• Il y a quelques années, au cours d'une randonnée, j'ai découvert, dans un jardin de la région, une collection d'Hortensias et hydrangéas comme je n'en n'avais j'avais vus !!! des formes, des couleurs, du bleu du rose, des pétales en relief, des nuages de petites fleurs ! moui qui ne connaissais que les bons gros hortensias, roses ou bleus mais le plus souvent hésitant entre les deux...J'ai été conquise et j'ai donné quelques compagnons aux bons gros de mon jardin...

    Pot pourri au jardin

    le long du pignon nord, les bons gros...

    Pot pourri au jardin

    j'ai découvert les Hydrangéas...Mon voisin m'a donné une bouture, j'en ai faite une autre chez un ami, tous pareils, tous différents...

    Variations sur les hortensias-hydrangéas

     

    Pot pourri au jardin

    En épanouissant, celui-ci fait peu à peu disparaître les petits myosotis de ses pétales bleus pour devenir "hortensia" rose

    Pot pourri au jardin

     

     Le magnifique "Shojo, qui, de bleu intense devient vieux rose :

    Pot pourri au jardin

    Pot pourri d'hydrangéas

     

     Le petit "Star gazer" qui a du mal à grandir, aux étonnantes fleurs triples :

    Pot pourri d'hydrangéas

     

    Celui-ci n'a aucun mal à grandir , il est splendide avec ses fleurs bleues au cœur finement écru quand elles sont jeunes, et en relief : "passion" de la collection "You and me":

    Pot pourri au jardin

    Pot pourri au jardin

    Pot pourri d'hydrangéas

    Pot pourri d'hydrangéas

     

    Et enfin, Amethyst, qui change de couleur au cours de la floraison :

    Pot pourri d'hydrangéas

    Pot pourri d'hydrangéas

    Pot pourri d'hydrangéas

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  •  

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Ce serait vraiment dommage d'arracher tout ce qui pousse tout seul sans y regarder de plus près ! Cela fait plusieurs années que l'onagre s'est installée au jardin, timidement d'abord, puis plus hardiment...Elle aime le coin des rosiers...j'en ai laissé quelques rosaces et...voilà ! Les roses font une pause, l'onagre prend le relais.

    Seulement voilà ! l'onagre n'aime pas le soleil. .Le matin, elle est toute fraîche comme un poussin nouveau-né et puis, en fin de matinée, elle tire la langue, se flétrit, se dessèche, devient moche, mais oui, moche.

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

     Il n'y a plus qu'à attendre...Lorsque le soir tombe, qu'il est même bien tombé et la chaleur aussi,  l'onagre ouvre ses volets, redevient fraîche et reposée à la fraîcheur du soir. Top chrono : il lui faut trois minutes pour ouvrir les yeux et défroisser ses pétales en un long soupir d'aise...

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Son huile est utilisée en cosmétique.

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

     

     

     

     

    Une autre jaune sauvage au jardin, au bord des routes et dans les prés en ce moment, c'est cette haute tige à fleurs de Marguerite, le Séneçon jacobée dont je laisse l'or s'épanouir chez moi..

     

     

     

     

     

     

    Ici, au fond du jardin

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Elle est jolie, et je songe à récolter de la graine pour la marier aux bleus, celui des chardons bleus, celui des hortensias, pourquoi pas ?

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Cette fleur sauvage est moins bien aimée que l'onagre car elle est toxique pour le foie  des chevaux et bovins. Les moutons et les chèvres peuvent en consommer de petites quantités ; chez les chèvres, elle a même un effet vermifuge...

    Comme je n'élève pas de vache dans le jardin, il me plaît bien , le séneçon jacobée tout doré et campé sur ses longues tiges.

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    D'autant plus que si ce n'est pas trop recommandé pour le bétail à quatre pattes, c'est un mets  de choix pour les chenilles de certains papillons de nuit,comme : l'écaille du séneçon (Tyria jacobae) ou "goutte de sang", et Nyctemera annulata...et pour les oiseaux... (là, les photos de chenilles et papillons sont prises sur Wikipedia !)

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     Ecaille du Séneçon , chenille, papillon fermé, papillon ouvert

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Nyctemera annulata

     

    Jaunes sauvages au jardin : l'Onagre et le Séneçon Jacobée

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  • Les herbes folles au jardin

    Elles poussent ici et là au jardin, toutes légères, toutes différentes, forment des décors incroyables (ici devant les roses). ce sont les graminées,  les herbes folles, les reines de l'été...Elles ont changé de nom : maintenant, ce sont les poacées...Moi, je les préférais "graminées", et leur nom me faisait penser invariablement à un petit félin, dodu et placide, même si elles  n'en ont pas l'allure !

    Les herbes folles au jardin

    Les poacées ! Le jardinier zélé les arrache presque machinalement : ce sont des mauvaises herbes" ! Mauvaises herbes, vraiment ? Ne sont-elles pas les reines de la décoration, la touche de légèreté qui mettra en valeur la couleur plus opaque d'une fleur, le raffinement d'un massif de fleurs ? Je compose avec elles de petites scènes de jardin, j'en arrache aussi quelques unes, mais, pas toutes...Elles ont droit de cité comme les autres sauvages...

     

     

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

    Toutes ont été photographiées au jardin...

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     Elles lui donnent un air d'été, elles lui offrent une blondeur qui contraste avec le vert ou les couleurs des autres plantes...

    Et puis...ne sont-elles  pas les plantes nourricières de l'humanité, les céréales  bien sur, version cultivée des  herbes folles ?

    Les herbes folles au jardin

    Dans le champ derrière chez moi, la version cultivée...

     

    Je viens d'apprendre plein de choses sur les graminées : le dernier  numéro de La Salamandre leur consacre un dossier plein de photos, de dessins, de découvertes : on y apprend tout sur le pourquoi de ces vilaines qui en font éternuer certains, sur le fameux gluten source d'une vraie maladie ou d'allergies plus diffuses, sur les premières céréales, sur le nom en images et gros plans de ces "herbes essentielles" comme les nomme la Salamandre...

    Et dans la Salamandre junior, pour les 8-12 ans, on traque toutes les bêtes qui ont fait des champs de céréales leur demeure...histoire d'apprendre aux enfants que tout est lié dans la nature et que l'on ne peut pas faire n'importe quoi sans déranger un ordre un peu...miraculeux mais fragile !

    Pour petits et grands, à consommer sans modération ! (c'est une bonne idée de cadeau pour les enfants, dont les chambres sont bourrées de jouets et jeux délaissés...)

    Le lien vers la salamandre, la Salamandre junior et la petite Salamandre

     

    Je rappelle que pour tout abonnement vers une de ces trois revues, les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro gratuit, avec le code CAPU18

    Les herbes folles au jardin

    Les herbes folles au jardin

     

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Ce n'est pas le titre d'un nouveau film ni d'un nouveau polar...c'est la découverte que j'ai faite en ouvrant mes volets l'autre matin.

    Danger sur la mare

     

    Un héron sur le toit ! Je les vois d'habitude au bord des cours d'eau, immobiles comme des statues, mais sur le toit de la rue, c'est bien la première fois ! Je me suis frotté les yeux, mais non, je ne rêvais pas !

    Le temps de descendre chercher l'appareil photo...il était toujours là. Sans réfléchir, je me suis réjouie de cette photo insolite jusqu'à ce qu'un horrible soupçon me traverse l'esprit...

    Je suis redescendue, aussi vite que j'étaie remontée...je me suis approchée de la mare... Oh, il y avait peu de chance que Petite Nouille prenne le frais aux aurores, mais sait-on jamais ?

    Pas de petite Nouille, et...plus de héron.

    Vérification faite dans la journée : le poisson de la bassine était toujours là et Petite Nouille prenait le soleil dans la mare...

    Danger sur la mare

    Mais, est-ce bien Petite Nouille ? Serait-ce Grenouillette revenue ? Car enfin, la grenouille minuscule arrivée dans le jardin il y a quoi, deux mois, a tellement grandi que je me demande...j'ai beau scruter : il n'y a toujours qu'une seule grenouille...Alors ? Petite Nouille devenue Nouille voudrait-elle se faire aussi grosse que les génisses de novembre dans le pré derrière chez moi ?

    Quant au héron, je ne l'ai pas revu...

    Partager via Gmail

    18 commentaires
  • Au jardin, j'ai une touffe de lavande...une touffe de lavande très courtisée...

     

    Pour voir les amoureux de ma lavande, cliquez sur ce lien ...

    https://www.dailymotion.com/video/k4QsEq9z85bN6oraCAA 

     

    Un équilibre au jardin ?

    J'ai d'abord admiré benoîtement la valse de ces papillons blancs autour de la lavande ...jusqu'à ce que je me dise  : "Eh là ! Mais ce sont des piérides !!!" Alarme ! Les piérides du chou sont de redoutables mangeurs de...feuilles de chou  ils pondent leurs œufs sous les feuilles, la chenille grignote, grignote, les feuilles jusqu'aux nervures... bien sûr, il y a aussi la piéride du navet, de la rave...et je suis incapable de les distinguer, et de toute façon, ils s'attaquent aussi aux choux.

    Or, toute fière, j'ai un gros pied de chou perpétuel Daubenton, et quelques pieds de chou Kale, ce chou ancien et frisé qui se mange cru ou cuit.

    Il est certain que cette armée de piérides allait les dévorer tout crus !!!

    Je me suis précipitée sur les choux, ai scruté le dessus des feuilles, le dessous pour faire bonne mesure,...pas de petits œufs jaunes, pas de chenilles gourmandes, pas de choux réduits à l'état de dentelle ! ouf !

    Ou bien les choux anciens n'ont pas l'heure de plaire aux piérides...ou bien...

    Ou bien il y a assez de prédateurs des piérides au jardin, et assez de plantes différentes pour que certaines d'entre elles protègent les autres...

    Un équilibre au jardin ?

    J'ai cherché à en savoir plus : et c'est ainsi que j'ai lu que les capucines attirent les piérides (et les détournent des choux), que la présence de sauge et de tomates les éloigne. dans mon petit potager, il y a tomates, capucines  et sauge près des choux...

    Pour faire bonne mesure, j'ai coupé des tiges de tanaisie qui les éloigne aussi et je les ai mises au pied des choux...

    Je me rends compte que je ne fais rien au jardin pour lutter contre telle ou telle maladie, contre tel ou tel nuisible et qu'en fait, tout s'équilibre tout seul.

    Beaucoup de fleurs différentes (y compris et surtout les sauvages), donc beaucoup d'insectes et d'oiseaux (merci les trois nichées de

    mésanges !) : tout cela travaille tout seul à créer un équilibre. pas besoin de produits chimiques, dangereux et déséquilibrants !

    Bon, je vais quand même surveiller le ballet des piérides !

    Un équilibre au jardin ?

    Partager via Gmail

    24 commentaires