• Le pic noir

      5 mars 2014 (23)

     

    Pour une fois que je vois un pic noir, là, non loin de l'Erdre, le coquin choisit de vaquer à ses occupations le long du tronc, sans se préoccuper des badauds, mais en prenant soin de rester du côté de l'ombre, malgré -enfin !- un ciel tout bleu.

    Il se détache en contre-jour, noir sur brun, mais on peut apercevoir par instant le rouge de son bérêt basque...

     

    5 mars 2014 (26)

    C'est le plus grand de tous les pics, et celui qui  tambourine le plus longtemps ( entre 1,5 et 3,5 secondes), pour attirer sa belle au printemps.

    Comme le pivert, il se nourrit de fourmis, de larves de coléoptères,   d'insectes dénichés sur les troncs et branches qu'il perce de son bec puissant. Il lui arrive aussi de dénicher les oeufs d'autres oiseaux...Mais 99% de son alimentation sont constitués de fourmis qu'il capte avec sa langue plate et pointue projetée en avant.

    Hélas, l'espèce est menacée par la disparition  des grands massifs forestiers et la coupe des vieux arbres...

    Celui-ci s'accroche par instants, la tête en bas, à l'aide de ses ongles recourbés. Quelle dextérité...

    Mon pic noir s'envole enfin, sans m'avoir offert le rouge de sa casquette au soleil !

     

    5 mars 2014 (22)

    « Des montgolfières au jardin !Les premiers citrons »
    Partager via Gmail

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :