• C'était le 1er août...Une balade de 4 kms prévue autour de l'étang de Clégreuc, en Loire-Atlantique, est devenue, faute de carte et de balisage, une errance de 17 ou 18 kms, dans la campagne près de ce magnifique étang paradis des oiseaux et des papillons...

    Mais, si nous ne nous étions pas égarés, nous n'aurions pas fait cette rencontre, dans un champ de triticale (cette céréale hybride entre le blé et le seigle, cultivée surtout comme céréale fourragère).

    Ce sont d'abord ses bois qui émergent au dessus des épis...on distingue son élégant museau chamoisé tandis qu' il flane dans le champ...

     

    Chevreuils 0069

     

    Mais soudain, il nous aperçoit et se sauve par bonds gracieux jusqu'à la lisière du champ, là-bas où des meules de foin sont à sécher...

    Une demi-heure plus tard, (perdus !!! ) nous repassons devant le champ et cette fois, c'est la chevrette qui paraît et disparaît parmi les épis, on aperçoit sa tête, ou son dos...tandis que derrière elles, deux petits gambadent...

     

    Chevreuils 0047

     

    Chevreuils 0052

     

    Elle aussi regagne la lisière en sautant par dessus les tiges, les deux petits (pas si petits que ça!) sur ses talons...

     

    Chevreuils 0046

     

    Chevreuils 0055

     

    ...pour laisser la place à nouveau au petit mâle de tout à l'heure. Moins craintif que la première fois, ou moins surpris, il nous laisse l'admirer avant d'aller retrouver sa famille...

     

    Chevreuils 0067

     

    J'ai une pensée pour le propriétaire du triticale, en espérant que les bonds élégants des chevreuils ne font pas plus de mal à ses céréales que la pluie et le vent de juillet !

     

     

    Voici venu le temps d'une pause estivale  ...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • A la recherche de la fritillaire, j'étais partie dans le marais Audubon en avril.  : Le marais Audubon en avril: fritillaire pintade

    Petit retour ce 1er mai...

     En se promenant sur les sentiers des marais Audubon, le long des aulnes têtards, on peut observer quelques-uns de ses habitants :

     

     

    l' aigrette garzette,

     tout

     de blanc vêtue

      aigrettes-garzettes 7592

     

      aigrettes-garzettes 7590

    mais au

    bec noir

     

    Mêlés aux aigrettes,cherchant leur nourriture au pied des bovins,  de grands oiseaux blancs à tête noire et au long bec recourbé , ne passent pas inaperçus : ce sont les ibis sacrés.

     

    ibis-sacres 7059

     

    Sacrés ou... indésirables?  

    Sacrés ? Ils le sont certainement en Afrique, leur région d'origine.

    Ils ont été introduits en France en 1970 par le zoo de Branféré en Loire-Atlantique. Mais...quelques uns se sont échappés et se sont fort bien acclimatés dans l'estuaire et la région...à tel point qu'il a été question de les chasser pour protéger de leur concurrence la faune locale...

    Ces magnifiques oiseaux se nourrissent aussi de petits animaux aquatiques mais ne dédaignent pas, à l'occasion, les oeufs d'autres habitants du marais...

    Or, dans les marais , une espèce est fragile et menacée: c'est le râle des genêts.

    Le râle des genêts est un migrateur qui revient d'Afrique en avril -mai. Cet oiseau a une niche écologique très étroite qui le cantonne essentiellement à notre région , en vallée de la Loire et dans l'estuaire.Des printemps secs, de nombreuses prairies de fauche mises en culture (maïs) ou urbanisées ont contribué à détruire son habitat La LPO a acheté 400 ha de terrain pour préserver l'espèce.

    Il est presque certain que l'ibis sacré doit s'approprier aussi quelques oeufs du râle des genêts et comme l'espèce est fragilisée....Un habitant du marais nous a conté qu'il y a actuellement une campagne de stérilisation des ibis. Ailleurs, on parle d'autoriser la chasse pour détruire l'espèce...Depuis trois ans, j'ai remarqué que leur nombre a très fortement diminué...

    En réalité , on ne connaît pas l'impact de la présence de l'ibis sur les autres espèces. Mais ce qui est sûr, c'est que l'homme, qui a introduit ici cette espèce africaine (l'ibis sacré), et qui a aussi grandement contribué à détruire l'habitat du râles des genêts maintenant menacé de disparition, envisage maintenant d'exterminer les ibis  !  

      

       Sur un piquet,

     un petit

    passereau

     à l'oeil barré

     de noir :

     c'est le

    traquet

     motteux

     traquet 7582

     

    Un ragondin apeuré se cache sous les racines emmêlées, le long de la berge...

    Sur un arbre, qui chante ainsi , ? Je l'aperçois : hélas, il nous tourne le dos, on ne voit que le dessous de sa queue...

    Mais au moment où il s'envole, il me présente son profil taché de rouge et je crois reconnaître la linotte mélodieuse...

     

      printaniere 7585

    Le long des

     berges,

    ces éclairs

    jaunes :

     c'est la

    bergeronnette

     printannière

    (ou des

     ruisseaux ?

    Difficile de

      faire la

    différence)...

     

    A suivre : Oiseaux du marais Audubon -2- les cigognes 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Présentes aussi en ce mois  d'avril dans le marais,

     voici les touffes jaunes du soucis

    des marais

    ou 

    populage

    des marais (caltha palustris),

    en attendant l'éclat

     jaune des

    iris d'eau

    pas encore fleuris.

     populage-des-marais 7021

     

    cardamine-des-pres 7057 

    La gracieuse cardamine

    des prés,

     que l'on

    qualifie aussi de "cresson",

     à la saveur légèrement piquante,

    ( et qui se

     mange ,

    tout comme la cardamine hirsute

    des jardins)

      Sur la cardamine hirsute, voir :Tartine de cardamine hirsute  

    Et voici

    la rose légèreté

    des lychnis à fleurs de coucou

    (flos cuculi)

    qui n'ont rien

     à voir avec les coucous, oiseaux ou fleurs,

    mais ne sont pas sans rappeler de gracieux oeillets,

    leurs "cousins"!  

    P1000979

    Article précédent :  Le marais Audubon : fritillaire pintade

    Sur les oiseaux du matais Audubon : Oiseaux du marais Audubon (Loire-Atlantique)-1-

    et :  Oiseaux du marais Audubon -2- les cigognes

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le marais de Coueron, nommé aussi marais Audubon, situé au nord de l'estuaire de la Loire, doit son nom à l'enfant du pays, le peintre naturaliste Jean-Jacques Audubon.

    C'est un endroit protégé; le marais y est géré, et les canaux séparent des prés destinés à la pâture. C'est un peu  le "pendant" de la réserve de Massereau, sur la rive sud.( La réserve de Massereau et du Migron (estuaire de la Loire) (1) )

    On peut y observer un bon nombre d'oiseaux et des fleurs emblématiques des marais comme la fritillaire pintade. 

     fritillaires 7003

     Cette espèce bénéficie d'un arrêté

    de protection dans

     plusieurs

    pays,

     ainsi que dans plusieurs départements de France. Devenue très rare,

     car le bulbe est détruit

    par les

    apports de fertilisants, cette

    plante est absolument interdite

     de cueillette

    fritillaires 7004

     C'est une plante de milieux humides et en ce mois d'avril, elle est bien présente dans le marais; sa robe "tachetée pintade" sa rareté et la brièveté de sa floraison en font une curiosité et un régal pour les yeux! Sur la face interne de chaque pétale, un sillon gorgé de nectar en fait un régal pour abeilles et bourdons!

     

    fritillaires 7010

                             Sous le  jupon de la fritillaire ...

     

    Article suivant : Le marais Audubon : populage des marais, cardamine, lychnis

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ces zones humides sont aussi le domaine de la loutre ( que je n'ai pas vue ) et celui de la libellule écarlate : ce 13 novembre, elles volaient  au soleil!

    "Posez-vous sur une tige, voyons!, pour la photo, c'est plus joli !"

    Rien à faire! Aucune n'a voulu se poser ailleurs que sur la petite route goudronnée qui traverse la réserve! Plus chaud???

     

    Massereau 13 nov.2011 (22)

     

    Ah si, celle-ci semble se dorer au soleil sur une longue feuille séchée...Mais elle ne me semble pas très "écarlate"...

     

    Massereau 13 nov.2011 (39)

     

    Merci à Léa  link  , qui me signale que si la seconde n'a pas les couleurs aussi vives que la première, c'est que c'est bien une  libellule écarlate...mais la femelle.

    rappel : La réserve de Massereau et du Migron (estuaire de la Loire) (1)

    et : La réserve de Massereau et du Migron (estuaire de la Loire) (2)

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique