• La pie ne volera pas...

     

    La pie ne volera pas...

     

    C'est en admirant la magnifique robe noire et blanche ...et bleutée dans le soleil, de quatre pies dans mon jardin (deux adultes, et manifestement deux jeunes au bec encore quémandeur) que je me résous à écrire cette petite histoire d'il y a un mois...

    La pie ne volera pas...

     Les photos des pies adultes sont celles prises hier au jardin...Celles de la petite pie de cette histoire ont été faites par Jean-François.

     

    L'histoire n' a pas très bien commencé, par un jour de grand vent, juste avant l’Ascension...

    William,  de la LPO, qui intervient souvent en cas de rapace en détresse, a été appelé par une dame qui lui a signalé un nid, de pies, jeté à terre par le vent, ce mardi soir précédant l'Ascension....

    Arrivé sur place, William n'a pu que constater le décès des oisillons...sauf un, bien en vie et pas blessé...

    En habitué, il a fait ce qu'il faut, c'est à dire s’assurer que les parents allaient revenir nourrir le rescapé...Il a attendu une heure...pas de parents...

    Il a donc ramené la petite pie chez lui, pour la confier au centre de soins... Malheureusement, la pie n'est pas une espèce menacée, elle est même considérée comme nuisible, le centre de soins est débordé et ...pas question d’accueillir l'oiseau...par contre, gentiment, la soigneuse lui a donné des consignes détaillées sur la façon de nourrir la petite rescapée, ...

    C'est ainsi que, après une soirée passée à refuser le jambon que William lui avait présenté, la pie s'est découvert dès le lendemain un solide appétit pour les croquettes pour chat ramollies (et présentées à la pince à pansement utilisée dans les hôpitaux), les fruits, l'eau administrée à la pipette...

    Mais...William partait en vacances le vendredi pour quinze jours... Jean-François, son ami et associé dans le sauvetage des oiseaux était absent jusqu'au samedi matin.. C'est ainsi que sur la route des Pyrénées, ce jeudi matin de l’ascension, j'ai reçu un coup de fil de William :"Peux-tu prendre la petite pie jusqu'à samedi ?" !!! Aïe ! Je ne rentrais que le lundi soir... Nous avons cherché (au téléphone) qui pourrait bien récupérer l'oiseau en attendant le retour de Jean-François. !!!  Enfin, une idée : Robert, en refuge LPO depuis deux ans, passionné par les oiseaux et toutes les petites bêtes de de son jardin ? Contacté, Robert a accepté avec enthousiasme...mais jusqu'au samedi matin car lui-même devait partir le samedi midi...

    Et c'est ainsi que la rescapée, indifférente aux affres de ses pères nourriciers, est passée de chez William à la maison de Robert,  puis à celle de Jean-François...!!!

    Moi, j'ai pris des nouvelles depuis les Pyrénées : "Oui, elle mange bien , mais quelle goulue ! Oui, elle fait ses nuits !"

    La semaine suivante, je suis allée la voir. Elle était dans un carton et a manifesté un robuste appétit quand Jean-François l'a nourrie ouvrant largement avec des cris revendicatifs son bec rouge coquelicot ! !

    Rencontré au marché, Jean-François m'a dit : "elle fait vraiment ses nuits ! Ce matin, c'est moi qui l'ai réveillée et elle n'a pas mangé, c'était trop tôt !

    Par contre, après !!!"

    La pie ne volera pas...

     

    Sur les conseils de la soigneuse, il a peu à peu agrandi la taille du carton, lui a installé un perchoir pour qu'elle puisse faire ses ailes qui avaient bien poussé...

    Une des consignes du centre de soins est qu'il fallait le moins de contact possible entre la pie et la personne qui la nourrissait, le but étant de garder un oiseau sauvage et non apprivoisé... Mais Jean-François se désolait "elle me regarde quand je la nourris !"

    Difficile de faire autrement à mon avis : les pies sont parmi les oiseaux les plus intelligents ! Celle-ci a évidemment repéré son "parent" adoptif !

    La pie ne volera pas...

     

     

    Et puis, il fallait la mettre dehors, pour qu'elle puisse être à l'air, se fortifier, ...et manger seule !

    "Nous irons avec William et Robert la relâcher la semaine prochaine si elle mange seule m'a proposé Jean-François..., à l'endroit où elle est née "

    Les autres pies vont-elles bien l'accepter ?"

    "La soigneuse m'a dit que les adultes acceptent bien les jeunes..."

    Une quinzaine de jours a passé... j'ai demandé à Jean-François de faire des photos pour un article sur mon blog...

    *Il n'y aura pas d'article", m'a-t-il dit, sombre...

    Il m'a raconté... il a mis la petite pie dehors dans son carton, elle est sortie sur son perchoir puis hors du carton...Des pies sont arrivées et brusquement, elles ont entraîné la petite...

    Une heure plus tard, il a entendu frapper à sa vitre : la petite pie était de retour...

    Occupé, il n'est pas sorti tout de suite. Quand il l' a fait, pas de pie, mais une plumée au milieu de son jardin... Que s'est-il passé ? Pas de cadavre...Un chat n'aurait pas pu faire disparaître le corps en si peu de temps...Les pies l'ont-elles tuée car elle n'était plus assez sauvage ? JF l'a pensé, mais c'est bizarre...Pas de cadavre, juste la plumée (de pie, bien sûr)...Une histoire qui finit sans doute mal, comme elle avait commencé, malgré la mobilisation pour le sauvetage...

    Décidément, il est bien difficile de se substituer à l’éducation d'un oisillon par les parents, et mieux vaut, autant qu'il est possible laisser la nature suivre son cours même si dans ce cas-ci, c'est l'absence des parents pies qui a conduit William à récupérer l'oisillon...

    Il y a quand même un article, qui n'est pas celui que j'avais espéré...J'avais prévu de photographier l'envol de la petite pie devenue grande...

     

    La pie ne volera pas...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    25 commentaires
  •  C'est un fidèle! Le pic épeiche fait son petit tour quotidien...Il affectionne ma bûche percée de trous dans lesquels il plonge son long bec avec gourmandise ! Les trous contiennent mon mélange saindoux-farine de maïs-fruits secs...(en ce moment, des dattes un peu vieilles oubliées dans un placard)...Il alterne avec le plaisir des dégustations avec les arachides...

    Un visiteur assidu, le pic épeiche

     

    Il y met de l’opiniâtreté et farfouille au plus profond du trou...

     

    Un visiteur assidu, le pic épeiche

     

    Un visiteur assidu, le pic épeiche

    Ici, c'est Monsieur pic. Hier, j'ai eu la visite de Madame...Plus modeste, elle n’arbore pas de bijou : chez les pics épeiche, c'est Monsieur qui arbore un rubis sur la nuque !

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • Les pics se suivent mais ne se ressemblent pas : celui-ci, messire Pivert cette fois, fait des visites au jardin...

    S'il y a deux oiseaux qui aiment les coins de pelouse tondue, ce sont bien le merle et le pivert ! Le premier y déterre plus facilement les vers de terre, le second fait le marteau piqueur pour se régaler d'insectes et c'est le grand spécialiste des ...fourmis ! Sa langue de 10 cm de long va les chercher directement dans les fourmilières !

    Messire Pivert

     

    Messire Pivert

     

    J'ai titré cet article "Messire Pivert"...En effet, celui-ci est un beau mâle, à la moustache noire et rouge : celle de la femelle n'est que noire...

     

    Messire Pivert

     

    Très attentif à ce qui peut survenir, il se laisse observer mais est sur le qui-vive et peut s'envoler  à tout moment dans un grand éclat de rire "descendant" !

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Le décor est planté...C'est là, en bordure d'une allée forestière...Un ami de  la LPO m'a signalé un nid de pic épeiche...

     

    Nid de pic-épeiche

     

    De ce tronc coupé qui me fait penser à une tête de bonhomme ( bouche ouverte , œil étonné et long nez filiforme), s’échappe un concert de  pépiements !

    Est-ce bien prudent de faire autant de bruit à deux mètres du sol et en bordure du chemin ?

    Je me cale le dos contre un arbre et j'attends, je dois être à cinq mètres...

    Le père arrive enfin, le bec plein, fait le tour du tronc et...

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Visiblement, ma présence est acceptée, je ne suis pas trop près...Petite  inspection rapide des alentours avant de sortir...

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

     

    J'attends. Des gens passent sur le chemin...Un papa et son petit garçon (bruyant) à trottinette, un collégien, l’œil rivé sur le portable ,et les écouteurs aux oreilles..., une vieille dame avec une canne, un jeune couple avec un landau...A 40 cm de la tête de l'homme, les petits pics s’époumonent... Rien, personne ne remarque rien ! Dans un sens, c'est rassurant, les petits ne risquent rien ! Mais pourtant, voir les gens tellement "débranchés" de la nature a quelque chose d'inquiétant.

     

    Le père revient  (tiens c'est encore encore le père), moins chargé...on dirait des petits vers cette fois...

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Cette fois, il emporte la poubelle, le sac de fientes!

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

     

    Je suis restée un long moment appuyée contre mon tronc d'arbre, à observer le va et vient du pic épeiche, toujours le  père !

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • J'ai rarement l'occasion de le voir aussi près ! C'est un superbe oiseau au plumage noir et blanc, rehaussé -le chic suprême !_ d'une tache rouge sur le bas ventre...

    Une visite : le pic épeiche

    Le mâle a aussi une tache rouge assortie sur la nuque. Mais dans cette position, impossible de voir si mon visiteur est une visiteuse...

    Il a hésité mais a fini par se scotcher à la trémie de cacahuètes ! Les cacahuètes, il adore ! Il les extrait du grillage avec son bec puissant...

    Une visite : le pic épeiche

    Une visite : le pic épeiche

    C'est même trop facile pour lui ! vous voyez ce bec ultra puissant ? Un vrai couteau suisse, le nec plus ultra de l'équipement technologique !

    Il lui sert à tout : à percer des trous dans l'écorce des arbres pour faire son nid, à soulever les écorces pour y dénicher des larves, à tambouriner au printemps pour appeler sa belle, à faire de petits trous dans l'écorce pour faire couler la sève et la résine (il adore !), et bien sûr à percher la coquille des fruits secs, noix, noisettes...Sûr que pour lui, les cacahuètes décortiquées sont un jeu d'enfant !

     

    J'étais là, le nez collé à la vitre , l'admirant, quand soudain, tout près, un coup de feu a retenti...Envolé le pic (et tous les oiseaux du jardin..).Les chasseurs...Grrr !

    Heureusement, il est revenu ...

    Une visite : le pic épeiche

    Partager via Gmail Yahoo!

    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique