• C'est un matin comme on n'en a plus fait depuis des semaines, englués que nous étions dans la  pluie ou la grisaille automno-hivernales !

    Trois jours d'aube givrée et de lumière, enfin !

    La lumière, elle m'avait fait revivre, la veille, au bord de l'Erdre ! J'y suis retournée avec l'appareil-photo !

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Oh, il y a du monde ce matin-là ! Il y a ceux qui courent, plus bardés d'instruments technologiques que la fusée Ariane, il y a ceux qui trottinent en ahanant, ceux qui ne voient rien, n'entendent rien, autistes dans leur monde sonore, les écouteurs aux oreilles (pourtant, Dieu sait qu'ils chantent, les oiseaux, en ce matin lumineux !), ceux qui marchent d'un pas de randonneurs, à un ou à deux, ceux qui profitent du prétexte de la balade pour se raconter les dernières nouvelles, ceux qui flânent, qui regardent (pas nombreux, ceux-là !), ceux qui , les yeux à l'horizontale et le souffle sportif, s'annoncent de loin dans le cliquetis de leurs bâtons de "marche nordique", souvent en groupe, et dont il vaut mieux laisser passer la troupe ferraillante ; il y a aussi les familles qui se traînent au gré des poussettes, trottinettes et vélos d'enfants, il y a les cyclistes...

    Il y a aussi ceux qui font sécher leur linge , profitant du rayon de soleil...

    Brume et soleil sur l'Erdre

     

    C'est qu'ils n'ont pas la chance des canards, les cormorans : pas de glande lubrifiante pour imperméabiliser le plumage...alors, on fait comme on peut, on met les ailes à sécher, en prenant des poses de Christ en croix..

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    "Tiens, on dirait que j'ai perdu mon auréole !..."

     

    Brume et soleil sur l'Erdre

     

    Il y avait tout cela au bord de l'Erdre, à part les familles pas encore opérationnelles de si matin...Et puis, il y avait la lumièrre, la brume au soleil mêlée, un paysage en noir et blanc, un peu fantôme...

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

     

     Sur l'eau, il y a aussi ceux qui se laissent glisser sur la mer de brume...

    Brume et soleil sur l'Erdre

     ...plus ou moins calmement et dont la silhouette apparaît et disparaît au gré des arbres de la rive...

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre 

    ...sous les silhouettes impassibles des bateaux et des châteaux...

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    La brume hésite et ouate la lumière,

    le soleil joue avec les gouttelettes

    à la pointe des rames...

    enlace les cœurs de la grille au bord du chemin...

     

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Brume et soleil sur l'Erdre

    Partager via Gmail

    18 commentaires
  • Il n'y avait rien, rien du tout, et puis, miraculeusement, avec la lumière plus vive, on voit pointer les bouts de nez des bulbes...Narcisses, tulipes et même les futures colchiques de l’automne prochain !

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

     

     Chez les plantes, c'est impressionnant, cette faculté de renaître de ce qui semble la mort hivernale... Chez les hellébores, depuis la fin de l’été, plus rien , même plus de feuilles et puis...un petit bouton semble sortir de terre, une tige, la fleur hésite, une feuille se hisse hors du sol...et voilà l'hellébore sortie de terre, chacune à son rythme mystérieux, Froufrou est fleurie depuis un mois, le Vieux clos se décide à ouvrir ses boutons, et la petite toute simple fait timidement son entrée en scène... ! (Cliquez sur les photos pour les voir en plus grand)

    Renaissance, longévité...

     

    Renaissance, longévité... 

     

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

     

    Ici et là, une fleur s'ouvre, quelques violettes, les premières primevères, une fleur de jacinthe, la sauvage ficaire (qui va bientôt envahir le jardin et repartir comme elle est venue, se faisant oublier jusqu'au printemps prochain.)

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

    Renaissance, longévité...

     

     On se s'interroge pas, on ne s'émerveille pas assez devant cette faculté de renaître, de revivre...le numéro de février-mars de  la Salamandre consacre un grand dossier à ces "secrets de longévité", chez les plantes, mais aussi chez les espèces animales...

    4850 ans !!! Qui dit plus vieux ? C'est l'âge approximatif du plus vieil arbre  vivant de la planète (si l'on excepte la catégorie des clones)

    Renaissance, longévité...

     Comment font donc certaines espèces pour défier, voire repousser la mort ?

     

     Renaissance, longévité...

    La méduse  Turritopsis dohrnii retombe en enfance quand ça l'arrange...

     L'hydre des étangs est capable de régénérer chaque partie de son corps en cas de blessure...

    Comme le phœnix, la bactérie Deinococcus radiodurans  peut renaître de ses cendres grâce à un système très perfectionné de réparation de l'ADN ! Une vraie teigne, celle-là !

    Renaissance, longévité...

     Les éphémères endossent successivement plusieurs identités..etc etc...Ce dossier de 26 pages est passionnant.

    Mais ce numéro contient aussi , sous le titre "maxi pif et gros bidon", six pages sur le gros-bec casse-noyaux avec les très beaux dessins de Sylvain Leparoux...

    Renaissance, longévité...

     ...le top 10 des essences d'arbres à planter, les oiseaux d'eau que l'on trouve sur les lacs...

    Renaissance, longévité...

    ...des photographies toutes douces des perce-neige, des aquarelles sur la ligne bleue des Vosges (car cette revue est intéressante mais...belle aussi et fait appel à de nombreux artistes, peintres, photographes, dessinateurs...et puis et puis...tout le reste !

    Pour y aller voir, c'est ici !

     

    Je rappelle que pour tout abonnement d'un an à la revue la Salamandre (pour les grands), la Salamandre junior (8-12 ans),  ou la petite salamandre (4-8 ans), les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro supplémentaire gratuit, avec le code CAPU18

    Partager via Gmail

    18 commentaires
  • Cet automne prolongé qui ne s'est jamais transformé en hiver par ici n'a amené que peu d'espèces d'oiseaux au jardin.

    Les plus nombreuses sont les mésanges bleues qui , à elles seules, font l'animation ! Infatigables, effrontées, rigolotes avec leur bouille  bridée, acrobates, c'est fou ce qu'elles mangent ! Elles sont partout : aux boules de graisse, aux cacahuètes, au tournesol, aux petites miettes diverses et variées, aux insectes qui sortent encore, à ma "pâtée maison" faite de saindoux, farine de  maïs et graines pour oiseaux du ciel qui garnit la bûche à trous !

    La volière dans le jardin

    Acrobates mais aussi intrépides : l'an dernier, l'une d'elles a réussi à ouvrir ma trémie de cacahuètes, à se fourrer à l'intérieur et...n'a jamais pu ressortir, je l'ai retrouvée morte ; j'en étais toute retournée!

    Un autre danger les guette : les filets des boules de graisse : elles peuvent s'entortiller une patte dedans et... Cela n'est jamais arrivé chez moi, mais maintenant,

    je mets les boules (sans huile de palme, au saindoux, achetées à la LPO) dans un distributeur : c'est plus prudent !

    (photo empruntée sur internet)

    Aucune description de photo disponible.

     

    La volière dans le jardin

      Moins nombreuses cette année, les mésanges charbonnières sont quand même régulièrement présentes...

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     

    Cette année, pas de  troupes piaillantes et querelleuses de chardonnerets, verdiers, pinsons...

    Ils ont présents, certes, mais si peu nombreux que j'en regrette leurs  bruyantes querelles !

    La volière dans le jardin

    chardonneret élégant

    La volière dans le jardin

    verdier mâle

    Depuis deux semaines, la neige qui est tombée partout sauf ici (!!!) nous a amené un arrivage de pinsons des arbres ! Mais hélas, je crois cette année que je peux faire mon deuil des petits migrateurs : tarins des aulnes et pinsons du nord !

     

    Ils deviennent beau, d'ailleurs, les pinsons des arbres ! Les mâles commencent à revêtir un habit nuptial plus vif, plus fringant !

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

    Le nid des pinsons n'est pas construit dans un creux d'arbres...la discrétion s'impose donc pour la femelle qui couve...Pourtant, je la trouve d'une très grand élégance, la petite pinsonne !

    La volière dans le jardin

     

    Cette année, le prince du jardin, Titi le rouge-gorge , s'énerve moins : il y a moins de monde ! C'est qu'il n'aime pas le remue-ménage sur son territoire,Titi !

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     

     Toujours discret, l'accenteur mouchet, à l'élégante robe striée de velours brun et au mantelet de cendre, déteste être pris pour un de ces piaillards de moineaux !

    La volière dans le jardin

     

    Ma bûche à trous a toujours un immense succès, surtout auprès des pics-épeiche ! Des ? Oui, j'en ai souvent deux ensemble ! Alors ? Un couple ? Le mâle a,sur la nuque, une belle tache rouge , que la femelle n'a pas...En regardant bien mes pics, je me suis rendu compte que l'un a une belle nuque rouge , en effet, le second n'a rien...Fort bien, me suis-je dit, le mâle et la femelle...mais, mais...que vois-je ? Un autre pic épeiche avec , sur la nuque, une minuscule tache rouge...Un jeune mâle pas encore fini ? Une femelle en mal de parité et d'égalité des sexes (version MLF chez les pics épeiche) ? Bizarre, cette tache qui en est à peine une ! (Et puis, j'ai beau le leur demander bien gentiment, mes visiteurs ne me montrent pas toujours leur nuque !!!

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

    Par contre, ils montrent volontiers le rouge flamboyant de l'intérieur de leur queue, et...vous avez vu la technique, pour se stabiliser quand ils s'accrochent  ?

    Là, à coup sûr, c'est une femelle :

    La volière dans le jardin

    Et, en gros plan, la nuque du mâle :

    La volière dans le jardin

    Je n'ai pas immortalisé la nuque du troisième larron ! Les trois adorent la bûche à trous...

    Sur le même principe, un copain a eu la grande gentillesse de me faire une trémie à cacahuètes, dans une bûche creusée : le devant est en grillage, le toit cache le trou de remplissage qui se ferme (pour éviter les accidents !)

    Et puis...deux tous à graisse au dos en font une mangeoire double-fonction ! Merci Robert !!!

    La volière dans le jardin

    La volière dans le jardin

     Et sitôt posée...sitôt adoptée !

    La volière dans le jardin

    Le modèle se trouve dans ce petit livre que je vous ai présenté :

    je nourris les oiseaux en hiver

     

    Et surtout, surtout, n'oubliez pas de donner de l'eau aux oiseaux !!!

    La volière dans le jardin

    Partager via Gmail

    20 commentaires
  • "Mais pourquoi voit-on si peu d'animaux quand on se promène" ?

    Dans le meilleur des cas, la petite bête surprise se sauve et...cette fois, on l'a vue v!

    Mais si elle était restée immobile, il y a de fortes chances pour qu'elle ait échappé à notre regard !

    Les humains n'ont pas forcément bonne presse auprès des animaux sauvages : ils chassent, font du bruit, crient, martèlent le sol de leurs bâtons de marche, se racontent la dernière recette de cuisine en marchant avec le cousin ou la belle-sœur, et la plupart du temps, ne regardent pas vraiment autour d'eux..ce qui arrange bien la faune sauvage : il lui suffit de ne pas bouger pour passer inaperçue !

    La plupart du temps, les animaux sauvages se cachent...et se camouflent !

    Ils ont diverses techniques : la plus surprenante, c'est le mimétisme : prendre la couleur de leur environnement, ne plus bouger, et, ni vu, ni connu...

    Prenez la cigale, par exemple : si elle ne stridulait pas follement sous le soleil du midi, qui la verrait , qui ferait attention à elle ?

    D’ailleurs, vous l'entendez, vous approchez à pas de loup, et puis...plus rien...Elle s'est tue...Où est-elle ?

    Elle se fond sur le tronc de l'arbre....

    J'ai voulu prendre celle-ci en photo. Alors, pour qu'on la voie bien je l'ai prise un peu de profil..Photographiée de dos, à plat sur le tronc, elle serait passée inaperçue...

    Les animaux se cachent et se camouflent !

     Voici d'autres exemples, deux photos prises sur Internet :

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Les animaux se cachent et se camouflent !

     La seconde technique c'est...l'immobilité...

    Le faon, par exemple ! Pourquoi a-t-il des taches ? Pour mieux se cacher parmi les ombres du sous-bois...La mère doit s'absenter pour se nourrir et elle a donné sa consigne au faon : se rouler en boule, ne pas bouger quoi qu'il advienne. On pourrait marcher sur un faon par mégarde, mais attention ! Bambi n'est pas abandonné et sa mère va revenir, donc, il faut s'abstenir de vouloir l'emmener ("le pauvre petit abandonné")  et vouloir le transformer en animal de compagnie !!!

    La troisième technique, c'est ...transformer son odeur ! Les loups s’enduisent de matières,nauséabondes pour masquer leur odeur et s'approcher de leurs proies...A l'inverse, transformer son odeur protège ; le petit poisson-lime, couleur corail, se pare aussi de l'odeur du corail : les plus gros poissons passent ainsi à côté de lui sans le repérer...

     

    Quatrième technique, plus rigolote, réservée aux petits facétieux : le déguisement ! En feuille, en brindille, en branche...!

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Je vous ai déjà parlé du citron, qui se déguise en feuille : bout arrondi, nervures, petite tache de "rouille", pétiole ...On s'y tromperait !

    Quelques autres exemples, dont les photos sont trouvées sur internet : (cliquez pour agrandir)

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Les grenouilles aiment-elles les lentilles ?  Qui se cache dans ces petits trous ronds dans le sable ? Qui s'habille avec des algues pour passer inaperçue ? Comment s'appellent ces brindilles qui s'agitent toutes seules ? Des animaux qui se camouflent, bien sûr !

    Les animaux se cachent et se camouflent !

    Pour répondre à ces interrogations et pour découvrir les ruses de nos amies les bêtes, j'ai trouvé ce petit livre :  "Les animaux qui se cachent ...ou se  camouflent".

    Il fait partie de la petite collection "Antisèches pour parents en détresse" (éditions la Salamandre) ,qui aide les pauvres parents à répondre aux questions des enfants (mais pas seulement) ! Une page de texte, une page de dessin humoristique...

     

    ICI !

    Les animaux se cachent et se camouflent !

     Pour rappel : pour tout abonnement à la Salamandre, la petite salamandre, ou la Salamandre junior, les lecteurs de mon blog bénéficient d'un numéro supplémentaire gratuit, en donnant le code : CAPU18

     

    Partager via Gmail

    17 commentaires
  • Fantaisistes, les hellébores ?

    Pourtant, avec leur timidité maladive

    qui les fait vivre la tête  obstinément courbée vers le sol,

    leur refus obstiné  de  vous regarder en face (et de sourire à l'objectif),

    leur manie de faire  le dos rond sous le froid, la neige, la pluie ou l'orage,

    on pourrait penser qu'elles cherchent avant tout

    à se faire oublier !     

     

     

    Fantaisistes hellébores


         


              

      Mais pourtant ! Chez moi, c'est "je pousse si je veux, je fleuris si et quand je veux...  

    J'en avais plusieurs...entre autres, .une Hellébore niger, que l'on appelle "rose de Noël car elle fleurit...à Noël...Elle a disparu, sans que je sache pourquoi. 

    les autres, les Hellébores orientalis,

    de couleurs variées,

    et bien...elles aussi n'en font qu'à leur tête :

    certaines ont disparu,

    l'une d'elles, après avoir été absente plusieurs années,

    réapparaît en ce moment.    

    Fantaisistes hellébores

     

    Parmi celles qui semblent vouloir pointer le bout de leur nez, la plus belle et la plus fidèle (car elle ne fait pas de caprice, refleurit sans histoire chaque année) est ma belle "Froufrou" ; mais elle choisit sa date : cet hiver, elle mérite son nom de Rose de Carême puisque sa grosse touffe est déjà réveillée depuis bien deux semaines.      

    Fantaisistes hellébores

                      Parfois, elle ne fleurit qu'à Pâques...      

    Fantaisistes hellébores

    Fantaisistes hellébores

    Elle est superbe avec ses taches de "roseur" et ses jupons superposés !              

     

      Une autre belle va fleurir, si, si, elle me l'a dit  : elle est en boutons depuis au moins trois semaines, mais elle attend... quoi ? un peu moins de  grisaille, un peu plus de froid, de soleil ? C'est la belle du Vieux Clos...mais voilà, elle est fantaisiste, elle prend son temps, elle hésite et hume la vent ...     Peut-être d'autres belles endormies vont-elles , elles aussi, se décider...                                                                                         

    Partager via Gmail

    21 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires