• Mais qui a laissé traîner cet éventail sur la pelouse???  

     

     

    Oui, c'est un pivert, tout jeune, qui se contorsionne en étalant son aile ! Il est bien vivant et en pleine forme, le corps caché sous l'éventail de son aile;  à gauche, derrière l'herbe séchée, c'est sa tête que lon aperçoit, le bec dans la terre pour y trouver les fourmis dont il est friand et qu'il capture de sa longue langue enduite de salive gluante!!!

     

    Bravo à Pierre et à tous ceux qui l'ont identifié !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     

    Dans la famille Pivert, après le fils  ( Oiseaux de l'automne... ), la mère!

    Attentive et sur le qui-vive, bien camouflée dans l'herbe reverdie par les pluies de ces derniers jours, elle est reconnaissable à ses moustaches noires.

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •   Sur un chemin...un oeuf, bleu, fêlé, cassé...gobé? Un oeuf de merle.

     Accident, prédation? Les embûches sont nombreuses pour les futurs oisillons....

     

     

    Sur le chêne au fond du jardin, Margot surveille le moindre faux-pas...

    Mais j'ai le plaisir de vous annoncer la naissance des petits merluchons, vainqueurs des pies du quartier!! En voici un qui attend sagement ses parents sur le juniperus...

     

      Voici quelques années, les pies avaient détruit la nichée des merles, laissant même choir sur le sol les oisillons tués! Et ce jour-là, un concert de vociférations m'a incitée à sortir: derrière les pies qui s'envolaient, leur forfait accompli, , une armée de petits oiseaux courroucés les poursuivait en criant de colère! Les merles, bien sur, mais aussi, spectacle unique, toute une troupe de petits passereaux venus prêter main forte aux parents dépouillés! Incroyable, cette union contre les corvidés qui - mais oui! - s'enfuyaient à tire d'ailes!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • "Plic  ploc  cling  cling  clang..."..!. Un festival de carillons de bambous semble se tenir dans ma haie...! Ce n'est pas le vent...ce sont les glands qui dégringolent du chêne par centaines depuis plusieurs matins...
    Je sors et des claquements d'ailes accompagnent l'envolée d'une petite troupe de ramiers...
    Tiens tiens! Ce sont donc eux les artisans de ces concerts matinaux!
    Au fond du jardin,  on marche, on roule plutôt sur une mer de glands, toute une forêt potentielle en miniature. Beaucoup , tout de brun mordoré vêtus, ont perdu leur bonnet et se rident déjà sous les pluies d'automne.


    ...........................

    Ceux que les écureuils n'auront pas stockés dans leur nid, ( ce n'est pas pour rien que l'écureuil est l’emblème de la Caisse d’épargne!!!), ceux que les ramiers ne m'auront pas fait tomber sur la tête, ce sont les geais ("des chênes ",les bien nommés!) qui, soigneusement, vont les enterrer pour les retrouver en cas de disette ou -"têtes de linotte"- les oublier...pour me faire le cadeau d'une plantation de chênes, comme tous les ans; ou, (malins les geais!)revenir voir l'état de leur champ, au printemps prochain, et récolter les cotylédons tout tendres, à peine sortis du gland...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • ..
    ..Jeune pivert

    C'est un oiseau discret qu'un mouvement fait fuir...
    Un ricanement dans les airs, une large courbe ascendante avant de se poser sur un arbre ? C'est lui !
    Celui -ci est un jeune : il a la calotte rouge de ses parents, mais pas encore la moustache noire ( de maman ) ou rouge et noire ( de papa !). Elle va venir , mais pour l'instant, les côtés de sa tête sont striés.

    Il ne m'a pas vue, à sept ou huit mètres: je suis rentrée depuis peu et il a cru le jardin tranquille...
    Il me tourne le dos et cherche activement des fourmis dans l'herbe. Sa langue est extraordinaire: il peut la sortir de 10 cm, enduite de salive gluante qui va capturer les fourmis et autres insectes dans le sol ou le bois tendre !

    Ce jeune pivert est probablement né ce printemps dans une grande cavité ( qui peut atteindre 50 cm de profondeur, dans un vieil arbre sans doute...
    Le pivert, comme d'autres espèces , a besoin de trouver encore à la campagne, de ces vieux arbres  au bois devenu tendre, que l'on se sera bien gardé d'arracher (à moins de danger immédiat!!!) pour permettre la nidification des pics, chouettes , bien sûr, mais aussi d'autres espèces  qui utiliseront l'année suivante les trous déjà creusés et délaissés pour y faire leur nid à leur tour.
    Ces arbres creux ou morts constituent aussi un garde - manger bien pouvu et apprécié!

    .
    Pivert adulte, mâle

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique