• Visite automnale du pouillot véloce

    Si l'on y fait bien attention, l'automne est une merveilleuse saison pour faire des rencontres au jardin. C'est la période où les oiseaux sédentaires sont libérés de leurs obligations parentales , c'est l’époque aussi des migrations ! Et quoi de mieux que de se reposer un instant, un jour ou un mois au jardin qui regorge d'insectes où de baies en ce moment ?

    De nombreux 'oiseaux sont migrateurs partiels, parcourent de longues ou de courtes distances en automne.

    Un petit cri répété m'a attirée à la fenêtre : ah !  Quelle anguille, celui-là ! Quand je peux l'apercevoir, au travers des aiguilles du pin, il a déjà disparu pour me laisser entrevoir un œil l'instant suivant...et disparaître à nouveau ...

    Visite automnale du pouillot véloce

    Tant bien que mal, d'apparitions en disparitions, je repère le pouillot véloce (véloce...on aura compris pourquoi !), que l'on peut confondre avec le pouillot fitis, aux pattes plus claires, au chant plus mélodieux (mais celui-ci a beaucoup de mal à me montrer ses pattes, et il ne chante pas, il fait son petit cri qui me permet de savoir qu'il est toujours dans l'arbre, et qui m'encourage à le guetter, l'appareil photos en main...)

     

    Visite automnale du pouillot véloce

    S'il chantait seulement ! Je pourrais reconnaître son chant sur deux notes, à la tonalité métallique, qui l'a fait surnommer le "compte-écus", comme s'il comptait ses pièces ! Mais il ne chante pas, il me signale juste sa présence par son petit cri tout doux : il ne compte rien, il débusque (à toute vitesse) les insectes dans les pommes du pin.

    Visite automnale du pouillot véloce

     

     Et puis, évidemment, sans crier gare, il s'envole plus loin au moment où ...me laissant le souvenir flou de son envol...

    Visite automnale du pouillot véloce

     

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  • Quelle drôle de journée ! Elle a débuté par cette vision incongrue pendant mon tour de jardin matinal, cette petite tache rouge saumonée près des hortensias...Mais oui, un coquelicot fleuri, un coquelicot tout étonné d'être le seul dans les plates-bandes, un coquelicot qui s'est sans doute dépêché de germer, de pousser et...de fleurir, se croyant déjà au début du printemps, abusé par cet été de la Saint-Michel , doublé d'un été indien qui n'en finit pas de souffler le chaud !

    On connaissait la rose d'automne,

    "plus qu'une autre exquise",

    mais le coquelicot d'octobre !

    Une étrange journée

     
     

     C'est pour moi une première !

    Et la journée n'avait pas fini de m'étonner !

    Devant ce temps doux, il était bien tentant d'aller à la mer, juste au sud du Morbihan, sous les falaises ocres de Pénestin, même si dès le départ la lumière est devenue un peu grise. Tout au long de la journée, le paysage baignait dans une lumière crépusculaire, une lumière d'Islande à une heure du matin au mois d'aôut, une ambiance d'éclipse de soleil ...

    Etait-il là, le soleil, derrière ce ciel opalescent, ce voile jaunâtre, ce nuage menaçant presque noir mais qui ne laissait pas tomber une goutte d'eau ? La lumière ocre clair rendait les falaises ocres encore plus rouges, le ciel noir semblait avoir versé du plomb fondu dans la mer...

    J'ai pensé que c'était la tempête tropicale Ophélie, qui, en se dirigeant vers l'Irlande, transportait avec elle les sables du Sahara...Il me semblait avoir les paupières collées par une sorte de fine poussière ocre...

    La radio entendue ce soir m'a appris aussi que ces "nuages" de plomb étaient ceux formés par les fumées d'incendies d'Espagne et du Portugal, activés par le passage de la tempête !

    Une bizarre journée à la lumière de fin du monde !

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • Il suffit d'un rien, d’un fil tissé de rosée...

    Napperon d'automne

    Partager via Gmail

    19 commentaires
  • Touches d'automne au jardin

    En ce moment, le jardin leur doit beaucoup  ! Que serait-il sans les soleils jaunes et fous de Helianthus ?

    Le reste de l'année, je peste contre eux, je les trouve sans gêne et envahissants, je tire sur leurs jeunes pousses pour essayer de limiter leur exubérance, mais en ce moment, je leur pardonne ! Pourtant, rien n'est moins discipliné que ces tiges dégingandées (surtout après un jour de vent !) qui partent dans tous les sens, font des courbettes jusqu'à terre mais oublient de se redresser ; échevelé, le jardin semble sortir du lit !

    Touches d'automne au jardin

     

    Habituellement, en septembre et octobre, le jardin compte sur les dahlias pour se parer de tous ses feux ! Et bien non, pas cette année : les dahlias ont manqué d'eau, l'été a été trop peu arrosé (et eux aussi !), ils font la tête, et sortent tout de même un peu de leur bouderie après quelques petites ondées...mais rien de trop !

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

     

     Alors ?

    Touches d'automne au jardin

    Alors, pour la couleur, il faut compter sur les valeurs sures de toujours, les asters, la symphorine et ses petits ballons roses, bien petits cette année..., le cotoneaster qui va faire le bonheur des oiseaux, les sauges qui reprennent de la couleur après les pluies, et mon magnifique tricyrtis, pas flamboyant mais si délicat !

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

     

    Trois petites nouvelles viennent d'arriver, bien modestes encore, mais comme elles arrivent de la Folie des Plantes, je suis sure qu'elles vont faire honneur à leur provenance !

    Deux ravissantes écihnaceas (enfin moi, je les trouve ravissantes !) et une lobelia vivace, rose framboise,  pour agrémenter les abords des points d'eau...

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

    Touches d'automne au jardin

     

    Et au fond du jardin , et sous les arbres, toujours le tapis des cyclamens !

    Touches d'automne au jardin

    Partager via Gmail

    28 commentaires
  • On en dit tant et plus sur le cancer...tout le monde est à la dérive devant cette maladie qui touche tant de gens autour de nous...

    Il y a une foule de causes que l'on connaît, certaines ne dépendent pas de nous : l'air que l'on respire, le maillage d'ondes électro-magnétiques dans lequel on vit, les radiations de plus en plus nombreuses, les produits chimiques que nous ingurgitons à notre insu , présents dans les objets qui nous entourent, les cosmétiques, les produits d'entretien, l'alimentation...

    Mais justement, pour certaines causes, nous y pouvons un petit quelque chose : les produits d'entretien, les cosmétiques, l'alimentation...

    L'alimentation, justement : comment s'y retrouver entre ceux qui vous disent que le sucre nourrit les cellules cancéreuses (c'est vrai) et les médecins de l'hôpital qui vous disent qu'il faut manger le plus gras et sucré possible pour que votre organisme lutte contre la maladie (entendu aussi)...qu'il faut des protéines, qu'il n'en faut pas car elles nourrissent les cellules cancéreuses... comment répondre à ces questions contradictoires ?...

    Je viens de recevoir un livre qui m'a... enthousiasmée : "Les clés de l'alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires, infectieuses, auto-immunes..."

    Si vous voulez vous faire une idée, c'est ICI

     

    Alimentation anti-cancer et maladies inflammatoires...

    C'est le fruit d'une rencontre entre une femme atteinte d'un cancer mais qui ne pouvait pas subir une anesthésie, donc qui ne pouvait pas être opérée, et son médecin, formé à l'endobiogénie. (voir la définition)

    En 2011, les médecins donnent trois mois de survie à cette femme. En 2017, elle va très bien, son cancer s'est stabilisé, elle mène une vie normale. Bien sûr, ce n'est pas un cas unique. Ce qui m'intéresse dans ce livre, c'est la réponse à mes questions concernant les mécanismes alimentaires . J'ai compris le sucre, l'insuline, les cellules cancéreuses, et ce qu'il faut éviter (ça, on le dit assez) et surtout pourquoi !

    Pas de dogmatisme, pas de "systématisation", des explications biologiques limpides et précises, habilement vulgarisées,  absolument convaincantes !

    Un tiers du livre, ( 99 pages sur 310 ) est  consacré à ces explications. Le reste , ce sont les recettes élaborées par cette patiente et des conseils très pratiques pour bien s'alimenter...en toutes circonstances.

    Ce livre , du docteur jean-Christophe Charrié, Maryse Souffland-Groussard, Sophie Bartczac est édité par Terre Vivante. (Je n'ai aucun intérêt chez Terre Vivante( !!!) mais j'aime leur collection de livres toujours bien faits)

    A s'offrir ou (et) à offrir, sans modération !

     

    Partager via Gmail

    22 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires