•  

    Au-dessus des marais, ce pont gallo-romain (la pont de Gras) étire ses vieilles pierres au soleil.

    Au lieu-dit "la Pierre fendue", nous rencontrons un alignement de chalands qui attendent...le pêcheur, la tourbe, les roseaux ou...au printemps et en été, les visiteurs de la Brière mystérieuse de l'eau  et des canaux...

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Nous partons du village de Kérinet pour une grande boucle parmi les vieux villages, les marais...

    La couleur brun - roux de la tourbe apparaît à fleur d'eau dans les marais: c'est que l'on y coupe les roseaux qui vont servir à faire les toits de chaume.

     

     

    Jusqu'au début du XXème siècle, les maisons étaient chauffées à la tourbe, les toits étaient faits de roseaux, séchés en bottes - les "javelles" ,- et transformés en "chaume". le parc régional a réhabilité cette pratique et beaucoup de maisons peuvent s'enorgueillir de leurs toits magnifiques qui témoignent du travail d'art du "chaumier". La durée moyenne de vie d'une toiture est de 30 ans. Le roseau vient souvent de Camargue, mais les roselières de Brière sont heureusement réhabilitées, de plus en plus!

     

       

     

     

     

     

    Sur le faîte, où l'on utilise la tourbe, pousse souvent une végétation de joubardes du plus bel effet...

     

     

     

     

    A Kérinet, le  four communal plein de charme  ...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •    

      

    La Loire  aime nous égarer parmi ses multitudes de petits bras, formant des îles variées, sauvages ou apprivoisées.

    On atteint celle-ci par ce long pont, tout de bois construit, depuis ses poteaux, ses croisillons, jusqu'à sa passerelle qui devient de plus en plus "rustique " au fil des saisons!

    Il relie la Varenne au golf de l'île, situé dans une des îles de la Loire mais situé sur le territoire du Cellier.

    Comme toujours sur la Loire, c'est la lumière qui forme le paysage: lumière du soleil déclinant de ce dimanche de février, lumière blonde des herbes séchées, lumière bleue des barques nonchalantes, lumière  de métal gris de la rivière et celle, rosée,  des bancs de sable...

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Irrésistible! La chaleur...et l'eau à mes pieds, sur cette chaussée de la Sèvre, en admirant le tableau impressionniste du reflet de cette maison, peint par la rivière...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le Pallet est niché entre la Sèvre et son affluent. Après une traversée des vignes écrasées de soleil, pique-nique à l'ombre au bord de la Sanguèze, paresseuse et comme tétanisée par la chaleur elle aussi! Où sont les cascades du mois de février ?! L'eau est basse et stagnante...

    ...........................

     

    Plus loin et plus tard, sur la Sèvre, un cygne dédaigneux me tourne le dos..

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique