• Une vraie rencontre, pas dans les livres,  mais un renard en chair et en os, comme pour me remercier d'avoir pensé à lui et à ses frères dans mon article précédent !

    C'était le week-end de la Toussaint, quelques jours entre grisaille et éclaircies, un "pique-nique "entre deux ondées, debout au bord du jardin du "Presbytère"( voir à la fin de l' article: " un week-end dans le Lot"...)

    "Un renard !" s'est exclamé le baryton....

    De l'autre côté du jardin, il est apparu, sortant des vergers  de l'autre côté du muret...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Un coup au cœur et un coup de cœur ! J'ai le souvenir d'un renard apparaissant derrière une meule de foin, un autre en train de muloter, mais loin, très loin..., tandis que là !!!...

    Il semblait s'intéresser de (très) près à un petit tas abandonné au pied d'un arbre...Mais un tas de quoi ? Difficile à dire de là où j'étais. Des pommes gâtées  ? Je sais que les renards aiment les fruits (vous vous souvenez de la fable  de la Fontaine : "ces raisins sont trop verts et bons pour des goujats") ?

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Comment immortaliser cette rencontre ? Ce serait ma première photo de renard...Photo ? Oui-da ! L'appareil était posé sur le siège avant, dans la voiture...Alors, j'ai commencé, avec le renard, le petit jeu de "Un, deux, trois, soleil..." Le vent soufflait dans la bonne direction (et il soufflait fort...) ; Messire Goupil ne pouvait pas me sentir...Mais me voir, si ! Alors, un pas pendant qu'il fourrait le museau dans le tas, immobilité...U n autre pas, immobilité... J 'ai ainsi réussi à ouvrir la portière, saisir le sac de l’appareil photo, prendre l'appareil, le mettre en position, tout cela pendant que le renard plongeait le nez dans son tas, puis me figeant à chaque fois qu'il regardait... Quant au Baryton, depuis le début des opérations, il s'est statufié  ; je crois bien qu'il ne respirait même plus !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Il sortait un fruit (?) du tas, et le mangeait à côté, la tête plus oui moins tournée vers moi...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Non, il ne m'a pas  menacée de ses crocs ! C'est que, le fameux tas était en fait un tas de noix mises au rebut, et que Renard avait tout de même un peu de mal à mâcher, tout en séparant la pulpe de la coquille !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    Il s'est offert une petite séance de toilette-gratte-puces...

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

     

    ...avant de  repartir vers le verger, derrière les buts de foot renversés par la tempête, sans hâte excessive mais vigilant tout de même !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    Rencontre avec un renard !

    J'ignorais que les renards chassaient les...noix ! J'aurais pu mettre ce titre à mon article : "Rencontre avec un casse-noix" !

    Partager via Gmail Yahoo!

    37 commentaires
  • Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Veut-elle parodier une fable de la Fontaine ? Joue-t-elle à "couleuvre perchée" ? Se prend-elle pour un boa constrictor ?

    Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Cette couleuvre (couleuvre d'Esculape, sans doute), rencontrée sur les bords de la Sèvre a peut-être tout simplement cherché le soleil et la quiétude de l'altitude pour se faire une petite sieste !

    Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Je pense qu'elle mesure plus d'un mètre cinquante,

    et tout compte fait, je n'aimerais pas vivre

    en forêt équatorienne,

    pour ne pas risquer  de voir une charmante bestiole

    (beaucoup plus grosse)

    se balancer au-dessus de ma tête...

    Partager via Gmail Yahoo!

    29 commentaires
  • Au bord du chemin longeant le canal...Une haie, des broussailles sous la haie...Un petit bruit...et...Un dinosaure, miniature,(quand même 20 à 30 cm !) vert fluo, magnifique...

    Lézard vert (Lacerta viridis)

    Nous avons joué un peu à cache-cache, lui cherchant le soleil, moi cherchant la photo !

    Lui ? Non, elle plutôt, toute de vert vêtue.

    Après une grande partie de cache-cache, l'une suivant l'autre le long du chemin, un autre dinosaure !  Vert à tête bleue ! C'est Monsieur dinosaure, assez complaisant pour poser de tout son long le long d'une souche...

    Lézard vert (Lacerta viridis)

    Lézard vert (Lacerta viridis)

    Je lis que ces lézards hibernent et ne sortent que fin avril. Ce couple a profité de la douceur car je l'ai croisé ce 3 avril...

    Partager via Gmail Yahoo!

    22 commentaires
  • Cachée derrière le billot de bois qui supporte l'abreuvoir aux oiseaux, Souricette a trouvé le truc : elle est à quelques pas de la mangeoire qui se balance au dessus de sa tête et où verdiers et chardonnerets s’empiffrent salement de graines de tournesol, ...Scrunch, scrunch...et que je te broie et que je te  laisse tomber la moitié de la graine à moitié mâchée... Heureusement, le service de nettoyage anti-gaspi est là : les oiseaux au sol, accenteurs, pinsons, tourterelles et ramiers, mais aussi...

    La mangeoire "multifonctions" ?

    ...un drôle d'oiseau au museau frémissant qui fait de rapides allers-retours du billot salvateur à l'espace jonché de graines semi-broyées sous la mangeoire...tout en jouant avec les serpentins des tiges des petits cyclamens roses de septembre...

    La mangeoire "multifonctions" ?

    "C'est bien" dit le baryton...c'est une mangeoire muti-fonctions !"

    Partager via Gmail Yahoo!

    31 commentaires
  • "Il y a les bonnes bêtes et les mauvaises bêtes. les bonnes bêtes sont celles que l'on mange.

    Les mauvaises bêtes sont celles qui mangent celles que l'on mange.".

     

    Le loup mal aimé

    dessin Jacques Rime

    Cette phrase-que j'adore- résume avec ironie le point de vue simpliste de l'homme sur la nature.

    Il faut l'entendre avec le savoureux accent suisse de Jacques Rime, dessinateur animalier, grand amoureux des bêtes sauvages.

     

     Elle est extraite du film réalisé pour la salamandre "le lynx, le loup...et nous.", à moins que ce soit de cet autre film consacré à Robert Hainard, philosophe, naturaliste et peintre animalier.(Voir l'article consacré à ce film)

    Le loup mal aimé

    gravure  : Robert Hainard

    Le loup mal aimé

    Le loup mal aimé

     Une "mauvaise bête", le loup ? le dernier numéro de la revue "la Salamandre", "Le loup parmi nous", lui consacre son dossier central. Un film aussi, "la vallée des loups", va sortir le 4 janvier. On y suit pas à pas le retour du loup, ses mœurs, ses rapports avec l'homme...

     Le loup a bien failli y laisser sa peau et faire partie des espèces disparues, une de plus (on vient de classer définitivement le cougar, (puma d'Amérique) parmi les espèces disparues...)

    Il disparaît d'Angleterre au XVIème siècle, d’Ecosse au XVII ème siècle, d'Irlande et du Danemark au XVIII ème , d'une bonne partie de l'Europe centrale au XIXème, et de France pendant le premier tiers du XXème siècle.

    Mais le loup a la vie dure : il, a survécu en Italie, et c'est de là (après tout, n'est-ce pas la patrie de Rémus et Romulus !?) qu'il revient en France à partir de 1992.

     

    Le loup mal aimé

    D'après les biologistes, un loup en bonne santé n'attaque pas l'homme...Il y eut des périodes difficiles de guerres, de famines, épidémies où les "accidents" ont existé, mais maintenant.entre le loup et l'homme, le plus menacé des deux, c'est le loup.

     

    Cependant il attaque chamois, chevreuils  et...moutons si le gibier sauvage se fait rare (en partie aussi de la faute de l'homme !)

     "Débarrassés " du loup pendant des décennies, les éleveurs doivent à nouveau compter avec lui et cela ne se fait pas sans heurts.

    Le loup mal aimé

    Cet été, nous avons discuté avec un éleveur (chez lequel nous logions) qui laisse ses moutons tout l'été seuls sur les hauts pâturages, sans chien...Il a eu à subir des attaques du loup l'an dernier...

    Nous avons aussi longuement discuté avec le berger qui nous a "sauvés"  de la vigilance de ses patous sur un chemin...(ici)

    Le loup mal aimé

    "Je ne devrais pas le dire car je me ferais mal voir, mais je ne suis pas contre le loup." Lui parque ses bêtes la nuit et est assisté de deux patous, "fournis" par le ou les propriétaires du troupeau. Il n'a pas eu à déplorer d'attaque l'an dernier. "Les loups ont attaqué de l'autre côté" dit-il en désignant justement le versant où paissait le troupeau de notre propriétaire..."Mais là, pas de berger, pas de chiens...Alors, c'est sûr, c'est plus facile (pour le loup)"!

    La présence des chiens de troupeaux n'exclut pas les attaques, , mais les rendent plus rares. Eleveur et berger reconnaissent aussi que les carnages ne sont pas toujours imputables au loup, qui mange pour se nourrir.

     

    "La majorité des carnages dans les troupeaux sont le fait de chiens de chasse, de ferme ou de promeneurs, de chiens attachés un jour, lâchés l’autre, livrés à eux-mêmes avec la complicité de leur propriétaire. Il est préférable de faire endosser les dommages au loup, moins proche de l’homme et prouver ainsi son incompatibilité avec le monde de l’élevage." (Robert Hainard)
    Et dans ce cas, les bêtes sont tuées et laissées sur place, sans être dévorées...
    Notre berger et cet autre, éleveur de chèvres qui passe l'été avec elles sur la montagne, déplorent seulement qu'on leur interdise le port d'un fusil : "voir ses bêtes se faire attaquer sans pouvoir les défendre est rageant. les loups sont intelligents : un coup de fusil en l'air ou...quelques plombs dans les fesses les feraient réfléchir"...
    "Il est ridicule de faire des battues pour tuer des loups qui n'ont rien fait. Il vaudrait mieux pouvoir se défendre contre ceux qui attaquent.! Il est aussi ridicule d'indemniser les éleveurs  pour les bêtes tuées : cela coûte très cher à la société."
    Après tout, le loup est une bête sauvage, il fait partie de la nature. Depuis longtemps l' homme se croit le roi de la création et  a tout fait pour ne pas avoir de prédateur (hormis lui-même. .) .L'enjeu est là : vivre avec le loup ET protéger les troupeaux...

    Les trois dernières illustrations sont tirées de ce numéro de la salamandre.

    Pour découvrir ce numéro, c'est ici !

    Je rappelle que

    La Salamandre offre aux lecteurs de mon blog

    un numéro gratuit à la conclusion de tout nouvel abonnement

    (6 numéros par an + 6 mini-guides) à l’une des revues de la Salamandre, la grande , la petite Salamandre (pour les enfants), la Salamandre junior pour les  8- 12 ans, etc....

    Pour en bénéficier, il faut indiquer le code promo : blog16 à votre demande d'abonnement.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique