• Bessans se situe juste à la limite du parc de la Vanoise...

    Pour ce dernier article de mes vacances alpines, je vous invite à une randonnée toute en images dans le parc de la Vanoise...Du pont de l'Oulietta au lac de Pys...

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     

    Cette randonnée un peu longue , après une montée un peu raide...débouche sur les hauts plateaux....

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Nous montons à plus de 2900 mètres, les névés sont bien présents, mais sous le soleil les moutons cherchent la fraicheur de la neige .

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Les photos ne rendent pas justice à la grandeur du paysage : à 360 °, c'est l’émerveillement !

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     

    Le plan des eaux...

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     

    On continue...

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     Arrivée au lac de Pys

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Au-dessus...

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    ...du lac

     Au retour...

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     

    Il fait de plus en plus chaud !!! cette fois, les moutons sont seuls...sans patous ! Ouf !

    Alpes, juillet 2016 : 6 -dans le parc de la Vanoise

     

    Un si bel endroit que...nous avons refait cette randonnée une seconde fois ! Quand on aime, on ne compte pas !!!

    Partager via Gmail

    21 commentaires
  • Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    En montagne, il suffit de lever les yeux pour les voir décrire leurs grands cercles guetteurs : les rapaces sont très présents. Ceux-ci...(mais ils sont loin !) me semblent être des vautours fauves... Le" berger aux patous " (pour ceux qui l'ont raté, c'est ici...) nous a dit qu'un couple d'aigles royaux était présent dans la vallée du Ribon et qu'il les avait vus reconduire manu militari un autre couple, de gypaètes barbus celui-là, à la frontière des deux vallées ! Chacun chez soi et les moutons seront bien gardés ! Je n'ai malheureusement pas vu ces magnifiques rapaces que sont les aigles royaux...Dommage !

    le même vautour :

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Un bruit sec et répété.., un plumage moucheté de blanc, le bord de la queue blanc...pas de doute, c'est le casse-noix moucheté que nous avons aperçu à deux reprises ! C'est une première pour moi : aucune chance de le voir en bordure atlantique ! C'est un oiseau discret que l'on ne repèrerait pas s'il ne faisait pas ce son disgracieux...alors, pas de photo !

     

    En voilà un par contre qui se laisse regarder, perché sur l'extrémité d'une tige, d'un piquet ou...sur le fil électrique.  Cris secs suivis d'un note sifflée...mais...cet oiseau est pour moi un casse-tête (pas un casse-noix comme le précédent, non, un vrai casse-tête...). J’ai d'abord pensé "traquet motteux", mais n'est-ce pas plutôt un tarier des prés ? Un mâle en tout cas !

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

     

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Cette fois, dans un environnement de blocs de pierre, au dessus du lac de Val-Cenis, c'est sûrement un traquet motteux, une femelle ? (Eh non, ile mâle et la femelle ne se ressemblent pas ! ) et un juvénile.

     

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

     

    Dans le vieux village des Vincendiaires, un rouge-queue

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

     

    Marmottes en contre-jour..

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne : de plumes et de poils...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne : de plumes et de poils...

    Sans ses sifflements d'alerte, la montagne ne serait pas la montagne ! Nous en avons vu, des marmottes ! Guetteuses ou marmottons qui disparaissent en trois bonds dans le terrier à la moindre consigne !

     Si elle était plus grosse, ne dirait-on pas un ours ???

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne : de plumes et de poils...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne : de plumes et de poils...

     

    J'avais emporté , parce que d'un format facile à glisser dans le sac à dos, l'un des "guides nature" de la Salamandre : La nature à la montagne.

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    Des pages bien faites sur les rapaces (plus succinctes sur les autres oiseaux), sur les fourmis (c'est fou le nombre d'espèces de fourmis que l'on croise sur les sentiers !), les criquets et sauterelles, mais aussi sur la neige, les roches, les traces d'animaux, les différents conifères...n'y cherchez pas les fleurs ! Elles sont si nombreuses qu'elles méritent à elles seules un guide entier !...

    Juillet 2016  : 5 - haute-Maurienne  de plumes et de poils...

    N'oubliez pas que la salamandre offre 

    un numéro gratuit à la conclusion de tout nouvel abonnement

    (6 numéros par an + 6 mini-guides) à l’une des revues de la Salamandre, la grande , la petite Salamandre (pour les enfants), la Salamandre junior pour les  8- 12 ans, etc....

    Pour en bénéficier, il faut indiquer le code promo : blog16

    Informations ici

     

     

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  • Juillet 2016 : 4 - Vallée d'Avérole

    Cet hiver, le petit hameau de la Goulaz , inaccessible autrement qu'à pieds, faisait figure de petit coin perdu..et l'était ! C'est le premier hameau de la vallée d'Avérole et ...son terminus en février : impossible de "raquetter" plus en amont : risque d'avalanches...

    Alors, profitons de l'été pour remonter cette vallée d'Avérole...et découvrir de petits villages, hameaux plutôt, dont quelques maisons sont occupées en cette saison...

    Des Vincendières, la montée vers Avérole

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

    L'arrivée à Avérole :un vrai village de montagne, inaccessible l'hiver,...cette vallée de la Haute-Maurienne a servi de décor aux scènes du film "Belle et Sébastien".

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

    Après Avérole la montée vers le refuge...

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

    Là-haut, le refuge d'Avérole: (et à gauche, le glacier de la Bessanaise)

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

    Une petite pause fraîcheur avant de s'enfoncer dans le fond, vers la pas de la Mule, avec un retour sur un sentier un peu...chaotique...

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

     Tout le long des sentiers,  l'authenticité de l'habitat de montagne, les traditions pastorales, les chapelles et oratoires , très nombreuses, nous font sentir notre appartenance à un pays, une culture, une civilisation...

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     14 chapelles et 22 oratoires sont visibles sur le seul territoire de Bessans ! Dans toute la vallée, au détour d'un chemin, d'un sentier, sur les pâturages, surgissent de petits oratoires de pierre, fermés par une grille qui protège une naïve statue de saint,

    Sur la photo de droite, au fond de l'oratoire a été placée une peinture naïve représentant un homme se faisant attaquer par un loup...pour exorciser les dangers sans doute...

    Beaucoup de petites chapelles  de pierre... Ici, celle du hameau de l'Ecot , au-dessus de Bonneval, (et dans lequel se passent des scènes de Belle et Sébastien), là-haut, sur son promontoire...

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Cette profusion  de petits édifices religieux est un tel témoignage de la tradition chrétienne de cette région, que je ne comprends pas les stériles querelles politiciennes autour de la culture religieuse de la France. Au même titre que la littérature, la peinture, les pratiques agricoles, l'habitat...la religion fait partie de notre patrimoine culturel, même si l'on ne pratique aucune religion ! L'histoire n'est pas affaire de politique personnelle ! Au fait, n'étudie-t-on pas l'histoire à L'ENA ? Inculture ou malhonnêteté ? Et si nos politiciens quittaient un peu le domaine de leurs jets privés et de leurs fauteuils ministériels pour faire un petit tour en... France ?

    Je ne pratique pas de religion, et ceci est affaire personnelle de chacun, mais j'ai admiré, dans la chapelle Saint-Antoine de Bessans, les magnifiques murs intérieurs  couverts de fresques datant du début du XVI ème siècle (1526), 42 scènes retraçant la vie de Jésus. On pense que ces fresques (dont certaines hélas s'effacent sous l'attaque de l'humidité) sont l’œuvre d'un artiste bessanais. Ce travail lui aurait  demandé quatre ans : une gigantesque bande dessinée pour apprendre le catéchisme aux enfants et aux grands sans doute !

    Voici le massacre des saints Innocents et la fuite en Egypte.

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

     

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Sur celle-ci, l'artiste a représenté Bessans, avec ses deux moulins, le moulin à eau, le moulin à vent.

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Cette belle chapelle n'est ouverte qu"en juillet et août, moyennant un droit d'entrée symbolique qui rémunère les deux jeunes gens qui assurent la surveillance de ce joyau !

    Ah ! J'oubliais un autre bel exemple du patrimoine : les toits de lauzes !

    Juillet 2016 : 4 - cheminements et patrimoine

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

    Voici Bessans. au fond, sur cette montagne au sommet légèrement enneigé, vous voyez la forêt qui monte à flanc ? Et bien, au-dessus de cette zone des conifères, se niche le petit lac de Soliet...

     

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     C'est le début de la vallée du Ribon, un affluent de l'Arc, le torrent de la vallée de la Maurienne.

    Ici, à Bessans, nous sommes en Haute-Maurienne.

     

    Nous montons dans la forêt, parmi les fleurs et les mélèzes...

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

     .Et là, nous débouchons sur le plateau où se love le lac.

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    "Un lac" !  s'exclame le baryton !" Une mare plutôt ! "C'est juste une remarque pour se moquer de mon ravissement au débouché de la forêt, devant ce lac miniature, un lac de poupées, et son arrière fond de montagne...c'est un bijou de lac ! D'ailleurs, nous ferons, un autre jour, un détour par le lac de Soliet, à l'occasion d'une autre randonnée, et le baryton moqueur y remontera encore une fois avant de quitter la région, lui aussi tombé sous le charme de cette "mare à grenouilles" !

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    Le tour du lac est piqueté de fleurs, les montagnes lui font un décor de carte postale et..

    .le lac de poupées est bien un lac à grenouilles et à têtards!

     

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    Des grenouilles beiges ou brunes, qui font des acrobaties dans les herbes...

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    J'adore les grenouilles et je m’arrache à grand-peine  à leurs yeux ronds : il faut laisser le lac, la randonnée n'est pas finie, il nous faut remonter la vallée pour revenir par l"'autre versant...

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    Le sentier est fleuri...Après une bute, nous débouchons sur...un troupeau de moutons. Ils sont sur le chemin et nous ralentissons le pas pour voir où ils vont : des panneaux nous ont distillé des conseils sur la conduite à tenir en cas de troupeau. Car qui dit troupeau dit...patou ! Et si ces gros chiens blancs ont une allure de grosse peluche inoffensive au repos, les mêmes peluches gardant leurs brebis deviennent...nettement moins sociables !

     

    Le troupeau semble bifurquer vers le haut. Nous nous arrêtons pour le laisser filer.

    Mais...les patous nous ont vus (ils sont deux et courent vers nous en aboyant comme des forcenés ! j'aime bien tous les animaux, j'aime bien les chiens, mais ceux que je ne connais pas m'inspirent de la méfiance et ceux-là sont gros et aboient ...

    Nous nous sommes arrêtés. j'ai repéré qu'il y a un berger. Mais pour l'heure, celui-ci s'occupe de diriger les brebis vers le haut et leur fait quitter le sentier. il ne s'occupe pas des deux randonneurs figés sur le chemin.

    Les chiens sont arrêtés devant nous,  toujours aboyant, Je n'en mème pas large... Je m'assieds. J'ai déjà appris que c'est une bonne attitude. Je pose, avec le moins de gestes possible, mon bâton sur le sol.

    Je regarde devant moi,(d'un air que je voudrais le plus détaché possible !) et j'entends les aboiements toujours véhéments à ma droite...Au bout d'un moment (je sens que cela peut durer longtemps : les chiens trouvent que nous sommes trop près du troupeau, le berger a autre chose à faire pour l’instant..), je risque un œil du côté des aboiements :  le baryton est immobile comme une statue de sel, debout, l'un des patous lui renifle consciencieusement les pieds, tandis que l'autre continue sa séance d'intimidation verbale.

    Enfin, le berger arrive ! Ouf ! Il intime aux chiens l'ordre  de rejoindre les brebis. il est accompagné de deux border- colleys qui eux, sont chargés de regrouper les moutons ; les patous, eux, ont un rôle de défense.

    Le berger  s'excuse ! Il n'y a pas de quoi ! Nous parlons avec lui, des chiens, des loups (bien sûr !). il nous dit que nous avons eu la bonne attitude face aux patous (ceux-ci sont des" bergers des Abbruzes," d'autres sont des" montagnes des Pyrénées"). ce n'est pas toujours le cas : il nous raconte que l'été dernier, un homme, surpris par "l’attaque" des patous à levé son bâton ; le berger est intervenu, les chiens n'ont rien fait. Mais deux mois plus tard, le même homme est repassé par là , les chiens l'ont reconnu, et avant que le berger puisse faire quoi que ce soit, l'homme a été terrassé, blessé (un trou dans le poignet...)

    Des VTTistes ont cru pouvoir s'échapper en appuyant sur les pédales...mauvais réflexe : non seulement les patous n'ont peur de rien , mais ils courent vite ! lls ont obligé les cyclistes à mettre pied à terre et à repartir en poussant leurs vélos...

    Pendant que le berger nous parle, je prends, n'importe comment, à la va vite, une timide photo des moutons qui broutent maintenant plus loin...des moutons, pas des patous ! Dame, je ne voudrais pas les vexer !

    Le lac de Soliet et la vallée du Ribon

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires
  • Bessans la fleurie (suite)

    Et si l'on monte, plus haut, on a la récompense de fleurs plus rares, qui aiment l'oxygène des hauteurs ! Cette gentiane par exemple, d'un bleu si rare chez les fleurs qui ont plutôt tendance  à s'évader vers le violet plus ou moins bleu, plus ou moins violet...

    Tout le monde connaît la grande gentiane jaune qui fait tourner les têtes...quand elle est distillée... Mais on connaît moins sa cousine, la gentiane ponctuée dont le pourtour des pétales s'orne de points et qui est moins haute sur patte.

    Bessans la fleurie (suite)

     

     Et elle ? N'est-elle pas belle, la joubarbe sauvage, d'un rose aussi rose que la gentiane bleue est bleue !

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Bessans la fleurie (suite)

    Lors d'une randonnée dans le Parc de la Vanoise (oui, je vous y emmènerai bientôt !), j'ai découvert de drôles de coussins dont le diamètre peut atteindre 50 ou 60 cm (comme celui-ci), roses, qui ne sont pas disposés là pour le repos des randonneurs fatigués, non, mais qui sont des touffes de Silène acaule, sans queue (acaule signifie sans queue !)

     

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Tremblez, moucherons et autres insectes ! Vous voyez ces taches vert pomme sur un escarpement tout proche d'une eau qui ruisselle ? C'est la Grassette, petite plante carnivore qui englue les petits imprudents sur sa rosace pâle ! De là sort une tige grêle d’où émerge une fleur bleue ! Nul doute que les insectes ne la trouvent pas très "fleur bleue" !

    Bessans la fleurie (suite)

     

     Et...caché sur des rochers...le mythique Edelweiss, l'étoile des glaciers, sans doute pas la plus belle des fleurs, mais la plus célèbre et rare

    (edel  = noble, weiss = blanc)

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Bien sûr, ces prairies fleuries son survolées de toute la gent ailée qui les adore ! Les abeilles font un miel parfumé que j'ai goûté et qui est si bon que je vais  prolonger un peu le plaisir avec un pot plein des fragrances bessanaises !

    Et les papillons s'en donnent à cœur joie! Comme de petits morceaux de ciel bleu, les argus virevoltent partout, surtout sur les endroits humides, suivis de près par les méltées ou nacrés (que je n'arrive pas à départager !)

    Bessans la fleurie (suite)

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Les Apollons, nombreux mais insaisissables, virevoltent autour des Belles Dames qui préfèrent... les sauvages petits œillets de montagne !

    Bessans la fleurie (suite)

     

    Après cette mise en jambes fleurie, la prochaine fois...on monte !

    Partager via Gmail

    24 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique