• Même toute petite, je me rends compte qu'une mare, tout petit trou d'eau ou imposant plan d'eau, est un trésor  : dedans, dessus, plantes ou bêtes y mènent une vie pleine de mystères :

    Au-dessus, d'abord, tout le monde y vient boire : les oiseaux, même les plus petits, s'arrangent pour y poser les pattes, les insectes, guêpes, Hélophiles suspendus, ...j'ai vu ma première libellule, une rouge nymphe au corps de feu, la semaine dernière...les chats aussi...!

    Sur la mare, petite Nouille a beaucoup grandi, c'est une belle damoiselle qui mesure bien 15 cms de long !

    La vie secrète de ma mare

    La vie secrète de ma mare

    Le baryton, sarcastique envers ma petite Nouille, a déclaré que c'était un hybride car elle avait des cuisses de crapaud ! Quelle insulte ! Je crois que c'est une fille car je n'ai pas entendu le son de sa voix !

    Mais c'est surtout dans la mare que la vie est la plus secrète...Ses habitants se cachent et ne se laissent apercevoir que de temps en temps.

    J'ai pu apercevoir trois tritons, des insectes furtifs, des escargots, les Limnées :

    La vie secrète de ma mare

     

    La mare s'est peuplée toute seule d'une grande variété de petites bêtes : celle-ci par exemple, que j'ai furtivement aperçue, plusieurs fois :

    La vie secrète de ma mare

    Qui est-elle ? Je penche pour une sangsue, d'après le petit  livre que je viens de recevoir et qui, de façon très complète, nous parle des animaux présents dans, sur et au-dessus de la mare, des plantes qui y poussent-, de toute la vie aquatique créée par une mare dans son jardin !

    La vie secrète de ma mare

     A découvrir ici

    Je vous conseille de découvrir ce livre en vidéo, par son auteur : de quoi vous donner envie d'avoir une mare  et de quoi me donner le regret que la mienne ne soit pas plus grande !!!

    https://www.youtube.com/watch?v=kYHgGxedAvE&feature=youtu.be

     

    Et pour ceux qui veulent se lancer :

    https://boutique.terrevivante.org/librairie/livres/2325/fac

     

    La vie secrète de ma mare

     

    Côté plantes, trois fleurs de nénuphar" rose framboise" dans la mare et une rose pâle dans la bassine-baignoire ont fleuri ce week-end !

    le populage des marais , au jaune si lumineux est maintenant défleuri...

    La vie secrète de ma mare

    La vie secrète de ma mare

    La vie secrète de ma mare

     Pour voir tous les articles sur la mare, cliquer sur Une mare au jardin

    Partager via Gmail Yahoo!

    21 commentaires
  • Les pics se suivent mais ne se ressemblent pas : celui-ci, messire Pivert cette fois, fait des visites au jardin...

    S'il y a deux oiseaux qui aiment les coins de pelouse tondue, ce sont bien le merle et le pivert ! Le premier y déterre plus facilement les vers de terre, le second fait le marteau piqueur pour se régaler d'insectes et c'est le grand spécialiste des ...fourmis ! Sa langue de 10 cm de long va les chercher directement dans les fourmilières !

    Messire Pivert

     

    Messire Pivert

     

    J'ai titré cet article "Messire Pivert"...En effet, celui-ci est un beau mâle, à la moustache noire et rouge : celle de la femelle n'est que noire...

     

    Messire Pivert

     

    Très attentif à ce qui peut survenir, il se laisse observer mais est sur le qui-vive et peut s'envoler  à tout moment dans un grand éclat de rire "descendant" !

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Le décor est planté...C'est là, en bordure d'une allée forestière...Un ami de  la LPO m'a signalé un nid de pic épeiche...

     

    Nid de pic-épeiche

     

    De ce tronc coupé qui me fait penser à une tête de bonhomme ( bouche ouverte , œil étonné et long nez filiforme), s’échappe un concert de  pépiements !

    Est-ce bien prudent de faire autant de bruit à deux mètres du sol et en bordure du chemin ?

    Je me cale le dos contre un arbre et j'attends, je dois être à cinq mètres...

    Le père arrive enfin, le bec plein, fait le tour du tronc et...

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Visiblement, ma présence est acceptée, je ne suis pas trop près...Petite  inspection rapide des alentours avant de sortir...

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

     

    J'attends. Des gens passent sur le chemin...Un papa et son petit garçon (bruyant) à trottinette, un collégien, l’œil rivé sur le portable ,et les écouteurs aux oreilles..., une vieille dame avec une canne, un jeune couple avec un landau...A 40 cm de la tête de l'homme, les petits pics s’époumonent... Rien, personne ne remarque rien ! Dans un sens, c'est rassurant, les petits ne risquent rien ! Mais pourtant, voir les gens tellement "débranchés" de la nature a quelque chose d'inquiétant.

     

    Le père revient  (tiens c'est encore encore le père), moins chargé...on dirait des petits vers cette fois...

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Cette fois, il emporte la poubelle, le sac de fientes!

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

     

    Je suis restée un long moment appuyée contre mon tronc d'arbre, à observer le va et vient du pic épeiche, toujours le  père !

    Nid de pic-épeiche

    Nid de pic-épeiche

     

    Nid de pic-épeiche

    Partager via Gmail Yahoo!

    26 commentaires
  • Presque sans paroles , juste un regard...

     

    Scènes du jardin

    Pour l'éclat, les Escholzias...

    Scènes du jardin

     

    Une petite  nouvelle , Maya, qui donne la direction du vent dans les petits iris Sibirica

    Scènes du jardin

    Oui, je sais, il y avait déjà Coccinelle qui vrombissait dans les marguerites...!

    Scènes du jardin

     

    Çà, c'est incontournable : la grâce des Campanules raiponce dans les mêmes marguerites...

    Scènes du jardin

    Scènes du jardin

    Scènes du jardin 

     

    Devant la maison, les escholzias se marient aux campanules "agglomérées" et aux digitales, aux lupins...

    Scènes du jardin

    Scènes du jardin

    Scènes du jardin

    Scènes du jardin

     

    Scènes du jardin

     

    J'aime à regarder le jardin comme si c 'était une succession de tableaux ...

    Scènes du jardin

    ...les marguerites à travers les iris Sibirica...

    Scènes du jardin

    les poses des coquelicots...

    Scènes du jardin

    Partager via Gmail Yahoo!

    23 commentaires
  • Pour rappel : Pourquoi m'arrachez-vous ?  Acte I

                                                                        Acte II

                                                                       Acte III

     

    Les fleurs sauvages sont des plantes incontournables de mon jardin. Enfin...incontournables, pas vraiment, puisqu'au  contraire, je les "contourne" lorsque je passe la tondeuse, je fais le tour des îlots, je les laisse en petits massifs ou en fleurs isolées,   lorsque j'arrache (quand même) quelques-unes d'entre elles.

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    "C'est du jardinage à la petite cuillère"bougonne le Baryton qui m'aide parfois, à genoux dans les massifs...

     

    (Ce charmant jardinier (celui de la photo !) n'est pas chez moi, mais je l'ai photographié aux floralies, et peut-être donnera-t-il une idée aux bricoleurs !!!)

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     Les fleurs de l'acte I ont disparu, bonnes filles, pour reparaître au printemps prochain.

    Mais ce qui est bien avec les sauvages, c'est que certaines ont une très longue floraison et se mêlent aux petites nouvelles : pâquerettes, véroniques "petit  chêne" , pentaglotis...sont toujours là...

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Véronique

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pentaglotis

     (Cliquez pour voir en plus grand)

    Les reines de mai sont sans conteste les marguerites.

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     Avant que les maisons de mon quartier ne soient construites,  il y avait là des prés couverts de marguerites au printemps, et qui avaient valu à cet endroit le nom de "Champs blancs", m'a dit quelqu'un né ici...  

    Cela me chagrine que ces prés soient devenus maisons, et même si ce n'est pas moi qui ai fait construire la  mienne,                                           je me sens une dette vis à vis de cette campagne perdue et je laisse les marguerites  reprendre un peu possession des lieux...Et puis, je les aime, j'aime leurs lucioles blanches à la tombée du jour, j'aime leur danse dans le vent ...

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

                                                      

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Je sais que le bouton d'or n'a pas bonne presse dans certains jardins : le bougre s'enracine joliment ! mais que serait une campagne sans boutons d'or? On débroussaille, on bétonne...qu'adviendra-t-il des boutons d'or et des souvenirs d'enfance dorés ?

           

      Parmi les marguerites , voici une petite timide et fragile dont je protège l'apparition : la gracile campanule sauvage : la campanule raiponce :     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

            

    Je vous avais montré la fière allure des feuilles d'arum sauvage ! Le voici maintenant fleuri , d'une fleur (que l'on appelle la spathe) d'un blanc plus verdâtre que l'arum blanc cultivé et pourvu d'un...organe reproducteur beaucoup plus imposant (sauvage en somme !) et qui piège bien mieux les insectes qui vont les féconder... !

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

     

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    La spathe émet une odeur de putréfaction qui attire de petits moucherons. En se posant sur la plante, ils glissent comme sur une patinoire tout  au fond du cornet où les attendent les fleurs femelles …

    Des filaments situés à l’étranglement du cornet et disposés en couronne les empêchent de fuir, mais en s’agitant pour tenter de trouver une sortie les moucherons apportent aux fleurs femelles le pollen récolté sur un autre arum.  Et voilà comment on se fait avoir !

    Mais je vous rassure sur leur sort :  quelque temps plus tard, les fleurs mâles ou étamines arrivent à maturité, se flétrissent en même temps que les filaments situés à l’étranglement, laissant s’échapper les insectes porteurs du pollen mâle qu’ils ont récolté au passage. Apparemment sans mémoire, ils sont prêts à se faire de nouveau piéger pour féconder le prochain arum…!!!

      Et puis, il y a lui, mon  géranium "herbe à Robert" préféré, qui sent ...le géranium sauvage (j'adore mais tout le monde ne partage pas mon avis !!!)    

    En fait j'adore tout chez lui : ses petites fleurs roses qui se détachent sur ses feuilles découpées en dentelle, ses tiges qui deviennent rouges au cœur de l'été, ses caresses furtives lorsque l'on passe près de lui (et à ce moment, son parfum  ! Ah, son parfum,  comme une bouffée joueuse...)  Lui,il a droit de cité partout, il me frôle en passant, il embaume...et si l'on ne veut pas de lui, il se laisse arracher sans aucune réticence).                        

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

       Il en est d'autres que j'arrache, mais à notre vilaine époque où les espèces disparaissent à grande vitesse, j'aime à faire de mon jardin un havre pour les fleurs, les insectes, les oiseaux...Les uns ne vont pas les uns sans les autres D'autres sauvageonnes se préparent à se faire belles au jardin...

    Au sujet des fleurs sauvages, je vous signale la parution de ce petit livre,  facile à emporter dans la poche ou le sac, de la même collection que  celui sur les oiseaux :Le guide nature : les fleurs sauvages

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

          Là non plus, pas de table alphabétique sur les plantes, mais un classement "par milieux" :  fleurs de jardin, de prairies, de montagne etc...

    Oh, vous n'y trouverez pas toutes les plantes sauvages ! Mais le plus de ce livre, ce sont les pages consacrées aux familles de plantes, ce qui en fait un bon livre pour les débutants en botanique. J'ai beaucoup,aimé les pages sur les différentes sortes d'orchidées sauvages, sur les ombellifères (que je déplore de ne pas bien reconnaître), sur les graminées, sur les joncs et laîches...      

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

                                                

    Pourquoi m'arrachez-vous ? Acte IV

    Il est paru aux éditions la Salamandre, et je rappelle que pour tout abonnement à l'une des trois revues "la salamandre", les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro supplémentaire gratuit en donnant le code CAPU18

    Partager via Gmail Yahoo!

    19 commentaires