• "Père, gardez-vous à droite, Père, gardez-vous à gauche" disait le jeune Philippe (qui en gardera le surnom de "le Hardi" !), à son père Jean le Bon, à la bataille de Poitiers en 1356, en pleine guerre contre les anglais...

    En ce dimanche de décembre, ce ne sont pas les coups de mousquet qui retentissent sur le chemin de randonnée, mais bien des coups de fusil, qui me font violemment sursauter, tellement ils sont tout près ! Tout près ? Oui, derrière cette haie en bordure le la petite route de campagne, dans un champ qui longe un chemin...Et zut, ce chemin, c'est notre chemin de randonnée.....

    "En garde "!

     Les accidents de chasse sont nombreux depuis l’ouverture, on a tiré sur un cheval, une vache, un cycliste, une dame dans son jardin (elle en est morte...), des chats, et même un troupeau d'ânes (ils en sont morts aussi)... alors, deux malheureux randonneurs derrière une haie...Je n'en mène pas large et ..." moi, je ne vais pas par là"! Je suis prête à rebrousser chemin, (la rage au cœur, mais à rebrousser tout de même !)

    "Mais non", me dit le baryton, "ils (les chasseurs) ne sont pas si bêtes quand même ! (Ça...je n'en jurerais pas !)

    Il m'entraine vers le chemin...j'entends les chasseurs parler derrière la haie...Un peu rageuse, je me mets à claironner : "Oh, oh, nous ne sommes pas des lapins ! "

    Le baryton me dit : "viens, on va leur chanter "toréador" ! Et d'entonner, avec sa voix sonore de...baryton , l'air du toréador de Carmen : "toréador, en ga-a-a-ar-de, toréador, toréador...." Et nous voilà, marchant d'un bon pas le long du champ, lui chantant à tue-tête, et moi...me pressant (quand même !) 

    .......

    Plus un mot chez les chasseurs, plus un coup de fusil...Nous sommes passés ...

    "En garde "!

    Partager via Gmail

    25 commentaires
  • (Petit clin d'œil à Framboise, du blog Framboise à Pornic)

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

     

    N'était l'ocre du sable,  un dimanche presque noir et blanc sur la côte ...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

     

     Dimanche d'argent...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

     

    ...ou de plomb !

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

    Et puis...au retour, dans l'église de Sainte-Marie, cette émouvante Vierge au tabernacle...

    Sur la côte, entre Sainte-Marie et Préfailles...

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Jours de soleil , jours de grisaille, jours mitigés... le printemps balbutie, fait ses premiers pas...

    La présence d’œufs de grenouille dans ma mare m'a incitée à mon petit "pèlerinage" annuel à la mare "aux grenouilles" dans la vallée du Cens  (le Cens est affluent  de l'Erdre, elle-même affluent de la Loire). La mare aux œufs de grenouilles plutôt, car je n'y ai jamais vu la moindre grenouille !

     Cela fait plusieurs années que je surveille les pontes de grenouilles (agiles) à cet endroit. Pour y arriver, c'est un parcours enchanteur au bord du cours d'eau.

    Printemps dans la vallée du Cens

    Ce lundi, comme une bécasse, je n'ai pas pris mon appareil photo...Mal m'en a pris car...là, tout au bord, Monsieur et Madame Crapaud étaient fort occupés à assurer leur descendance...pas de photo pour immortaliser cet instant, le mâle, un peu gris,  sur le dos de la femelle, un peu rousse et plus grande (il faut bien ça pour supporter ce poids  sur son dos !!!). Le tout dans une immobilité parfaite et concentrée ! Pas de joyeux ébats, pas d'agitation, pas de grands gestes, non, juste la concentration... pas très affriolant mais parfait pour une photo... hélas!

    J'y suis donc retournée, en solitaire, par une journée de mercredi, douce, printanière, idyllique... j'étais bien, toute seule, humant les jonquilles, les anémones Sylvie qui mêlaient leurs tapis jaunes et blancs...

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Au bord des prairies, c'est le jaune des ficaires qui brille au soleil...

     

    Ici, l'ail des ours fait flotter dans l'air des effluves aillées... Pas encore fleurie, elle étale le tapis vert de ses longues feuilles en forme de feuilles de muguet. j'en ai cueilli une poignée pour faire un subtil pesto ( avec huile d'olive et parmesan).

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Dans la mare, les petites "galettes" des œufs de grenouilles agiles (mais est-ce une illusion ou y en a t-il moins depuis deux ans ???)

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Des tas d’œufs, dans une masse gélatineuse que les grenouilles, les futées, accrochent aux brindilles aquatiques pour qu'ils ne dérivent pas au gré du vent, et qui prennent parfois l'allure de champignons atomiques !

     

     

    Printemps dans la vallée du Cens

    Printemps dans la vallée du Cens

    Les crapauds ne m'avaient pas attendue ! Mais là, à l'endroit de leurs ébats (enfin, si l'on peut appeler ça "ébats" !), des chapelets d’œufs  !Je savais que c'était la différence entre les œufs de grenouilles et ceux de crapauds, mais je n'en avais jamais vus !

    Printemps dans la vallée du Cens

    Je suis retournée pour montrer tout cela à une copine..(qui a pris cette photo).Je n'ai pas cassé le chapelet, mais le soulever précautionneusement m'a permis d'admirer le travail ingénieux des batraciens, la masse gélatineuse protège (et nourrit) bien les œufs !

    Printemps dans la vallée du Cens

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    L'envol des Tourne-pierre à collier

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

     

    Contemplation...

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Lumières d'automne à Préfailles-pointe Saint -Gildas

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • L'Erdre et le Gesvres, une rivière et son affluent... Pourtant, peut-on imaginer cours d'eau plus différents !?

    L'Erdre, toute en largeur, en majesté, en châteaux, en bateaux de plaisance...

    Le Gesvres, sauvage, secret, habité de toute une architecture naturelle de troncs, de branches, où les colverts, les hérons, le martin-pêcheur ...jouent à cache cache...En restant un peu tranquille sur la berge cet été, j'ai dénombré onze passages de martin-pêcheur, seul ou en couple !

    Au bord du Gesvres

    Au bord du Gesvres

     Le Gesvres

     

    Ses berges hésitent entre sauvagerie escarpée et chemin forestier...

    Au bord du Gesvres

     

    Au bord du Gesvres

    Le Gesvres ? Je ne l'ai jamais vu que somnolent, dans la touffeur de l'été ou dans la léthargie gelée de l'hiver...Dans ses eaux, jamais une ride  plus haute que celle soulevée- mais si peu !- par foulques , poules d'eau, hérons ou cormorans... 

    Au bord du Gesvres

     

    Au bord du Gesvres

     

    Le Gesvres ? La rivière idéale pour observer...

    Au bord du Gesvres

    Au bord du Gesvres

    Au bord du Gesvres

    Au bord du Gesvres

    Partager via Gmail

    32 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique