• Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous ? Après avoir écrit le titre, je me suis rendu compte que c'est un peu bête ! Toutes les fleurs sont mes chouchoutes ! Et mai les a fait exploser dans tous les coins du jardin. Toutes les formes et toutes les couleurs se bousculent pour attirer l'attention. C'est la même chose dans tous les jardins ! Je ne vais pas faire un défilé de fleurs, il y en a trop ! Alors, j'ai choisi quelques photos, quelques chouchous donc !

    Tout en haut de cette page, les iris Sibirica méritent une mention spéciale ; alors que les gros iris se font prier, fleurissent, ne fleurissent pas (certains sont très beaux, mais franchement, pas fiables, les iris !), les petits Sibirica ne me font jamais de mauvaise surprise, ils sont toujours là, fidèles au rendez-vous d'avril-mai...et j'aime tant leur belle couleur presque bleue !

     

    Les chouchous du jardin de mai...

    Ils m'ont fait de jolis duos, les aux ,

     

    et leur plumetis  mérite bien

     

     

    qu'on les regarde !

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Cliquez pour voir en plus grand !

    Les chouchous du jardin de mai...

    Je vous avais parlé des sauvages de mars, des sauvages d'avril au jardin...

    Mai m'offre aussi son lot de belles sauvageonnes, à commencer par les marguerites qui se sont posées ici et là, et, mes vrais chouchous, ceux-là, les coquelicots dont je guette l'apparition avec ravissement tous les ans !

     

     

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

     

    A travers la fenêtre et les rideaux, les pavots de Californie...

    Les chouchous du jardin de mai...

     

    Un vrai chouchou, celui-là, le chouchou des rosiers, le petit "Pacific Dream, venu par la poste chez moi sous forme d'une petite bouture ,(du jardin d'Aline "Jardine et ris") : planté au printemps dernier et qui a grandi...J'aime la délicatesse de sa fleur, ses couleurs qui vont du rose au bleu tendre , et...son nom...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

     

    Une petite chouchoute qui ne l'est pas pour tout le monde, ma délicate Bryone ( sauvage aussi), qui fait grincer des dents à certains, juste parce qu'ils ne l'ont pas plantée, je crois, car on ne peut pas prétendre qu"elle soit embêtante : elle s'accroche , certes, mais elle est petite et délicate et ne fait pas de mal à ses supports ! Celle-ci a élu mes hortensias qui ne s'en portent pas plus mal !

    Une année, elle avait choisi de s’immiscer dans la haie d'arbustes le long du grillage qui me sépare de mon voisin : machinalement, il avait tiré dessus à mon grand dam...Pour me faire plaisir (et pour qu'elle n'aille pas trop chatouiller ses arbustes), il avait installé un autre grillage, rien que pour elle, après que je lui eus expliqué que c'était la plus petite cucurbitacée autochtone et qu'à ce titre, elle méritait bien un peu d'égards ! !

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Les chouchous du jardin de mai...

     Et j'adore ses volutes inventives et tire-bouchonnées !

    Les chouchous du jardin de mai...

    Voilà...j'ai parlé  de mon voisin...

    U n rosier sauvage le long du grillage entre nos deux jardins...rosier dont il ne voulait pas mais, devant mes réticences à le couper..."je le laisse alors" !? Voilà...mais mon voisin vient de mourir, rapidement, d'un sale truc dû à l’amiante...Alors voilà...le rosier sauvage a fleuri, mais il n'a pas eu le temps de le voir cette année...

    Les chouchous du jardin de mai...

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Pour cette seconde journée en forêt de Brocéliande, nous partons sur les pas des fées...je devrais dire "à nouveau", puisque chaque pas mène à une légende, un enchanteur, un sortilège, une fée...

    Même au Moyen-Age, la forêt ne recouvrait pas toute ce centre de la Bretagne, mais, comme maintenant, les espaces boisés étaient séparés par des espaces plus ouverts.

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Landes, petits chemins creux, forêt, l'envoûtement est partout !

    Chaque pierre a une histoire, chaque arbre presque !

    Ce chêne millénaire , dont la circonférence mesure dix mètres,  protégé des piétinements par une terrasse de bois, qui ôte beaucoup à sa noblesse  mais ajoute à sa sécurité (!) a été le témoin, dit-on , d'un miracle, non pas au Moyen-Age, mais à la Révolution:

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    C'est le plus vieux des chênes de Brocéliande et un rescapé des forges qui pendant trois siècles ont mis à mal un grand nombre des arbres chers aux Druides !

    Miraculé et témoin d'un miracle : poursuivi par les sans culottes, l'abbé Guillotin, un prêtre réfractaire  se cacha dans l'ouverture béante de son tronc...Et c'est alors qu'une araignée descendit des branches et tissa soigneusement (et rapidement !) un entrelacs parfait de fils, un entrelacs si serré qu'il cacha l'abbé à la vue de ses poursuivants...

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Un autre lieu mythique perdu au cœur de la forêt, au-dessus du village de Folle-pensée, est la fontaine de Barenton...

    Fontaine romantique qui vit les amours de Merlin et de la fée Viviane, mais aussi fontaine miraculeuse, guérisseuse, mais aussi capable de déclencher un cataclysme si un imprudent renversait de l'eau sur sa margelle ! On y venait en procession pour demander la pluie...

     

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Hélas, comme pour le chêne à Guillotin, de trop nombreux piétinements ont transformé les abords de la fontaine en terre sèche et lui ont fait perdre certainement une partie de son charme...

    Il faut l'imaginer, perdue parmi les herbes folles, se dévoiler tout à coup au détour du chemin, et sentir le ruisselet qui s'en échappe ondoyer parmi les menthes ...Un dessin du XIX ème siècle nous en donne une image...

     

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

     

    Forêt de Brocéliande 2 : sur les pas des fées...

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Si on la cherche sur la carte, on ne la trouve pas, la forêt de Brocéliande...mais si on parcourt les récits des chevaliers de la table ronde, elle est présente à chaque pas...

    Elle couvrait une grande partie du cœur de la Bretagne, et chaque forêt bretonne revendique son antique appartenance à la mythique Brocéliande.

    La forêt de Paimpont  se situe au cœur de l'antique Brocéliande et chaque pas, chaque pierre nous raconte une légende arthurienne !

    Je suis allée deux jours sur les pas de Merlin, de Lancelot, de la fée Viviane...

    En Bretagne, on n'est jamais loin des traditions celtes, des druides, des chevaliers du Graal...Toutes les époques se mélangent...

    Dans l'église de Tréhorenteuc,

    l'abbé Gillard (qui fut curé de Tréheurenteuc),

    a fait peindre un chemin de croix où,

    au détour d'une scène,

    on voit le Christ tombé aux pieds

    de la fée Viviane !

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

     De Tréhorenteuc, grimpons sur la lande qui surplombe le val sans retour,  un paysage de schiste rouge où affleure la roche...

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

     

    Tout en -dessous, commence le Val sans retour, mais d'abord, voici le riant "miroir des fées"...mais à partir de là, on perd ses repères, le seuil du mystère est franchi...

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Tout près, voici l'arbre d'or, qui symbolise la lutte contre les incendies qui ont souvent ravagé le Val...Plus "évènementiel" que beau,  (notre époque fait beaucoup dans l'évènementiel)... mais l'image est belle : ce châtaigner calciné et repeint d'or est le symbole des forêts que l'homme protège si mal....Comme une petite route relie un parking  à cet endroit...inutile de dire que l'arbre d'or et le miroir des fées ont de la visite... !

     

     Un étang -miroir, un autre étang...et le mystère du val commence...

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Le val sans retour est le domaine de la fée Morgane, sœur ou demi-sœur du roi Arthur... Trompée par son amant, elle l'a enveloppé dans un piège d'air et enfermé dans le val, sans espoir de retour. Et non contente de son sortilège, elle a décidé d'en faire "profiter" tous les amants infidèles ! Elle jeta un sort sur l’entrelacs de vallées resserrées qui forme le Val sans Retour. Tous les amants infidèles qui avaient le malheur de passer par là restaient prisonniers de murs d’air invisibles dressés par la fée ! 

    Mettant fin aux pouvoirs de Morgane, Lancelot est venu les délivrer, mais le temps avait passé...ils avaient perdu leur jeunesse...sans retour...

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Il avait plu deux nuits avant, et le petit cours d'eau qui serpente parmi les racines et les troncs au fond du val , nous a obligés à des changements fréquents de rives, au gré de la gadoue...!

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Du fond du val sans retour, (si l'on n'est pas infidèle, bien sûr !), on peut remonter sur les landes de Gurwan, où un tout autre paysage nous attend.

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

     

     Un paysage de landes où les ajoncs finissant laissent la place aux genêts

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    ...aux genêts mais aussi aux asphodèles...(cliquer pour voir en plus grand)

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Paysage de vieilles pierres : un croix ravinée par les ans marque cette intersection...

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

     

     Paysage de landes mais aussi de forêt (difficile d'oublier que nous sommes dans l'antique forêt de Brocéliande !

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Cachés dans les méandres de la forêt, (et ils sont nombreux !), des fontaines miraculeuses...
    ...des tombeaux mégalithiques (ici le tombeau du géant)

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

     ...sans oublier les vieux châteaux médiévaux...(le château de Trécesson)

    Forêt de brocéliande : Val sans retour et landes de Gurwan

    Dans un prochain article, la suite de ces deux jours en forêt de Brocéliande..

    Partager via Gmail

    21 commentaires
  • Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Veut-elle parodier une fable de la Fontaine ? Joue-t-elle à "couleuvre perchée" ? Se prend-elle pour un boa constrictor ?

    Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Cette couleuvre (couleuvre d'Esculape, sans doute), rencontrée sur les bords de la Sèvre a peut-être tout simplement cherché le soleil et la quiétude de l'altitude pour se faire une petite sieste !

    Dame couleuvre sur un arbre perchée...

    Je pense qu'elle mesure plus d'un mètre cinquante,

    et tout compte fait, je n'aimerais pas vivre

    en forêt équatorienne,

    pour ne pas risquer  de voir une charmante bestiole

    (beaucoup plus grosse)

    se balancer au-dessus de ma tête...

    Partager via Gmail

    29 commentaires
  • ...de feu le cerisier plutôt, dont le tronc sert de support au nichoir des mésanges bleues...

    Depuis deux semaines, elles s'agitent, les petites !

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Nourrissage des petits, exclusivement avec de petits insectes : chenilles, petits papillons, pucerons (merci les filles !)...

    Les chenilles de lépidoptères (papillons) entrent pour une bonne part dans leur régime,  au moment de l'élevage des jeunes. Les mésanges jouent un rôle très bénéfique lors des pullulations de ravageurs comme la Tordeuse du chêne. Les pucerons sont aussi très recherchés. En fait, la mésange bleue peut s'attaquer à une grande variété de proies invertébrées de petite taille.i A cette époque, les mésanges sont exclusivement insectivores et il est presque criminel de continuer à les nourrir de graines (comme en hiver), qui ne sont pas une alimentation appropriée pour les jeunes !

    Le bec plein !

    Les locataires du cerisier

     

    Le va et vient incessant des parents...

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

     

    "Changer la couche", ou "l’évacuation des ordures ménagères"...

    C'est qu'il n'est pas question de laisser les déjections des petits tomber au ras du nid pour attirer l’attention des prédateurs sur l'emplacement de la nichée...Donc, les fientes sont emportées au loin...

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

     

    Huit heures ! Concert de pépiements...c'est à qui mettra le nez à la fenêtre pour revendiquer la béquée !...et ameuter les chats !

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Les locataires du cerisier

    Et...après cette séance de piaillements...les petits sont partis...!

    Partager via Gmail

    24 commentaires