•  

     

    Nous voulons des coquelicots !

    Je suis  une fervente amoureuse des coquelicots. Leur énergie, leur fragilité, la douceur et la sensualité de leurs jupons m'émeuvent. Ce sont des fleurs qui dansent, qui jettent leur joie à tous les passants.  Qui peut résister à un champ de coquelicots ?    

     

    Oui mais voilà...Les champs de coquelicots, les coquelicots dans les champs de blé , les coquelicots des campagnes de l'enfance (pour ceux qui ont eu cette chance), où les trouve-t-on encore ?       

    Les coquelicots qui fleurissent cette page ont tous été photographiés dans mon jardin  ... Il faut bien que le jardin les protège puisque les champs les considèrent comme de mauvaises herbes...

    Nous voulons des coquelicots !

          Il n'y a pas que les coquelicots qui disparaissent : les abeilles sont en grand danger, en quinze ans, le tiers des oiseaux a disparu , les fleurs sauvages disparaissent. Tout le monde le sait : la poudre de perlimpinpin des pesticides éradique la vie sur terre...    

    Alors, puisque les hommes politiques sont aux ordres des lobbys tueurs de vie, tueurs de l'agriculture, tueurs de la nature, une centaine de citoyens, juste des citoyens, sans appartenance politique, a lancé un appel : "Nous voulons des coquelicots !!!" Parmi les signataires , à côté  de gens pas ou peu connus, Alain Bougrain- Dubourg, président de la LPO,  Pierre Rabhi,  Yann Arthus-bertrand, les agronomes Claude et Lydia Bourguignon, Marie Arnould, rédactrice en chef des "4 saisons"   , etc...    

    ...un appel pour l’interdiction des pesticides de synthèse      .

    Lancé en septembre, cet appel a déjà recueilli plus de 386 000 signatures ! 

    Voir : "Nous voulons des coquelicots", l'appel     

                                         

    Nous voulons des coquelicots !

      En outre, pendant deux ans, tous les premiers vendredis de chaque mois, les "coquelicots" ont décidé de se réunir à 18 h 30 devant leur mairie, dans toute la France !   Prochain rassemblement : 7 décembre

    "Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé.

    Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers."

    (extrait de l'appel")

    Nous voulons des coquelicots !

     

     

    Nous voulons des coquelicots !

    "Ce monde qui s’efface est le nôtre

    et chaque couleur qui succombe,

    chaque lumière qui s’éteint

    est une douleur définitive.

    Rendez-nous nos coquelicots !

    Rendez-nous la beauté du monde !"

     

    (Extrait de l'appel)

    “L’heure n’est plus à compter les oiseaux, les abeilles, les papillons morts et les humains malades. Le constat a été fait tant de fois, au travers de centaines d’études scientifiques rigoureuses, que discuter encore n’a plus de sens. Notre pays est devenu méconnaissable à cause des pesticides. Toutes les politiques ont échoué.
    Nous lançons cet Appel pour provoquer un soulèvement pacifique de la société française et obtenir l’interdiction de tous les pesticides (de synthèse) en France.
    Il faut donc relever la tête, unir toutes les forces disponibles, agir tout de suite. Le pari repose sur l’espoir que la société française reste vivante. Un pays libre garde le droit de refuser ce qu’il ne supporte plus et de l’imposer à ses dirigeants, quels qu’ils soient.”

     

    On peut signer sur Internet, on peut aussi imprimer une feuille avec l'appel et le faire signer autour de soi : quand je discute avec les gens, ils sont tous d'accord pour signer ma petite feuille ! Si chacun en parle à son voisin, sa famille, ses collègues , cela fera boule de neige ! Ma kiné a signé, "des deux mains" a-t-elle dit !

    les outils : les outils pour diffuser l'appel

    Nous voulons des coquelicots !

     

    Partager via Gmail

    39 commentaires
  •  

    Elle est toute douce, sous l'enchantement de l'automne. elle s'est vêtue couleur du temps, couleur renard, couleur fourrure douce des fougères...

    Elle s'ouvre aussi sur  des clairières bleues de la couleur du ciel...

     

     

    Enchantée ? Sûrement ! il lui faut faire peur aussi, juste un peu, pour que le coeur s'émeuve de ces mystères cachés derrière ses fûts bien droits , sombres, mais pourtant ciselés de lumière.

     

     

     

     

    Le soleil prend le temps de nous surprendre...Il musarde un peu, délaisse la fourrure des fougères, se concentre sur les arbres, il joue, il s'approche, se teste...il a repéré un petit bouleau qui a oublié de perdre ses feuilles, s'y attache, l'asperge de poudre d'or...

     

    Et puis, il se lance, balaie la forêt d'un grand coup de projecteur !

     

    Ah, il s'amuse bien le soleil ! Il caresse, effleure, sculpte...Va-t-il embrasser le doux tronc blanc de ce bouleau ? Oui, non ? Il hésite, enlace celui-ci, délaisse celui-là...Entre embrasser et embraser, la frontière n'existe plus, le soleil embrasse et embrase d'une même étreinte.

    Les petits bouleaux tardifs deviennent arbres aux écus d'or...Des pépites de feu éclairent la forêt.

     

     

     

     

    La forêt s’enflamme, le feu lèche la fourrure couleur renard...

    De tout cet or, on s'attend à voir jaillir un faon, un chevreuil ou Mélusine...

    Merlin poursuit Viviane de ses flammes et enchante la forêt...

     

     

    Les elfes jouent à cache-cache avec les flammes d'or...C'est l'heure du brasier, l'heure de l'enchantement, les noces d'or de l'arbre et du soleil en forêt du Gâvre.

     

     

     

    Partager via Gmail

    28 commentaires
  •  

    Il faut bien regarder...elle virevolte dans le pin, gobe un insecte ou      

    une graine de cône...,

    puis se cache, oh, à peine...

    Un œil vif et vigilant entre les aiguilles,

    quelques autres en guise de camouflage,

    un peu de bleu sur la tête, un peu de bleu de ciel entre les branches...

    Une tache jaune ici ...et là...

     

     

    Cache-cache

     

    Cache-cache

    Il fait plus froid...elles se rapprochent !

    Je déclare le restaurant des ailes (partiellement) ouvert...

    Cache-cache

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Dans la haie au fond du jardin , un grand chêne, qui devient de plus en plus grand, assèche tout le fond du jardin.

    Un petit massif a vu y végéter pendant trois ans deux malheureux dahlias assoiffés par temps d'été...et les dahlias n'aiment pas la sécheresse...

    J'ai découvert sur un blog une pépinière, située dans le Gard, qui se nomme elle-même "pépinière écologique"., la pépinière Quissac.

    " Dans ce lieu aride sont aménagés des jardins d’essai. Installé en pleine nature l’affirmation de notre démarche écologique s’impose."

    Ils ont un grand choix de plantes pour terrain sec,  de  sauges....

    Tout m'a fait envie : les plantes sont proposées dans des pots d'un litre, rien à voir avec les petits "crevassons" parfois proposés en pépinières"...elles sont déjà bien grandes, en bonne santé, à un prix raisonnable, autour de 5 euros la plante...

    Le seul ennui, c'est que plus on commande, plus on paie de port, qui est proportionnel au poids des plantes (et dans des pots d'un litre, ça

    pèse  !

    Je me suis donc (raisonnablement) restreinte dans mes choix :

    Parties le mardi, les plantes sont arrivées jeudi en pleine forme :

    J'ai craqué pour une agapanthe, qualifiée de"bleu très foncé" pour une agapanthe, "Blue Navy",

    Un Leucophyllum "sauge du désert" ; rose, qui résiste bien à la chaleur et à la sécheresse, une vraie sauge rose foncé "Icing Sugar", et une plante qualifiée d’ail perpétuel, un Tulbaghia dont les fleurs et les feuilles se mangent...

     

    Une caisse de carton, de la paille pour protéger les plantes, pas de plastique, voilà un emballage "écologique" qui me plaît (et j'ai récupéré la paille pour...pailler justement !)

    Plantations pour jardin sec

     

    Plantations pour jardin sec

     

     Il manque des étiquettes pour l'agapanthe et le Tulbaghia...et comme les feuilles sont très semblables...Hum ! Après un petit mail à la pépinière, la question est résolue ...à l'odeur ! Tulbaghia sent l’ail lorsqu'on le frotte dans les doigts !

    Plantations pour jardin sec

    Agapanthe "Blue Navy"

    Plantations pour jardin sec

    leucophyllum

    Plantations pour jardin sec

    Sauge Icing Sugar

    Plantations pour jardin sec

    Tulbaghia

    Photos prises sur le catalogue ! Pour l'instant, mes belles sont comme ça :

    Plantations pour jardin sec

     

     Maintenant, elles sont plantées, toutes fraiches, sans souffrance

    Pour ceux qui habitent le sud, une pépinière à recommander !!!

     

    Partager via Gmail

    14 commentaires
  • Ballade d'automne

     

    Oui, ballade, avec deux "l", une balade en forme de ballade...J'aurais pu dire "Sonate d'automne", mais le titre est déjà pris !!!

    Ou encore "Symphonie d'automne" pour rendre hommage à la luxuriance qui accroche le regard  et les sens, tout au long de cette balade balladeuse le long du Gesvres...

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

     

    Une symphonie riche de l'éclat des ors, allant crescendo vers celle des cuivres...

     

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

     

    Parfois, le regard effleure l’eau, à la recherche d'une nuance plus intime (la ballade reprend ses droits).

     

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

    Plus loin, l'enchevêtrement des branches en forme de cordes nous joue "les murmures de la forêt", ponctués de la note piquée du cri des foulques.

    Ballade d'automne

     

    Ballade d'automne

     

    L'automne le long du Gesvres, c'est un hymne à la nature, à la beauté.

    Ballade d'automne

     

    Tout le monde n'y est pas sensible, et quand" tout le monde", c'est un élu imbu de sa petite suffisance, c'est la fausse note, le couac...

    Il suffit de remonter de 50 mètres le long de la berge, et là, oui, ils ont osé saccager, massacrer cette zone naturelle :

     

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

    Ils ont mis des barrières, un peu comme les chats recouvrent leur caca, si bien qu'il est impossible de prendre des photos...

    C'est le genre de  choses qui me rend vraiment triste et me fait désespérer des hommes.

    Je m'empresse de redescendre pour retrouver le calme de la rivière et la beauté du monde...

    Ballade d'automne

    Ballade d'automne

     

    Symphonie...ou tableau ?

    Ballade d'automne

     

    Pour ceux qui n'ont pas vu mon article Sos saccage, il n'y a qu'une façon d'essayer de stopper le massacre ( ils n'ont pas encore bétonné), c'est d'être nombreux à signer le SOS lancé par la petite association "Les amis du Gesvres" qui a engagé un avocat et déposé un recours...

    C'est ICI

     

    Merci à tous ceux qui ont signé. Pour ceux qui n'ont pas vu, aidez le pot de terre contre le pot de fer ! Merci !!!

    Ballade d'automne

    Partager via Gmail

    20 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires