• Il me tarde d'être en mer, il me tarde de voir le balai aérien des fous et la neige de  leur plumage sur l'île Rouzic...

    Le bateau s’éloigne des rochers de la côte de granit rose (pour ceux qui l'on raté, voir l'article du 19 avril : Soleil sur la côte de granit rose )

    Une escale sur l'île aux Moines, (c'est la seule sur laquelle il est permis d'accoster) nous permet de voir un phoque gris à la pêche, des huîtriers pie prenant le soleil, et une colonie de goélands argentés nichant sur les étendues herbeuses surplombant la mer..

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

     Le phoque est trop loin pour la photo et les huîtriers...ce n'est guère mieux !

    Il fait très beau mais il y a de la houle ! De retour sur le bateau, il devient sportif de faire des photos !!! Hum !

    Les fous de Bassan

    Loin du bateau,

    mais bien visibles aux jumelles,

    voici les cormorans huppés ,

    sur l'île Bono,

    avec leur petite touffe sur la tête !..

     et soudain, sur l'eau, oui, c'est bien un macareux moine, l'oiseau emblème de la LPO, mais...que je n'ai jamais vu "en vrai" !!! Mais quelle idée a donc eu la nature d'affubler cet oiseau d'un tel bec ! C’est joli, original, ça ne passe pas inaperçu, mais c'est comme pour le rose des flamands roses ! La nature , ce jour là, était d'humeur joyeuse !!!

    Les fous de Bassan

     

    Les fous de Bassan

    Sur l’île Malban, un phoque gris fait la sieste...de dos...comme un gros rocher sur le rocher.

    Les fous de Bassan

    Mais là-bas se profile l'île Rouzic...

    Les fous de Bassan

    L'île est-elle enneigée? Couverte de cerisiers en fleurs ? Des nuées de flocons voltigent autour d'elle, ou bien sont-ce des pétales virevoltant dans le vent ?...

    Au-dessus de nos têtes, ils sont bientôt là...

    Les fous de Bassan

    Les Fous de Bassan !  ! Magnifiques, blancs, à l'extrémité des ailes noires (chez les adultes), au capuchon jaune et...aux yeux bleus élégamment bordés de khôl !

     Pourquoi "fou"', et pourquoi "de Bassan" ?

    Son nom vient de l'île de Bass, en Ecosse, qui abrite la plus grande colonie de fous... La place devenant rare, l'île Rouzic a peu à peu accueilli à son tour la seule colonie nicheuse de France.

    Et pourquoi "fous" ? Et bien il suffit de les voir plonger en piqué, les ailes rabattues le long du corps, à une vitesse vertigineuse (de 60 à 110 kms/ h) pour  comprendre !

     

    Les fous de Bassan

     

    Les fous de Bassan

    Aux abords de l'île, rares sont ceux qui plongent. Pour pêcher, ils vont plus loin ; ils peuvent parcourir 450 kms pour se nourrir : l'an dernier, on a compté 18 000 couples sur l’ile ; à raison de 500 g de poisson par adulte, on comprend qu'il faille un peu élargir le terrain de pêche ! Mais quand ils reviennent, comment s'y reconnaître dans cette foule ?

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

     

    Les Fous viennent là pour nicher, mais la place est comptée : un couple, un nid, un œuf (un seul), et ce n'est pas la joyeuse promiscuité à laquelle on pourrait s'attendre : pas de débordements chez les voisins sous peine de coups de bec (et quel bec !).

    Comme , en plus, les mâles sont identiques aux femelles, il y a tout un jeu de mimiques pour reconnaître son conjoint, sans parler des cris ! Les mimiques sont codées : becs dressés face à face, croisés, petites caresses sur le cou, c'est la parade ou les retrouvailles ;  bec dressé,on prévient que l'on va s'envoler ;  air menaçant, bec tendu vers le voisin, attention, ça va chauffer ! C'est la défense de son mètre carré ! 

    Le nid, fait d'algues, doit être consolidé sans cesse. On voit donc les fous, souvent transportant des paquets d'algues...

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

    Nous sommes dans les côtes d'Armor, la mer est côté...nord. Pourquoi donc les fous colonisent-ils cette partie nord et non le côté sud, plus abrité des vents ? les vents, justement ! Ils sont si lourds, les Fous de Bassan,qu'ils ont un peu de mal à prendre leur envol sans l'aide du vent !

    Les fous de Bassan

    Les fous de Bassan

    Avant de quitter les Fous, savez-vous à quoi l'on reconnaît un oiseau marin  d'un oiseau de rivière ou de lac ?

    C'est qu'ils sont équipés pour filtrer l'eau de mer  et pouvoir ainsi disposer d'eau douce pour boire !

     

    Partager via Gmail

    15 commentaires
  • Volière au jardin (suite)Pendant que les tarins des aulnes s'agitent en tout sens pour ne perdre ni une minute, ni une miette en vue de leur voyage de retour au pays des nids, ce verdier médite au soleil revenu...

     

    Chaque jour, je dégèle l'abreuvoir-baignoire des oiseaux, bien sûr...mais comme ils  sont contrariants !  Ils semblent se donner le mot pour vouloir absolument boire dans la bassine de la vanille d'eau, gelée...

    Volière au jardin (suite)

    "Et bien quoi , tu pourrais la dégeler aussi, non ?"
    Ce verdier semble tout étonné de pouvoir se poser sur l'eau !

    Volière au jardin (suite)

     

     Là, c'est un entraînement sportif  intensif et optimiste pour les jeux olympiques..

    Il semble y croire dur comme glace à sa médaille d'or en patinage artistique !

    Volière au jardin (suite)

    Partager via Gmail

    34 commentaires
  • Jouez à donner un titre et allez voir ceux proposés pour la photo précédente...ici

    Photo de l'été 2 - hérons cendrés à la pêche

    "Quiétude matinale" ou "statues à Bout de Bois"...

     

    "Le lac des hérons" (Stellaire)

    "Oh lac"...ou "O temps !suspends ton vol, et vous heures propices ! suspendez votre cours "  (Sab)
     

    "Dans la fausse torpeur des hérons,

                  Il ne fait pas bon être un gardon ! " (Nicolas)

    "Zénitude"  (Jobel)

    "Le bonheur, les pieds dans l'eau"  (Millefontaines)

    "Les pieds dans l'eau"  (Maty)

    "Héron héron petipatapon"   (Etienne 67)

    "Juste posé là..." ou ... "la nature et la plume" ( Mag) (joli clin d'oeil à mon blog !)

    "La pêche les pieds dans l'eau"  (Mariejoclaude)

    "Anne, ma soeur  Anne, ne vois-tu rien venir ?  (Pulsatilla)

    "Flotaison entre deux infinis" ou "Rêverie aquatique"  (Chantal Hélène)

    "Je veille sur vous"  (Marine)

    "Force de frappe tranquille"  (Trublion)

    "Et rond (héron) dans l'eau, attention petits poissons...!!!"  (Cephalantera)

    -Dans la quiétude d'un matin" (Philippe)

    "Les gardiens de l'étang"  (Nicole, le jardin des mots )

    Partager via Gmail

    26 commentaires
  •  

    L'homme qui fait pousser des tomates sans eau

    L'histoire (vraie) se passe dans l’Hérault...Une terre caillouteuse et aride, un climat sec...Un homme décide d'y faire pousser des tomates, plus de 400 variétés de tomates anciennes et autres légumes (courgettes, aubergines...)  Il y crée même le conservatoire de la tomate...Bon et après, me direz-vous ?

    Après ? Et bien , cet homme qui part du principe que : ". "Tout le monde essaye de cultiver les légumes en les protégeant le plus possible, moi au contraire j'essaye de les encourager à se défendre eux-mêmes" fait pousser ses tomates sans jamais les arroser (sauf à la plantation), sans engrais, sans produits phytosanitaires, sans tuteurs...Son secret ?

    "Pascal Poot sélectionne ses semences dans un contexte de difficulté et de stress pour la plante, ce qui les rend extrêmement tolérantes, améliore leur qualité gustative et fait qu'elles sont plus concentrées en nutriment" explique Bob Brac de la Perrière, biologiste et généticien des plantes.

    D'après ce que j'ai compris, la première année, il n'arrose pas, et obtient de petites tomates rachitiques...l'année suivante les graines récoltées sont déjà plus résistantes et la troisième année, il obtient des tomates en quantité, résistantes et "goutées" . Ensuite, bien sûr, ses graines sont assez résistantes... Il n'utilise  que des graines biologiques et de variétés authentiques, pas d'hybrides, et fait ses semences lui-même.

    J'avoue  que cela me tente, mais cette année, bêtement, je n'ai pas récolté de graines ! A Essayer l'an prochain.

    Pour en savoir plus sur cette expérience fantastique qui n'est pas un poisson d'avril ( ! ) : Des tomates sans eau ni pesticides

     

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Pour prolonger la magie, le soleil joue avec la neige, la neige se joue du soleil, la lumière se fait dentellière...

    Neige au Paradis ! (suite)

    Neige au Paradis ! (suite)

    ou sculpte des formes allongées, rondes et voluptueuses...

    Neige au Paradis ! (suite)

    Elle joue à travers les troncs des mélèzes dépouillés ou peint de doux pastels bleus et blancs...

    Neige au Paradis ! (suite)

    Neige au Paradis ! (suite)

    Partager via Gmail

    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique