• Un hiver express

    Ah oui, cette fois, ce fut l'hiver ! Oh, un tout petit hiver qui n'a même pas duré une semaine mais qui a fait marcher les langues ! Comme si c'était étrange d'avoir  - 5° un matin, un seul ! Les autres matins, depuis trois jours ont frôlé les  - 1°, - 3°....Si l'on en croit les commentaires, c'est la banquise, la campagne napoléonienne en Russie, au moins !...Comme nous sommes conditionnés par les oracles de l'information !!! Quoi d'étonnant  ? Ce qui est étonnant, c'est la durée réduite de ce bébé hiver de rien du tout !  Nous sommes-nous donc si bien habitués au réchauffement climatique que trois jours d'hiver prennent des proportions apocalyptiques...! Si l'on ne veut pas de froid, il faut aller sous d'autres cieux ! C'est ce que doivent se dire les hellébores qui font le dos rond sous les quelques millimètres de neige !

    Un hiver express

    Je sais, cela dépend des régions ; je sais, il y a des gens bien mal lotis par ce froid...

    Je regarde les oiseaux virevolter dans le jardin et j'ai pitié d'eux, mais j'ai tort ! Ils ont sur le dos une bonne couette doublée de duvet qui leur permet de lutter contre le froid. Par contre sur la terre gelée, difficile de se nourrir et le coup de pouce des mangeoires est le bienvenu...

     

     

     

    pinsons des arbres, pinson du nord et tarin des aulnes

    Un hiver express

     

     Les tarins des aulnes, ces quelques grammes de rien du tout qui s'affairent aux mangeoires, en ont vu bien d'autres et il y eut des hivers plus..."hivernaux" ! J'ai beau dégeler leur abreuvoir, ils persistent à vouloir boire dans les bassines gelées, quitte à percer la glace ! Rien ne les arrête !

    Un hiver express

    Un hiver express

    Un hiver express

    Un hiver express

    Le -grand-épisode-apocalyptique-de-froid-sibérien a vécu...les tarins et autres pinsons du nord vont bientôt regagner la terre des nids...Quelques grammes de plumes, quelques centaines de kilomètres...Alors, vous pensez ! Trois centimètres de neige ne vont pas paralyser leur circulation ! Ce ne sont pas des mauviettes, et de toute façon, ils ne regardent pas la télé...alors !

    J'en ai marre de ce conditionnement médiatique !!! Par contre, la magie du froid, celle de la neige, si rare et de si courte durée, je n'ai pas envie de m'en priver !

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Volière au jardin !

    Ils ont mis du temps à arriver, les tarins des aulnes, mais maintenant qu'ils sont là, ils sont bien là !!! Le (petit) froid qui règne depuis le début de la semaine leur a fait prendre leurs quartiers d'hiver au jardin et on dirait qu'ils n'ont qu'une idée : manger un maximum pour affronter le voyage du retour dans leurs quartiers de printemps, quelque part à l'est ou au nord...Les quelques flocons qui virevoltaient ce mercredi matin les a rendus tout fous! C'est une vraie volière ! En compagnie des verdiers, pinsons des arbres, pinsons du nord, chardonnerets ils monopolisent la mangeoire plateau...

    ...mais aussi la gloriette...

    Volière au jardin !

     

    ...et défendent âprement leurs cacahuètes !...

     

    Volière au jardin !

     

    Volière au jardin !

     "Allez, j'essaie ? j'y vais ?" " Pas la peine de tourner le dos ! Je t'ai vue !"

     ...ce qui ne va pas sans quelques petits conflits spectaculaires...

     

    En BD, voici : "Rififi chez les tarins !"

    Volière au jardin !

    Volière au jardin !

    Volière au jardin !

    Volière au jardin !

     

    "Je crois que c'est fini : je peux y aller !"

    Volière au jardin !

     

    Partager via Gmail

    28 commentaires
  • Je les attendais, je les guettais...  Cet hiver, les migrateurs sont tous venus au jardin, les mésanges à tête noire, les pinsons du nord, et même cerise sur le gâteau, le Gros bec casse-noyaux, pour la première fois. Ne manquaient plus que les tarins des aulnes. Viendraient-ils cette année ? J'en avais vu dans le département, mais c'est hier qu'ils sont arrivés au jardin !

    Ils sont arrivés !

     Pour ceux qui ne les connaissent pas très bien , en voici deux sur la photo d dessus : à gauche, un mâle, devant, le bec dans les graines, une femelle...Evidemment, j'ai couru chercher l'appareil photos, malgré une lumière immonde pour la photo, ou plutôt une absence de lumière de la pire espèce. les photos sont juste anecdotiques donc...

    Ils sont arrivés !

     Ils ont fait comme d'autres hivers : ils "écument", au bord de l'Erdre toutes les graines des chatons des...aulnes, bien sûr, puis viennent au jardin pour les graines des bouleaux et...de tournesol des mangeoires...

     

    Ils sont arrivés !

    Plus petits que les verdiers, le plumage rayé, ils sont vert-olivêtre, vifs comme les mésanges bleues dont ils ont à peu près la taille.

     

    ici, un mâle : sa tête est coiffée d'un béret noir et il est plus coloré que la femelle..

    Voici madame Tarin des aulnes...

    Ils sont arrivés !

    ...et à nouvel Monsieur !

    Ils sont arrivés !

    J'espère des jours meilleurs pour de meilleures photos !!!

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Un ciel bas et gris-plomb, une lumière  de Toussaint...c'est le jour choisi par la mésange à tête noire pour faire sa première apparition de la saison au jardin !

    Une journée miraculeuse !

    Les photos seront bien moches, mais je cours chercher l'appareil-photo ! Une première apparition après deux ou trois ans d'absence, ça se fête.

    C'est une migratrice qui ne vient chez nous que l'hiver, alors...même:s'il y a beaucoup de "bruit" autour de son portrait, tant pis ! Pour ceux qui ne la connaissent pas très bien , à quoi la reconnaître ? Ses ailes et sa couleur sont un peu différentes  de celles de la charbonnière, mais surtout...

    Une journée miraculeuse !

    ...cette bande blanche sur la nuque, vous la voyez ? C'est la signature de la mésange à tête noire !

    Une journée miraculeuse !

    C'est toujours un moment d'émotion que la visite des premiers migrateurs de l'hiver! Voici deux jours que les mangeoires ont aussi celle d'un superbe pinson du nord à la robe orange flamboyante.

    Et soudain, je venais de reposer l'appareil photo...Là, sur la branche du pin, le pinson du nord est rev...mais ...non ? Si ? Mais non !!! Ce n'est pas lui ! Et là, le cœur a commencé à sauter dans ma poitrine (qu'il en faut peu pour être ému !) j'ai bondi (au ralenti pour ne pas effrayer le visiteur) vers l'appareil photo, le cœur faisant "boum boum boum, car oui, bien sûr ! je ne rêvais pas !...

     

    Une journée miraculeuse !

     

    J'avais bien la joie de voir le Grosbec casse-noyaux en chair, en plumes et en os, pour la première fois !!! (en jargon ornitho, c'est une "coche" !)

    Une journée miraculeuse !)

    Il est réputé farouche, mais il est resté là un moment (ah, toujours cette maudite lumière !) avant de s'approvisionner à la mangeoire au tournesol, faisant même fi de l'instabilité de la mangeoire-balançoire, et se tenant là comme un gros père tranquille !

    Une journée miraculeuse !

     

    Ce n'est pas pour rien qu'il s'appelle "casse-noyaux" ! Il broie réellement les noyaux (de cerises par exemple) avec son bec impressionnant ! Il est de la même famille que les pinsons ou les bouvreuils (celle des Fringilles), mais question bec ! ils sont tous battus !

    Une journée miraculeuse !

    Chez moi, il ne broie que les graines de tournesol et ...il aime ça !

    Il est venu et revenu un moment...peut-être reviendra-t-il ?

    Une journée miraculeuse !

    Partager via Gmail

    26 commentaires
  • Visite automnale du pouillot véloce

    Si l'on y fait bien attention, l'automne est une merveilleuse saison pour faire des rencontres au jardin. C'est la période où les oiseaux sédentaires sont libérés de leurs obligations parentales , c'est l’époque aussi des migrations ! Et quoi de mieux que de se reposer un instant, un jour ou un mois au jardin qui regorge d'insectes où de baies en ce moment ?

    De nombreux 'oiseaux sont migrateurs partiels, parcourent de longues ou de courtes distances en automne.

    Un petit cri répété m'a attirée à la fenêtre : ah !  Quelle anguille, celui-là ! Quand je peux l'apercevoir, au travers des aiguilles du pin, il a déjà disparu pour me laisser entrevoir un œil l'instant suivant...et disparaître à nouveau ...

    Visite automnale du pouillot véloce

    Tant bien que mal, d'apparitions en disparitions, je repère le pouillot véloce (véloce...on aura compris pourquoi !), que l'on peut confondre avec le pouillot fitis, aux pattes plus claires, au chant plus mélodieux (mais celui-ci a beaucoup de mal à me montrer ses pattes, et il ne chante pas, il fait son petit cri qui me permet de savoir qu'il est toujours dans l'arbre, et qui m'encourage à le guetter, l'appareil photos en main...)

     

    Visite automnale du pouillot véloce

    S'il chantait seulement ! Je pourrais reconnaître son chant sur deux notes, à la tonalité métallique, qui l'a fait surnommer le "compte-écus", comme s'il comptait ses pièces ! Mais il ne chante pas, il me signale juste sa présence par son petit cri tout doux : il ne compte rien, il débusque (à toute vitesse) les insectes dans les pommes du pin.

    Visite automnale du pouillot véloce

     

     Et puis, évidemment, sans crier gare, il s'envole plus loin au moment où ...me laissant le souvenir flou de son envol...

    Visite automnale du pouillot véloce

     

    Partager via Gmail

    20 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique