ses bonbons roses à la fleur (sans senteur) du pois de senteur sauvage...

    Les grimpantes au jardin

    Les grimpantes au jardin

    Cette dernière photo est le" côté trottoir" de ce joyeux mélange !

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  • C'est une facétieuse, la bryone ! Maintenant qu'elle a eu droit de cité et même un grillage pour y grimper, s'y enrouler, étaler ses boules et rougir, pleine d'imagination dans la chaleur estivale, elle invente,  se déguise

     

    bryone 6817 en alambic...

     

    bryone 6789 ...en orange givrée...

     

    bryone 6803 ...en pomme d'amour

     

    bryone 6821 ...en boule de Noël en août !

     

    bryone 6786 ...et même en...lampe de bureau !...

    C'est la bryone en folie !

     

    Voir La bryone (bryonia dioica)

    et Le temps d'une pause...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • bryone 6283

     

    S'il est une plante sauvage qui me ravit, c'est bien la bryone ! Tous les ans, elle repousse sur le grillage qui sépare mon jardin de celui des voisins.

    Mon voisin, qui adore les plantes mais qui arrachait "ma " bryone machinalement, sans y penser, comme on arrache tout ce qui s'agrippe et s'enroule autour des fleurs, la tolère maintenant devant mes prières de laisser la vie sauve à ma petite enrouleuse, (que j'essaie d'inciter à rester de ce côté-ci du grillage et à ne pas faire de provocation dans les arbustes de mon gentil voisin !)

    Ses petites fleurs, mâles ou femelles, sont ravissantes: des fleurs de courgette ou melon miniature! C'est que la bryone est une cucurbitacée, l'une des deux seules autochtones en France (la seconde étant le "concombre sauvage", l'ecballium elaterium).

    C'est une bonne raison pour la traiter avec respect, non ?

     

    bryone 6281

    La fleur est petite, c'est le Tanagra des cucurbitacées, une lilipucienne qui a cependant une grosse racine !

    Elle a des vertus médicinales , la bryone, mais ne soigne pas avec délicatesse: il vaut mieux  prendre des précautions: elle peut irriter la peau et les intestins. En effet, elle soigne les constipations opiniâtres et les rhumatismes : gare aux purgations trop violentes et aux irritations !

    Dans les campagnes autrefois, une méthode consistait à creuser le soir, dans une racine fraiche, un trou que l'on remplissait de sucre ; on obtenait, le lendemain matin un sirop dont on prenait deux cuillérées à soupe par jour (dans une tisane), et qui purgeait sans excès ! 

     De nos jours, la bryone est prescrite comme anti-inflammatoire dans les cas de rhumatisme aticulaire aigu : la teinture mère permet un dosage plus sûr !

     

    bryone 6288

      Sur la bryone, l'été dernier...


    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique